Un palais sous la neige de Rosemary Rogers

Publié le par Evy

Pour échapper à son beau-père, un vil parvenu qui projette de la mettre dans son lit, Brianna Quinn espère obtenir l'aide de son tuteur et ami d'enfance, Stephan Summerville, duc de Huntley. Mais, à la place de ce dernier - qui, pour une raison obscure, reste introuvable -, c'est son jumeau, Edmond, qui lui offre asile et protection... Une proposition que Brianna accepte bien malgré elle. Car contrairement à Stephan, gentleman en tout point respectable, Edmond est un aventurier aussi séduisant que volage, connu pour ses frasques et son goût immodéré du danger. Pire, on raconte qu'il est un homme de main du tsar, dont il est l'un des sujets de par son ascendance maternelle. Aussi, en apprenant qu'Edmond projette de l'emmener avec lui en Russie, loin de Londres, loin de tout ce qu'elle a toujours connu, Brianna est-elle soudain saisie d'angoisse. Car elle prend soudain conscience, mais un peu tard, qu'en liant son destin à celui de cet homme imprévisible, c'est non seulement sa vertu mais également sa vie qu'elle vient de mettre en danger.

Cherchant une lecture détente pour mon trajet de 6 heures en ferry lors de mes dernières vacances en Cornouailles, je me suis tournée vers cette romance historique, me disant que vu le pitch et adorant les intrigues se déroulant en Russie, j'y trouverai probablement mon bonheur. Si j'ai lu ce roman en quelques heures et si il a parfaitement rempli sa fonction de divertissement, j'avoue me retrouver perplexe face à cette lecture. Explications.
 

Brianna a peur. Son pervers de beau-père a déjà essayé plusieurs fois de se glisser dans son lit et quand il lui annonce qu'ils partent s'exiler en campagne pendant quelques jours, elle se doute bien qu'il n'hésitera pas un instant à mettre ses projets en action. Aussi décide-t-elle de quémander la protection de Stephan Summerville, son autre tuteur, lors d'une soirée. Or qu'elle n'est pas sa surprise de tomber nez-à-nez, non pas avec Stephan, mais avec Edmond son jumeau, qui se fait passer pour son frère. Avant qu'elle ne puisse divulguer quoi que ce soit, Edmond l'entraîne dans une pièce et Brianna décide de saisir cette opportunité pour lui faire du chantage : soit il l'aide, soit elle divulgue la supercherie. Mais Edmond n'est pas son frère, le gentil Duc de Hentley, c'est un homme bourru et dur, un espion du Tsar et il n'est pas question qu'il se laisse mener à la baguette par une petite impertinente, aussi tentante soit-elle !

Parlons un peu du récit d'Un palais sous la neige. L'histoire en elle-même n'est pas inintéressante. Elle met en avant des thèmes assez originaux en romance historique tels que l'indépendance féminine ou le choix des femmes de disposer de leur corps. En ce sens, j'ai trouvé l'histoire moderne...peut-être un peu trop. Pour moi, certains passages sont trop avant-gardistes et donc assez peu réalistes (j'ai du mal à concevoir qu'à cette époque une femme donne sans aucun remords sa virginité et part avec un homme à l'autre bout du monde, sans penser que sa réputation puisse être ruinée). D'autre part, j'avoue avoir eu un peu de mal avec l'intrigue politique mise en place par l'auteure, pour ma part, elle desservait plus le récit qu'autre chose. Néanmoins, j'ai apprécié l'attention que Rosemary Rogers a porté au décor. Que ce soit dans la description de la campagne ou ville londonienne ou dans celle de la Russie glaciale de l'époque, j'ai apprécié voyager à travers ces quelques pages (et elles m'ont donné encore plus envie de visiter la Russie !).

Concernant les personnages maintenant. Là encore, je reste un peu sur ma faim. L'alchimie entre les deux personnages est bien présente et plaisante à lire mais trop de paradoxe dans le caractère de certains personnages m'ont désarçonné. Par exemple, Brianna, que l'on présente comme une femme forte et indépendante devient complétement cruche et incapable de penser et agir par elle-même. Quel dommage ! Edmond m'a moins convaincu, trop imbu de lui-même, trop peu attentif aux besoins de Brianna, jaloux, possessif, égoiste, bref, pour moi, l'antipode du héros (je pense que c'était voulu mais bon, ça passe difficilement avec moi). Et ce homme se transforme en gentil chaton presque d'une page à une autre vers la fin de roman et ça, j'ai eu plus de mal à le comprendre. Néanmoins, les personnages secondaires sont sympathiques et attachants, de fait, je pense lire quand même la suite, qui va mettre en avant le frère jumeau d'Edmond : Stephan.

Enfin, quelques notes sur la plume de l'auteure. Sans être vraiment marquante, celle-ci est agréable à lire, fluide et assez dynamique. Pourtant, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer à quel point la traduction laissait à désirer. Plus d'une fois, j'ai levé les yeux au ciel devant certaines tournures de phrases ou devant la locution "De fait", utilisé presque trois fois par page...

Un palais sous la neige fut une lecture divertissante mais dont je ne garderai pas un souvenir impérissable. Sympathique mais les personnages principaux ne m'ont pas plu plus que cela et la traduction assez aléatoire rendait la lecture quelques fois contraignante.

 

 

Un palais sous la neige de Rosemary Rogers
Titre VO : Scandalous deception
Romance - Editions Harlequin - 409 pages
Où l'acheter :  Un palais sous la neige

D'autre(s) roman(s) de cette auteure :
Une passion russe

Commenter cet article

bea285 04/08/2014 12:34

J'ai ce livre et une autre livre de cette auteur dans ma PAL. J'espère pouvoir le sortir à un moment, même si ce n'est pas la romance de l'année. :)

Cla 07/04/2014 22:59

Bon, je ne regrette pas de ne pas l'avoir pris!

Evy 14/04/2014 13:14

Non, je pense que tu peux facilement t'en passer !