The chaos of stars de Kiersten White

Publié le 4 Septembre 2016

The chaos of stars de Kiersten White

Isadora's family is seriously screwed up—which comes with the territory when you're the human daughter of the ancient Egyptian gods Isis and Osiris. Isadora is tired of living with crazy relatives who think she's only worthy of a passing glance—so when she gets the chance to move to California with her brother, she jumps on it. But her new life comes with plenty of its own dramatic—and dangerous—complications . . . and Isadora quickly learns there's no such thing as a clean break from family.

Encore une fois, j’ai été tout d’abord attirée par la couverture (magnifique) et le titre de cette lecture VO. De plus, quand j’ai vu qu’il s’agissait d’une réecriture young-adult des mythes antiques égyptiens, je me suis dit que ce roman avait tout pour me plaire. Malheureusement entre ce que j’imaginais et la réalité, il y a un monde et malgré tous mes efforts, je n’ai pas réussi à accrocher du tout. Que ce soit au niveau du style, de l’histoire ou bien encore du monde crée, rien n’aura vraiment sû trouver grâce à mes yeux…

Parlons tout d’abord de l’histoire. Isodora est la fille d’Isis et Osiris et vit avec ses parents en Egypte. Rien d’étonnant à cela puisque les dieux égyptiens existent toujours et continuent de faire des enfants pour que le nombre de leur adorateurs ne diminuent jamais et donc qu’ils continuent de perdurer sur terre. Bon déjà, là, je me suis dit que c’était moyen moyen comme mise en bouche et comme explications de l’univers mis en place mais soit, continuons. Quand Isis, qui s’apprête à donner naissance à un nouvel enfant, commence à faire des rêves inquiétants mettant en scène Isodora, elle décide de l’envoyer à l’abri chez son frère en Californie. Pour Isodora, c’est le début d’une liberté qu’elle compte bien savourer. Mais le danger rode toujours…

Je pense que je suis partie avec trop d’attentes concernant ce texte. Déjà, je m’attendais un peu à un univers qui ressemblait à celui de Percy Jackson et j’ai été terriblement déçue de voir qu’il n’en était rien. Alors après, si l’univers crée par l’auteure tenait la route à sa manière, cela ne m’aurait pas gêné outre mesure mais dans ce cas précis, on ne peut pas vraiment dire que ce soit le cas. Rien n’est véritablement décrit, la mythologie mise en place n’est pas expliquée, ou très peu et finalement on se demande bien pourquoi l’auteure est partie dans cette direction alors qu’elle aurait très bien pu faire un roman contemporain ou fantastique sans mettre en scène les héros égyptiens sans que cela ne change quoi que ce soit à l'histoire de fond. Pour moi, c’est vraiment raté de ce côté-ci et c’est dommage car l’idée de départ aurait pu être originale et c’est loin d’être le cas.

Concernant l’histoire, la trame en tant que telle, là encore, j’ai beaucoup de réserves. L’ensemble se lit vite, le roman est court (et pourtant ma lecture a trainé pendant très très longtemps, c’est dire si je n’arrivais pas à me mettre dedans) mais malheureusement le récit n’est pas vraiment addictif. Oui, ça se lit bien (et encore) mais on n’est pas accroché, on ne tourne pas les pages avec avidité. C’est gentillet, un peu – beaucoup – convenu et finalement on referme le livre avec le sentiment qu’un mois après, on l’aura oublié. Et ce fut le cas pour moi (d’où ma difficulté maintenant à rédiger une chronique si longtemps après ma lecture ! Ah il faut que j’apprenne à moins procrastiner !). Je ne rentrerai pas plus dans les détails car je ne veux pas spoiler les futurs lecteurs de cette histoire mais sachez juste que, pour ma part, le récit, beaucoup trop manichéen et prévisible, n’aura pas su me convaincre non plus.

Quelques notes sur les personnages, qui ne tirent guère leur épingle du jeu dans cette affaire. Isodora est un personnage vraiment très drôle. Sa façon de raconter la mythologie égyptienne avec beaucoup d’humour m’a plu. En revanche, son côté « je-ne-veux-pas-aimer-parce-que-ça-fait-trop-mal-etc » m’a plus ennuyé. Les personnages secondaires sont plaisants, également assez drôles et bien caractérisés. Malheureusement, le roman est assez pauvre en personnages et de fait manque de densité. J’aurais aimé plus de vie, plus de matière dans cet aspect du roman.

Enfin, je m’attaque au point qui fâche aka le style de l’auteure. Cela m’arrive assez peu souvent de décrier la plume d’un auteur, justement parce que c’est un volet d’une histoire qui est personnel et subjectif mais là je n’ai pas du tout, du tout accroché. Je l’ai déjà dit, j’ai trouvé l’ensemble trop lent. Le style est trop poussif à mon goût, trop ampoulé et surtout Kiersten White s’essaye à des passages limites philosophiques qui m’ont vraiment ennuyé. Bref, encore une mauvaise surprise de ce côté-là.

The chaos of stars fut une grande déception. Ni le récit, ni les personnages et encore moins la plume de l’auteure n’auront vraiment su me convaincre. Le postulat de départ était plaisant mais fut mal exploité. Je reste sur ma faim et je ne pense pas que je retenterai une nouvelle lecture de Kiersten White.

The Chaos of stars de Kiersten White
Young-Adult - Editions HarperTeen - 276 pages
Où l'acheter : The Chaos of Stars
The chaos of stars de Kiersten White

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère Jeunesse - Young adult

Repost 0
Commenter cet article