Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

Publié le par Evy

elle s'appelait sarah

 

Elle s'appelait Sarah


Titre VO : Sarah's key

Auteur: Tatiana de Rosnay



Quelques mots sur l'auteur
:
Tatiana de Rosnay (née le 28 septembre 1961, à Neuilly-sur-Seine, en Île-de-France) est une journaliste, écrivain et scénariste française, écrivant en français et en anglais.

 

Autre(s) roman(s) de cet auteur : L'appartement témoin, Mariés, pères de famille, Le Dîner des ex, Le Cœur d'une autre, Le Voisin, La Mémoire des murs, Spirales, Moka, Boomerang

 

2009-04-17_14-05-14_photo_de_david_atlan.jpg


Genre: Drame, Historique

Edition : Editions John Murray

Nombres de pages : 293

Résumé:
Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d'Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s'attache en particulier au destin de Sarah et mène l'enquête jusqu'au bout, au péril de ce qu'elle a de plus cher. Paris 16 juillet 1942. A l'aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l'enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là.

Pourquoi j'ai choisi ce livre : Etant une férue d'histoire, j'aime particulièrement les romans traitant de la seconde guerre mondiale, ce livre me tentait donc bien evidemment ! D'autant plus que j'ai lu d'excellentes critiques concernant ce roman.

   

Mon avis personnel: Comme toujours quand je lis des critiques élogieuses sur un livre j'ai tendance à mettre ce livre sur un sorte de piédestal et malheureusement je ressors de ma lecture, la plupart du temps très déçue...et ce roman n'a pas dérogé à la règle.

 

Ce roman, construit en deux parties, partait néanmoins d'une excellente idée. Alterner les récits d'une petite fille juive lors de la rafle du Vel' d'Hiv en juillet 1942 et celui d'une journaliste américaine vivant à Paris depuis 10 ans en 2002. Cependant ces deux récits ne sont malheureusement pas bien équilibrés.

 

Je dois avouer que la partie sur la petite Sarah m'a particulièrement plu. Elle m'a captivé et ému, parfois jusqu'aux larmes. Pourtant j'ai regretté une certaine vitesse dans le traitement de l'histoire de Sarah. Je pense que j'aurais préféré n'avoir que son récit et non celui de l'américaine.

 

En effet, si l'histoir413CgGx-XZL._SS500_.jpge de la journaliste se mêle habillement à celle de la petite fille juive, cette partie m'a vraiment déplu et je pense que cela est dû en grande partie au personnage principal qui m'a prodigieusement agacé. Rien ne trouve grâce à ses yeux, la France et les français lui deviennent de plus en plus insupportable et ensuite quand elle se rend en Italie, elle ne trouve rien de mieux à faire que de critiquer à nouveau. Personnellement j'ai trouvé ces critiques incessantes partic ulèrement pénibles et hors sujet si je puis dire. Ces deux histoires qui se mêlent entre elles auraient pû être très poig nantes or l'attitude de la journaliste casse complétement le rythme dramatique de la trame.

 

Pour autant, j'ai été, je l'avoue, vraiment intéressée par tout cet aspect recherche de la vérité et découverte d'un fait noir de notre histoire. Car l'épisode de la rafle du Vel d'Hiv fut vraiment affreux et le roman de Tatiana de Rosnay décrit bien les horreurs qu'on vécut les familles juives. Je pense que l'auteur a vraiment dû faire un travail de recherche important pour l'écriture de ce roman et on ne peut que en être impressionné. De fait, j'ai dévoré ce roman en moins de deux jours.  

 

Un petit mot sur les personnages maintenant. Comme je l'ai dit, celui de Sarah m'a plu et ému. J'ai aimé suivre son histoire mais j'ai été particulièrement déçue par la fin de celle-ci. A vrai dire, c'est probablement dû au fait que la fin de sa vie est raconté de façon indirect mais pour tout dire, ce n'est pas du tout à quoi je m'attendais et cela m'a destabilisé. Sa famille m'a également touché et le sort du petit Michel ainsi que tout le dévouement de sa soeur sont vraiment vraiment émouvant. La famille française ainsi que l'italien qui apparait à la fin du roman sont des personnages peu présents mais bien sympathiques (je pense notamment au beau-père de la journaliste, ses actions et discours m'ont vraiment plu et ému). Je dirais que seuls deux personnages n'ont pas trouvé grâce à mes yeux. Le mari de la journaliste, cliché du parisien imbu de lui-même et du macho égoiste en pleine crise de la quarantaine et la journaliste elle-même (bon ça je pense que vous l'aviez déjà compris !). En effet, outre son côté agaçant quand elle critique tout et n'importe quoi, son apathie extrème et sa molesse m'ont donné envie de rentrer dans le livre, de me planter devant ce personnages, de la prendre par les épaules et de la secouer un bon coup avant de lui dire d'arrêter de se poser toujours en victime (oui je sais je suis folle !).

 

Enfin, j'arrive au plus gros problème que j'ai rencontré avec ce roman ce fut le style. Je ne comprends pas bien pourquoi l'auteur a tenu à écrire ce roman en anglais, qui n'est pas sa langue maternelle, car pour le coup j'ai vraiment eu l'impression que quelque chose clochait. Je ne saurais dire exactement quel était le problème mais à la lecture de ce roman, la langue ne me semblait pas naturelle, ni fluide. Je butais sur certaines phrases et ma lecture n'en n'était que plus laborieuse. En outre je n'ai pas trouvé que la plume de l'auteur était très recherchée. Elle se laisse lire mais ne m'aura guère marquée en tout cas.

 

Tout ça pour dire : que contrairement à ce que je pensais, ce roman ne fut pas aussi agréable à lire que je le pensais. D'une part à cause du style de l'auteur qui pêche beaucoup en anglais et d'autre part à cause du personnage, insupportable à mon goût, de la journaliste américaine. Pourtant, l'histoire de ce roman est particulièrement intéressante et plutôt bien construite. Le récit de la petite Sarah est poignant et marquant. Je ne pense pas que je lirai d'autres romans de cette auteur, mais en tout cas j'irai voir avec grand plaisir l'adaptation cinématographique de ce roman qui m'a l'air bien prometteuse !

 

Star3

 
Où l'acheter: ici

Adaptation : Sortie le 13 octobre 2010. Bande Annonce

 

19481411.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100722_041115.jpg

 

Pour aller plus loin :

 

- Site officiel de l'auteur

- Blog de Elle s'appelait Sarah (bien fait, en anglais et français avec des news du film)

Commenter cet article

Philippe D 17/04/2012 17:40

C'est le premier livre de l'auteure que j'ai lu et j'ai adoré.
Les autres que j'ai lus m'ont plu beaucoup moins et le dernier m'a vraiment déçu.
Je crois que je vais abandonner cette auteure.
Bonne soirée.

Evy 20/04/2012 08:44



Personellement, je retenterais bien l'expérience ! Pour voir si c'est vraiment ce livre-ci qui m'a déçue ou l'auteure.



p. 04/03/2011 21:31


Bonsoir , j'aurais quelques questions , pourriez-vous y répondre?


Evy 06/03/2011 19:33



Bonsoir,


Quel genre de questions ?



Anlor 01/12/2010 11:50


Il est dans ma PAL


Evy 01/12/2010 20:37



Bonne lecture



Magou 01/10/2010 15:30


Mon livre fétiche !!
Et Tatiana est une personne adorable, vous pouvez la suivre sur Twitter et FB, elle est très présente !


Evy 07/10/2010 10:03



Ah comme quoi les gouts et les couleurs ^^



Nico 17/09/2010 13:45


Je suis tout à fait d'accord avec toi: l'intrigue du passé est prenante mais trop courte, et celle du présent agaçante à l'image de l'égocentrique et méprisante narratrice. En revanche, le style ne
m'a pas dérangé plus que ça: sans être éblouissant, il m'a paru fluide et agréable à lire. Mais globalement, j'ai du mal à comprendre pourquoi ce roman a connu un tel succès.


Evy 19/09/2010 10:34



Pareil que toi, je n'ai pas compris tout le tapage autour de ce roman, que j'ai trouvé bien mais sans plus !



Véro. 07/09/2010 19:46


Mince, les bonnes critiques lues m'ont incité à la mettre dans ma LAL : j'espère que je serai moins déçue que toi !


Evy 09/09/2010 10:04



Je pense que tu aimeras, je suis relativement difficile. En tout cas c'est quand même un livre à lire !


Merci de ta visite Véro !



lasardine 06/09/2010 10:40


j'ai bien envie de voir l'adaptation aussi! le roman m'avait beaucoup plu


Evy 09/09/2010 11:41



L'adaptation me fait drôlement envie aussi !



L'Ogresse 05/09/2010 18:54


Tres beau billet, tres complet. C'est vrai que la journaliste est tres agacante avec ses opinions des Francais ! Comme toi, j'ai aime les chapitres sur Sarah et moins sur la periode contemporaine.
Si tu as moyennement aime celui-ci, surtout ne lis pas 'Boomerang', les personnages sont tous tres stereotypes !

Tatania de Rosnay est franco-britannique, sa langue maternelle est l'anglais, ce qui n'explique donc pas le probleme que tu as eu avec le style (c'etait voulu, je crois).


Evy 12/09/2010 10:59



Ah ravie que tu l'ai trouvé aussi agaçante cette américaine ^^



doriane 05/09/2010 18:42


Juste te dire que, contrairement à ce que tu crois, l'anglais est la langue maternelle de T de Rosnay au plus strict du terme ! sa maman est anglaise et Tatiana parfaitement bilingue. Moi j'ai bien
aimé le contraste entre l'histoire de la journaliste et celle de Sarah, j'ai trouvé que ça apportait un peu de légèreté à ce livre qui, s'il avait été cantonné à l'histoire de Sarah, aurait été
bien noir.


Evy 12/09/2010 10:59



Oui j'avais vu que sa mère était anglaise, mais j'ai vraiment trouvé très étrange sa façon de s'exprimer en anglais, d'où ma reflexion ;)