Publié le 25 Août 2012

9782811207625

 

Noblesse oblige

 

Tome 1. Le duc mis à nu

 

Sally MacKensie

 

(Site web - Facebook)

 

Sally-MacKensie.jpg

 

La chance ne sourit décidément pas à Miss Sarah Hamilton, fraîchement débarquée de Philadelphie. Son père lui a fait promettre sur son lit de mort de se rendre en Angleterre chez son oncle, le comte de Westbrooke, mais des marins maladroits ont fait tomber sa malle dans le port de Liverpool. Démunie et un peu perdue, Sarah se voit réserver un accueil pour le moins étrange dans l’auberge où elle compte passer la nuit. À son réveil : stupeur ! Un homme nu partage son lit ! La voici compromise, et mêlée aux dangereuses affaires de famille du très séduisant duc d’Alvord…

 

LigneFleur

 

Ce roman, j'avais envie de le lire depuis un certain temps. Je trouve la couverture splendide, attirante et le quatrième de couverture intriguante. De plus, je suis dans une période, où je lis énormément de romances (qu'est-ce que cela me fait du bien d'ouvrir les pages d'un livre romantique en ce moment, vous ne pouvez-même pas imaginer !) et du coup, je me suis plongée avec grand enthousiasme dans cette lecture.

 

Sarah n'a vraiment pas de chance. Après avoir débarquée en Angleterre, avec presque plus d'économies, elle perd sa valise, fait un trajet en calèche avec un individu louche et se retrouve le lendemain dans une situation fort compromettante quand elle découvre un homme complètement nu dans son lit. Fort heureusement, il ne s'agit pas d'un malotru de la pire espèce mais d'un Duc, qui, bien évidemment, va faire tout son possible, pour réparer les torts que sa présence à pu causer à la réputation de la jeune fille.

 

Bon, je vais faire figure d'ovni parmi la blogosphère littéraire, mais moi, je n'ai pas aimé cette lecture. La romance ne m'a pas plu, le récit guère passionné et surtout, je n'ai pas du tout aimé les personnages. Commençons donc par le récit, que d'une part, je n'ai pas trouvé crédible du tout (je sais, on est dans la romance, mais l'un n'empêche pas l'autre), en particulier la fin, qui m'a fait écarquiller les yeux, tellement je trouvais les derniers chapitres surréalistes, et d'autre part, celui-ci ne fut guère captivant. Même si il y a un semblant de fil conducteur avec l'histoire du cousin, finalement, cela ne m'a pas du tout intéressé et j'aurais préféré que l'auteure se concentre vraiment sur la romance et la travaille correctement.

 

Parce que oui, pour moi, le gros problème de ce roman, c'est véritablement le côté romance, qui m'a déplu. Je n'ai pas trouvé la romance touchante, ni vraiment réaliste, ou plaisante. Non, je suis vraiment vraiment déçue par cet aspect du roman, qui devrait être le plus important et qui finalement n'a pas sû du tout me convaincre.

 

Parlons un peu des personnages. Là encore, ça a coincé. Franchement, j'ai lu énormement de romances et j'ai rarement vu une héroïne aussi niaise et naïve que Sarah. Alors, certes, elle a été élevée dans un monde puritain, mais faut pas pousser le bouchon trop loin non plus et j'ai quand même eu beaucoup de mal à éprouver quoi que ce soit de positif envers elle. La même chose est valable pour le duc, personnage masculin fade et apathique au possible. Vous comprenez mieux maintenant pourquoi, j'ai eu du mal avec la romance, étant donné que je n'avais aucun atome crochu avec les deux personnages principaux. En revanche, et je terminerai sur cette note positive, j'ai été agréablement surprise par les personnages secondaires, drôles et attachants, ils m'ont presque donné envie de lire les tomes suivants tout de suite (car, ce sont eux, qui deviendront à leur tour, les héros des prochains tomes de la série).

 

Enfin, quelques mots sur le style de l'auteure. Là encore déception, car je m'attendais à un récit drôle, spirituel et enjoué et finalement, l'ensemble du roman, à part quelques passages, n'était pas drôle du tout et surtout souffrait d'un manque cruel de rythme. Pas une très bonne surprise donc. Ce fut une lecture rapide mais qui n'eut rien d'exceptionnelle.

 

Le duc mis à nu fut une très grande déception. Je n'ai aimé ni l'histoire, ni les personnages, ni le style de l'auteure. Pour moi, ce livre est l'une des moins bonnes romances que j'ai eu l'occasion de lire. Je me demande si je lirais les tomes suivants ou non...A voir, car les personnages secondaires, que l'on va retrouver dans les suites, sont les seuls bons points que j'ai retenus de cette lecture !  

 

Star2

 

Titre VO : The naked Duke

Romance, Historique - Editions Milady, collection Pemberley - 338 pages

Où l'acheter : Noblesse oblige, tome 1 : Le duc mis à nu

 

Le week-end so british

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Romance

Repost 0

Publié le 23 Août 2012

Insoumise.png

 

Insoumise

 

Ally Condie

 

(Site Web - Twitter - Site de la saga)

 

AVT Ally-Condie 4443

 

(Plus de romans de cette auteure)

Tome 1. Promise

 

Cassia enfreint les règles de la Société et part à la recherche de Ky… Cassia a quitté la Société pour s'aventurer dans les Provinces Lointaines, à la recherche de Ky. Cette quête pousse Cassia à remettre en question presque tout ce qui lui est cher, en particulier lorsqu'elle découvre l'existence
d'une vie différente dans le Labyrinthe. Au milieu de cette frontière sauvage de grands canyons, Cassia et Ky se retrouvent enfin, mais un mouvement de rébellion est en marche. Une trahison et une visite inattendue de Xander, personnage clef du Soulèvement, changent à nouveau la donne...
Racontée alternativement par Cassia et Ky, cette suite de Promise les emmènera tous deux aux confins de la Société, où changements de camps et trahisons sèment leur parcours d'embûches.

 

LigneFleur

 

Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais l’année dernière, j’avais fais des pieds et des mains pour que ma bibliothèque achète le premier tome de la saga d’Allie Condie et après l’avoir eu enfin en mains, j’en avais adoré la lecture. Aussi étais-je très contente, il y a quelques semaines, de trouver le deuxième volet des aventures de Cassia dans le bac de nouveautés de cette même bibliothèque (et cette fois-ci, je n'ai même pas eu besoin d'en faire la demande). Comme le premier tome, j’ai dévoré Insoumise en quelques heures, pourtant, si ce fut une lecture plaisante, il n’en reste pas moins que je ressors quand même un poil déçue par cette suite.

 

Cassia a été envoyée en camp de redressement. Ky a été envoyé à la guerre, pour tenter de contenir un ennemi que personne n'a jamais vu. Ils sont séparés et pourtant ne cessent de penser l’un à l’autre. Alors que le jeune homme lutte pour rester en vie et décide de s’enfuir pour survivre, Cassia se lance à sa recherche, bien décidée à retrouver celui qu’elle considère être l’homme de sa vie.

 

Le grand talent d’Ally Condie est de réussir à faire d’un récit où presque rien ne se passe, un roman que l’on ne peut s’empêcher de dévorer. Car oui, clairement, ce tome n’apporte pas grand-chose à l’histoire globale. Pendant presque plus de la moitié du roman, les personnages principaux se cherchent et ensuite, ils cherchent à atteindre le camp des rebelles. Voilà, c’est tout. On n’apprend presque rien sur le monde dans lequel évolue Cassia et je ressors de la lecture frustrée par ce manque d’éléments dévoilés aux lecteurs. Mais, comme je le disais, on ne peut s’empêcher de tourner les pages de ce roman. Pourquoi ? Eh bien pour savoir si Cassia va enfin retrouver Ky, si Ky va survivre à la guerre, si ils ne vont pas être à nouveau séparés, si ils vont trouvés les rebelles, etc. Pour une raison que je ne m’explique pas, même si le rythme est très lent et l’action presque inexistante dans ce roman, je été complètement immergé dans ce récit.

 

Dans ce deuxième tome, la part belle est donc mise sur les personnages. Mais là encore petite déception, car finalement, je n’ai pas trouvé grande évolution dans leurs caractères, ni même de développement de leur personnalité (alors certes, on en apprend un peu plus sur le passé de Ky, mais j’ai quand même trouvé cela très léger). En revanche, j’ai été conquise par les personnages secondaires. Tout en nuances et attachants (en particulier le plus jeune des garçons, dont le nom m’échappe totalement maintenant), j’ai hâte de les retrouver dans le troisième et dernier tome de cette saga (et j’espère un peu plus d’actions et de rebondissements dans ce volet final).

 

Quelques mots sur le décor du roman, qui est un des aspects d’Insoumise (je ne me remets pas du choix de ce titre. Je n’y peux rien, à chaque fois que je lis ou que je l’entends, je pense au titre d’un roman érotique ou d’une romance historique. Oui, mon esprit fait de drôles d’associations d’idées, mais j’assume !), que j’ai préféré. L’utilisation de paysage désertique et montagneux a été particulièrement bien utilisée. L’atmosphère n’en n’était que plus oppressante et étouffante.

 

Enfin, je terminerai cette chronique par en vous parlant de la plume d’Ally Condie, que j’apprécie toujours autant. Très imagée, très poétique, elle nous transporte dans son univers et nous captive. C’est vraiment l’élément le plus interpellant et plaisant de ma lecture et je pense vraiment que rien que pour cette si jolie plume, cette saga vaut le coup d’être lue.

 

Insoumise m’a autant captivé que le premier tome de la saga dystopique d’Ally Condie. Pour autant, je ressors assez déçue de ma lecture dans la mesure où finalement, l’histoire n’avance pas vraiment et les personnages n’évoluent presque pas. Dommage car le décor, l’atmosphère particulière de ce roman et la plume de l’auteur valent vraiment le détour.

 

 

Star4

 

Titre VO : Crossed

Jeunesse, Dystopie - Editions Gallimard Jeunesse - 440 pages

Où l'acheter : Insoumise

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la dystopie

Repost 0

Publié le 22 Août 2012

 

Le mercredi laissez libre cours

 

Cette nouvelle rubrique, que j'espère vous apprécierez, vous présentera chaque semaine (en espérant que je puisse garder le rythme !) un livre qui me fait drôlement envie et qui n'est pas encore paru en France ou bien qui ne fait pas encore partie de mon immense PAL !

 

 

Chaque semaine, je vous présenterai une de mes envies livresques du moment (Gare à votre PAL !!) et donc mon livre de la semaine !

 

 

LigneFleur

 

the-unnaturalists.jpg

 

The Unnaturalists

 

Tiffany Trent

 

De quoi ça parle ?

 

 

Vespa Nyx n’aimerait rien de plus que de passer le restant de sa vie à référencer les créatures non-naturelles présentes dans le musée de son père. Mais, alors qu’elle grandit, on attend d’elle qu’elle devienne une lady respectable et qu’elle se trouve un mari, ce qui ne lui convient vraiment pas.


La famille de Syris Reed a toujours servi et vénéré les non-naturels, à distance ; mais quand ses proches sont capturés pour devenir des esclaves, il découvre que son destin pourrait bien être lié à celui de Vespa et à celui des non-naturels.


Alors que le danger rode, Vespa et Syris se retrouvent pris au piège au milieu d’un nid d’intrigues et de tromperie. L’avenir du nouveau Londres est en péril, et peut-être même celui du monde entier.  


Pourquoi j'ai désespéremment envie de le lire ?

 

Je l'avoue, j'adore lire de la Steampunk et ce roman, qui est sorti en VO le 14 août dernier, me donne vraiment envie. D'une part, à cause de son contenu (j'adore l'idée des créatures enfermées dans un musée) et d'autre part pour le côté Steampunk, que j'apprends petit à petit à découvrir et à apprécier.

 

En plus, si je dois être totalement honnête avec vous, c'est la principale raison pour laquelle j'ai mis ce roman dans ma liste d'envies livresques, je suis absolument fan de la couverture, que je trouve superbe ! Je trouve qu'elle représente bien l'univers Steampunk auquel je m'attends avec cette lecture et tout ce que je peux ajouter, c'est que j'ai hâte de pouvoir mettre la main sur ce roman !

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Les envies d'Evy

Repost 0

Publié le 21 Août 2012

9782226242488

Paula, 17 ans, a rendez-vous avec Angel, le garçon qu'elle a rencontré sur Internet et dont elle est tombée amoureuse. Le jour J, elle attend, fébrile, mais il n'arrive toujours pas. Elle décide finalement d'entrer dans un Starbucks. C'est là qu'elle croise Alex, un jeune homme très séduisant qui lit le même roman qu'elle. Commence alors un chassé-croisé de rencontres amoureuses. Les trois meilleures amies de Paula, inséparables, assistent à cet imbroglio d'amour, de quiproquos et de rivalités en tous sens.

Tout a commencé avec un courrier reçu dans ma boite aux lettres, une enveloppe rouge et à l’intérieur une simple feuille de papier où il était noté : Evy dis-moi que tu m’aimes ! entouré de dessins de cœurs. Interloquée, je me suis demandée ce que cela pouvait bien signifier ce courrier. Serait-ce ma moitié qui me prépare une petite surprise ? Visiblement non…La réponse à ce mystère me parvient sous la forme d’un livre, quelques jours plus tard : le roman de l’été selon les éditions Albin Michel Wiz : Dis-moi que tu m’aimes de Francisco de Paula Fernandez aussi appelé Blue Jeans (oui je trouve ce pseudonyme étrange aussi). Autant vous dire que j’étais absolument ravie de pouvoir découvrir ce roman qui s’annonçait pétillant, dynamique et ensoleillé.

Paula a rencontré Angel sur internet et aussitôt c’est le coup de foudre. N’ayant jamais échangé de photos, pour ne pas être déçue ou influencé par ces dernières, ils décident de se rejoindre dans un café de Barcelone et de faire enfin connaissance. Mais le jour même de leur rencontre, rien ne se passe comme prévu… Angel ne vient pas à leur rendez-vous et Paula, après avoir attendu une heure, décide d’aller prendre un cappuccino dans un Starbuck non loin de là… C’est dans ce même café et à ce même moment qu’elle va rencontrer Alex, aspirant auteur, et dont la rencontre avec Paula va changer la vie.

Je dois avouer que je ne sais pas trop comment exprimer mes impressions de lecture concernant ce roman. Je l’ai lu rapidement et ce fut une lecture agréable mais ce fut loin d’être le coup de cœur auquel je m’attendais et si certains points du roman sont extrêmement plaisants, d’autres le sont beaucoup moins.

Au niveau du récit, j’ai beaucoup apprécié le changement de voix, de points de vue, opéré à chaque nouveau chapitre, j’ai trouvé que cela apportait un bon dynamisme au roman et permettait finalement de mettre en scène les différents personnages, qui sont au demeurant assez nombreux, et de mieux les connaitre. L’aspect « chassés-croisés amoureux » présent dans tout le roman fut également une bonne surprise avec un récit travaillé et des  histoires secondaires qui s’intriquent parfaitement dans la trame principale. Là où j’ai un peu tiqué, c’est que j’ai trouvé que le roman était beaucoup trop long. L’auteur s’attarde trop sur certains passages, qui n’apportent pas grand-chose à l’histoire, et finalement, plus d’une fois, j’ai eu envie de sauter plusieurs pages tant je commençais à trouver le temps long. Dommage, car le récit aurait gagné à être plus concis et raccourcis d’au moins deux cent pages.

L’autre point qui m’a gêné (et je dirais que c’est celui qui m’a le plus dérangé lors de ma lecture), ce fut la caractérisation des personnages masculins. Si les personnages féminins sont parfaitement bien dépeints et en adéquation avec leur âge, il n’en n’est pas de même pour les jeunes hommes de ce roman, qui n’étaient pas du tout crédibles dans leur rôle d’hommes de plus d’une vingtaine d’années et de fait, plusieurs fois pendant ma lecture, leurs réactions m'ont vraiment agacés, au point de vouloir reposer mon livre. Leur comportement était parfois à la limite de la niaiserie et j’ai vraiment trouvé cela regrettable car le reste des personnages sont vraiment très très attachants (je pense notamment aux quatre jeunes filles, qui forment le clan des dragibus) et émouvants, en particulier Mario et Diana qui sont mes préférés. J’ai aussi beaucoup apprécié le côté déluré mais aussi fragile de la chanteuse Katia, un personnage étonnant mais qui m’a beaucoup plu !

Mais l’un des points les plus appréciables de ce roman, ce fut la plume de l’auteur. Fransciso de Paula Fernandez nous livre un récit pittoresque et très émouvant. J'ai aimé son style, très imagé et tout en douceur. Malgré tout, une pointe de déception encore de découvrir que la ville de Barcelone n'est pas du tout mise en avant dans ce roman...

Francisco de Paula Fernandez nous offre avec Dis-moi que tu m'aimes un roman touchant et très agréable à lire. Si certains points m’ont gêné lors de ma lecture, il n’en reste pas moins que ce chassé-croisé amoureux au cœur du soleil de Barcelone fut une lecture divertissante. Elle plaira énormément aux jeunes lectrices en quête de papillons dans le ventre. 

 

Star3

 

Dis-moi que tu m'aimes de Francisco de Paula Fernandez
Titre VO : Canciones para Paula
Jeunesse - Editions Albin Michel Wiz - 634 pages

Où l'acheter : Dis-moi que tu m'aimes

 

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère Jeunesse - Young adult

Repost 0

Publié le 19 Août 2012

103364106

 

An Enola Holmes mystery

 

Book 1. The case of the missing Marquess

 

Nancy Springer

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

321098X00110 9 1

 

S'il est une chose que j'aimerais savoir, c'est pourquoi ma mère m'a nommée " Enola ".
Enola qui, à l'envers, se lit : alone. En anglais : seule. Et c'est bel et bien seule que je me suis retrouvée le jour de mes quatorze ans, ma mère ayant disparu de notre manoir de façon inexpliquée. J'ai alors été contrainte d'en informer mes frères aînés que je n'avais pas revus depuis dix ans - Mycroft et Sherlock Holmes. Or ce n'était pas eux qui allaient m'être d'un grand secours. Jugeant que mon éducation laissait à désirer, Mycroft n'avait qu'une idée : m'expédier en pension pour faire de moi une lady.
En outre, Sherlock estimait ma capacité crânienne bien trop limitée pour pouvoir résoudre le mystère de cette disparition. J'étais pourtant la seule à avoir décelé des indices dont mon détective de frère n'avait pas la moindre idée. C'est donc le coeur empli d'espoir, que j'ai décidé, malgré mes appréhensions, de partir à la recherche de ma mère. Seule.

 

LigneFleur

 

J'ai eu la chance de recevoir ce livre l'année dernière, de la part de ma super swappée Touloulou à l'occasion du British Swap. Ce livre faisant, en effet, parti de ma wish-list depuis des mois, j'étais ravie de le recevoir. Étant une grande fan de l'oeuvre de Sir Conan Doyle et en particulier de Sherlock Holmes, je me disais que je ne pouvais qu'apprécier ce roman jeunesse, mettant en scène sa petite soeur...Eh bien je me suis lourdement trompée !

 

Enola Holmes est la petite soeur du célèbre détective Sherlock Holmes. Pourtant, elle n'a eu que peu de contacts avec ce dernier, si ce n'est aucun, depuis sa petite enfance. Cela est sûrement dû au fait que ma naissance fut un malheur arrivé à ma famille, se dit-elle, croyant que la grossesse très tardive de sa mère lui a mis à dos ses frères. Mais, quand sa mère disparaît le jour de son quatorzième anniversaire, elle n'a pas d'autre choix que de les appeler et espérer qu'ensemble, ils la retrouveront.

 

Autant le dire tout de suite, je ressors terriblement déçue par cette lecture. Alors certes, c'est de la lecture jeunesse et peut-être en attendais-je trop, mais j'ai trouvé, d'une part, le récit terriblement convenu, trop facile et ennuyeux et d'autre part, les personnages peu convaincants (mais j'y reviendrai plus loin dans cette chronique). Parlons de l'histoire, donc. J'étais ravie de l'imagination de l'auteure; inventer une petite soeur à Sherlock Holmes était une idée brillante (d'ailleurs, j'ai aussi découvert, en faisant des recherches sur l'auteure, qu'elle avait écrit une saga mettant en scène la fille de Robin des bois, ce qui m'intéresse grandement) mais j'ai trouvé qu'elle avait été mal exploitée. Toutes les scènes sont beaucoup trop rapides, il y a peu de descriptions, les solutions d'énigmes se trouvent en quelques lignes, bref, tout est trop facile et prévisible, sans surprise et le fait justement qu'Enola soit la soeur de Sherlock Holmes n'est pas assez mis en avant (j'ai d'ailleurs regretté l'absence du détective).

 

Alors oui, je suis sûrement dure avec ce roman, qui est très axé jeunesse certes, mais j'ai lu des romans dans la même optique (écrits par Béatrice Bottet par exemple) qui étaient beaucoup mieux écrits et qui prenaient le temps de vraiment installer l'univers et l'ambiance du récit. Je le répète, l'idée de départ était originale et aurait pû donner une petite pépite de roman si l'auteure avait pris soin de mieux développer son histoire et ses personnages.

 

Personnages pour lesquels je n'ai strictement rien éprouvé. Pour tout dire, je tournais les pages du roman en me sentant étrangère au récit et aux différents personnages évoluant dans celui-ci. Enola ne m'est pas apparue crédible comme jeune fille de quatorze ans, bien que j'ai aimé son indépendance et son intelligence. Que dire des autres personnages qui sont à peine survolés. On reste dans le superficiel tout le long du roman et c'est bien dommage. Après, je pense - et j'espère - que les personnages évolueront et seront peut-être plus mis en avant dans les 5 prochains tomes qui forment cette saga.

 

Enfin, quelques mots sur le style de l'auteure, que j'ai trouvé sympathique. Le roman se lit vite, il est agréable à lire (en VO, il est très abordable question vocabulaire et grammaire, idéale pour une première lecture en anglais) mais je n'ai rien noté d'extraordinaire concernant la plume de Nancy Springer.

 

The case of missing Marquess fut une lecture très décevante. Malgré un idée de départ originale, je n'ai ni été séduite par le récit (trop rapide, trop facile) ni par les personnages (trop peu développés). Je ne sais pas encore si je lirais la suite, mais en tout cas, je suis très curieuse de découvrir les autres romans de Nancy Springer car je salue son imagination.

 

Star2

 

Titre VF : Les Enquêtes d'Enola Holmes, tome 1 : La Double Disparition de Nancy Springer

Jeunesse, historique - Editions Puffins Books - 215 pages

Où l'acheter : Les enquêtes d'Enola Holmes : La double disparition

 

Le week-end so british

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère Jeunesse - Young adult

Repost 0

Publié le 18 Août 2012

IMGP7509.JPG

 

Quand on parle de cuisine britannique, forcement, on pense au goûter d'abord et c'est cette tradition de prendre le thé accompagné de biscuits ou gâteaux que j'ai voulu mettre en avant pour mon week-end spécial Grande-Bretagne. Pour vous, j'ai donc réalisé deux recettes qui se marient parfaitement avec une bonne tasse de thé à quatre heures ! Enjoy !

La première recette que je vous propose, ce sont des muffins aux myrtilles avec un glaçage au citron, recette extraite du livre de cuisine Yes we cook de Julie Schwob (et trouvé sur ce blog).

 

Préparation : 5 min

Cuisson : 15 à 20 min

Pour 8 à 12 muffins (ça dépend de la taille de vos moules)

 

Ingrédients :

  • 125 g de farine
  • 1/2 cc de levure chimique
  • 120 g de sucre
  • 1/2 cc de sel
  • 1 oeuf
  • 10 cl de lait
  • 125 g de myrtilles (moi j'ai pris des surgélées mais je pense que c'est bien meilleur avec des myrtilles fraîches)
  • 70 g de beurre mou
  • Le zeste d'un citron (non-traité)

Pour le glaçage : Le jus d'un demi citron + sucre glace

 

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 180°C.
  2. Dans un grand bol, mélanger la farine avec la levure, le sucre et le sel.
  3. Ajouter les dès de beurre mou puis mélanger du bout des doigts (ou en écrasant avec un fouet) jusqu'à obtenir des miettes.
  4. Ajouter alors l'oeuf battu et le lait puis mélanger délicatement.
  5. Incorporer les myrtilles et le zeste de citron rapidement (Le mieux et de le faire avec une maryse pour éviter d'écraser les fruits). 
  6. Remplisser les moules avec la pâte et enfourner pour 15-20 minutes (ça dépend de la puissance de votre four), jusqu'à ce que les muffins soient dorés. A mi-cuisson, n'hésitez pas à tourner votre plaque, pour une cuisson homogène. 
  7. Laisser refroidir puis préparer le glaçage en mélangeant le jus de citron avec le sucre glace. Déposer le glaçage dans un petit sac de congélation, couper un petit coin et déposer sur les muffins.

IMGP7520

 

La deuxième recette que je vous propose est une recette de scones, que j'ai trouvé dans mon livre : Great British Cooking. Un livre magnifique, avec de superbes illustrations, et, même si le livre est en anglais, les mesures sont françaises.

Préparation : 10 min

Cuisson : 10 à 12 min

Pour une petite douzaine de scones

Ingrédients :

  • 450 g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 sachet de levure
  • 55 g de beurre
  • 2 cs de sucre
  • 250 ml de lait

3 cs de lait pour dorer les scones

 

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 220°.
  2. Tamiser la farine, le sel, la levure dans un grand saladier. Ajouter le beurre mou (mais pas fondu surtout) et le mélanger aux ingrédients sec du bout des doigts ou avec un fouet, jusqu'à ce que la préparation ressemble à des miettes de pain. Ajouter le sucre.
  3. Faire un puits et y ajouter le lait. Mélanger à l'aide d'une maryse. Former une boule.
  4. Fariner légèrement votre plan de travail. Pétrir très légèrement la pâte. L'étaler à la main. La pâte doit être épaisse d'environ 1 cm.
  5. A l'aide d'un emporte pièce (ou d'un grand verre), découper des ronds dans la pâte et les placer sur une plaque allant au four.
  6. Dorer à l'aide du lait et enfourner pour 10-12 min, jusqu'à ce que les scones soit bien dorés et levés.

IMGP7518

 

A déguster avec une bonne tasse de thé Earl Grey, parfait pour un tea-time à la British.

 

Le week-end so british

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Escapades Culinaires

Repost 0

Publié le 17 Août 2012

captured by the highlander

 

Captured by the highlander

 

Julianne MacLean

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

julianne-maclean.jpg

 

Lady Amelia Templeton préférerait mourir que de céder à son ennemi juré, Duncan MacLean, le guerrier le plus féroce de son clan. Alors qu'il s'apprête à tuer le fiancé d'Amelia, le Highlander tombe sous le charme de cette ravissante créature et décide de l'enlever, saisissant l'occasion de se venger de celui qui a assassiné l'amour de sa vie. Mais la belle Amelia n'est pas une prisonnière comme les autres. Elle provoquera chez le Highlander un sentiment plus puissant que sa fureur guerrière.

LigneFleur

 

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un livre qui donne chaud, qui vous fera voyager dans les Highlands et qui vous fera passer un excellent moment de lecture. J'ai trouvé ce roman au détour de mes passages sur les différents blogs anglophones que je suis et, étant une grande friande de romance, j'avais noté le nom de cette auteure, que je ne connaissais pas et en allant voir le site officiel de la dame, oh joie, j'ai découvert qu'elle avait écrit une trilogie mettant en scène de beaux et forts Highlanders. Vous me connaissez, il ne m'en fallait pas plus pour craquer et ni d'une ni de deux, je me suis offert ce roman, pour mon plus grand plaisir bien sûr !

 

Duncan MacLean éprouve une haine viscérale au Colonel Bennett, l'homme qui a tué sa fiancée et l'amour de sa vie. Aussi, se glisse-t-il, une nuit noire, dans le fort de son ennemi, pensant le trouver là et le tuer au cours d'un combat. Quelle ne fut pas sa surprise quand il tomba sur une jeune femme au fort caractère dans la chambre du colonel. Une jeune femme qui pourrait bien devenir l'instrument de sa vengeance contre Bennett.

 

Autant le dire tout de suite, on ne lit pas ce roman pour son histoire, même si j'ai été fort surprise par la qualité du récit écrit par Julianne MacLean, passionant et intriguant (bien qu'assez prévisible, il est vrai), on se surprend à vraiment suivre avec intérêt les aventures de Duncan et Amélia. Non, on lit ce roman pour son côté fleur bleue et sa romance, qui va vous donner des papillons dans le ventre ! Ah la la que j'ai aimé cette romance (est-ce parce que je suis tout de suite attirée et charmé par tout ce qui porte un kilt ? Hum...idée à méditer). Elle est passionnelle, très bien écrite, et très addictive. Bref, je me suis régalée en la lisant et autant vous dire que j'ai maintenant hâte de lire les autres romans de dame MacLean.

 

Ce qui fait la force de cette romance justement, ce sont les personnages et en particulier les personnages masculins, Duncan en tête. Oh mais quel homme ! Beau, viril, macho (trèèèèèès macho), nu sous son kilt, mais aussi touchant et fragile d'une certaine façon, le mariage parfait ! J'ai été un peu moins conquise par le personnage principal féminin, Amélie, que j'ai trouvé un poil trop naïve à mon goût, (je suis passée très près du coup de coeur et je pense que c'est à cause de ce personnage que je n'ai pas eu complètement le déclic). Mais elle n'en reste pas moins charmante, j'ai aimé son indépendance et sa volonté. Mention spéciale aux personnages secondaires qui, si ils sont assez effacés pour laisser la part belle au couple, n'en restent pas moins très intéressants à découvrir. J'ai d'ailleurs hâte de pouvoir voir ce que l'auteure nous réserve pour eux dans les deux autres tomes de sa trilogie (chaque tome est un one-shot reprenant un personnage).

 

Quelques mots enfin sur la plume de Julianne MacLean, que j'ai particulièrement apprécié. Ses dialogues sont savoureux, ses descriptions de l'Ecosse enchanteresses (ah la la, je crois que c'est un pays dont je suis amoureuse), celles des scènes olé olé très bien écrites et elle accroche totalement ses lecteurs, du début de la romance à la fin. Une belle découverte.

 

Captured by the Highlander fut une excellente lecture et une très belle surprise. La romance est parfaite, on adore les personnages et on se prend à rêver de se faire enlever par un beau highlander et de voyager dans ce superbe pays sauvage qu'est l'Ecosse !

 

Star5

 

Romance, Historique - Editions St Martin's Press - 320 Pages

Où l'acheter : Captured by the Highlander

 

Le-week-end-so-british.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Romance

Repost 0

Publié le 17 Août 2012

Le week-end so british

Quand Le cottage de Myrtille m'a proposé de faire un petit week-end à thème ensemble, j'ai tout de suite dit oui et après quelques réflexions sur le choix du thème, nous sommes tombées d'accord sur un thème spécial Royaume-Uni. En ce qui me concerne, je pense que vous savez maintenant que je suis une grande anglophile.

J'adore le Royaume-Uni : ses paysages, ses traditions, ses habitants, sa culture, son histoire. Bref, j'aime tout ce qui touche de près ou de loin à ces îles et c'est pourquoi ce week-end, je vous proposerais une profusion de billets livresques, culinaires et bien d'autres encore sur ce thème, qui j'en suis sûre, saura vous plaire, car mon petit doigt me dit que je ne suis pas la seule que le Royaume-Uni passionne !

Les billets "so british" :

Captured by the Highlander de Julianne MacLean (billet livresque)
Le retour du swap "So British"
Le Tea-Time à la British (billet culinaire)
An Enola Holmes mystery. Book 1. The case of the missing marquess de Nancy Springer (billet livresque)

God save reading !

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Le week-end de ...

Repost 0

Publié le 14 Août 2012

TTT3W

 

Je vous retrouve pour ce petit rendez-vous hebdomadaire qui nous permet de partager notre top 10 littéraire chaque semaine selon un thème bien particulier ! Vous pouvez retrouver les autres participants chez Iani.

 

Le thème de cette semaine : Les 10 auteurs qui vous ont fait aimer la lecture.

 

1. J.K Rowling
Ai-je vraiment besoin d'expliquer pourquoi cette auteure m'a fait aimer la lecture ? J'ai ouvert Harry Potter à l'école des sorciers et j'ai tout de suite été transportée dans cet univers magique, qui m'a fait adorer la lecture. Depuis, je recherche désespérément un livre ou une saga qui me procurerait les mêmes sensations de lectures que celles que j'ai pû ressentir avec Harry Potter.

2. Stephenie Meyer
A une époque où je n'avais plus le temps et l'envie de lire, cette auteure et sa saga Twilight (que j'ai tenté de relire cette année et qui ne me plait plus du tout) a su m'enthousiasmer et me redonner le goût de la lecture et en particulier de la littérature young-adult.

3. Ann Brashares
Sa saga Quatre filles et un jean, que j'ai relu plusieurs fois, est une des sagas qui m'a fait apprécier la lecture dites de plage ou girly : légère, acidulée et divertissante.

4. Meg Cabot
Comme Ann Brashares, elle m'a initié aux lectures de filles. Sa saga Journal d'une princesse était l'une de mes favorites étant plus jeune.

5. Caroline Quine
Les Alice détective furent mes lectures préférées de jeune fille, je les ai quasiment tous lus et ce sont ses romans qui me donnaient envie de lire toujours plus.

6. Molière
Ah l'amour de ma vie, ce cher Molière, qui m'a initié au théâtre et qui continue de m'émerveiller à chaque fois que je lis une de ses pièces. Un génie, ni plus, ni moins !

7. La comtesse de Ségur
Les malheurs de Sophie et Les petits filles modèles font parties de ces lectures formatrices de jeunesse, que je recommande aux plus petits comme aux plus grands (j'adore les relire de temps en temps !).

8. Les soeurs Brontë
Avec Jane Eyre et Les hauts du Hurlevent (probablement mes classiques préférés), elles m'ont transmis un goût de lecture inextinguible pour les romans classiques anglais.

9.  René Goscinny et Uderzo
Deux grands noms de la BD, qui ont su, au gré des années, me faire découvrir et aimer l'univers des bulles. Je n'ai jamais retrouvé de BDs que j'aimais autant que cette série et je ne me lasse pas de la relire.

10. Sophie Kinsella
Parce qu'elle m'a initié à la chick-lit, que pour moi, c'est la référence en la matière et que si jamais vous êtes en panne de lectures ou que vous traversez une période difficile, lire un Kinsella, c'est l'assurance d'une lecture divertissante et plaisante.

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Top Ten Tuesday

Repost 0

Publié le 8 Août 2012

Le mercredi laissez libre cours

 

Cette nouvelle rubrique, que j'espère vous apprécierez, vous présentera chaque semaine (en espérant que je puisse garder le rythme !) un livre qui me fait drôlement envie et qui n'est pas encore paru en France ou bien qui ne fait pas encore partie de mon immense PAL !

 

 

Chaque semaine, je vous présenterai une de mes envies livresques du moment (Gare à votre PAL !!) et donc mon livre de la semaine !

 

 

LigneFleur

 

10874177.jpg

 

Etiquette and espionage

 

Gail Carriger

 

De quoi ça parle ?

 

C'est une chose d'apprendre à faire la révérance correctement. C'en est une autre que d'apprendre à faire la révérence et à lancer un couteau en même temps.

 

Sophronia, jeune fille de quatorze ans, commence à porter sérieusement sur les nerfs de sa mère. Elle est plus intéressée par le fait de grimper aux arbres et démonter les horloges que par l'étiquette à suivre lorsque l'on prend le thé. Et Dieu vous garde de la voir faire son affreuse révérence. Mme Temminick désespère de voir sa fille devenir une lady tout à fait respectable et decide donc de l'inscrire à l'Académie d'accomplissement pour jeunes filles de qualité dirigée par Mademoiselle Géraldine.

 

Mais Sophronia et sa mère ignorent qu'en réalité, cette école est un endroit où les jeunes filles intelligentes apprennent à devenir des jeunes femmes accomplies, certes, mais il s'agit d'une toute autre sorte d'accomplissement. Mademoiselle Géraldine entraine les futures ladies aux arts de la dance, de l'habillage et de l'étiquette mais aussi à ceux délicats de la mort, de la diversion, de la tromperie, de l'espionnage et de l'utilisation des armes modernes. Sophronia et ses amis se préparent ainsi à une première année explosive !

 

Pourquoi j'ai désespéremment envie de le lire ?

 

Ai-je vraiment besoin d'expliquer mon envie de lire ce roman ? Bon, je me lance quand même. D'une part, cette nouvelle quadrilogie se passera dans le même univers Steampunk, que celui de la saga Le protectorat de l'ombrelle, mais 25 ans plus tôt. J'adore cet univers bien particulier et je me réjouis de le retrouver dans cette nouvelle série livresque. En outre, le sujet du roman m'intrigue et je sens déjà venir un récit palpitant et captivant.

 

De plus, ce roman sera le premier roman écrit pour la jeunesse par Gail Carriger et franchement, je suis curieuse de voir comment elle s'en tire dans cet exercice. Je suis plus qu'adepte de son humour, de son côté british et de son ironie et je sens qu'elle nous réserve encore bien des moments de franche rigolade dans ce roman.

 

Mais voilà, il va falloir patienter jusqu'au 5 février 2013 avant de pouvoir le lire en VO ! Damned !

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Les envies d'Evy

Repost 0