Publié le 4 Février 2010

Les femmes savantes de Molière

Pour épingler certains défauts de la préciosité, Molière choisit d'écrire une grande comédie en vers où les " femmes savantes " - Philaminte, sa fille Armande et la tante Bélise - semblent dominer et imposer leurs valeurs raffinées à tous leurs visiteurs et admirateurs. Mais c'est un univers d'apparences et de mondanités dans lequel l'esprit et le beau langage l'emportent sur le corps et le bon sens. Les sentiments authentiques finiront-ils par triompher ?

Cette pièce est une lecture commune entre Illyria et moi, et c'était à moi de décider d'une pièce de théâtre à lire. J'avais envie de me replonger dans une comédie de Molière et j'avoue avoir choisi un peu au hasard cette pièce, tout ce que j’espérais c'était ne pas être déçue comme je le fus par la dernière pièce de Molière que j'ai lu : Dom Juan.

Et mon verdict est plus que favorable !

J'ai retrouvé mon Molière ! Celui dont j'adorais lire les pièces quand j'étais au collège (ça remonte dis donc !), celui que je trouvais très drôle et spirituel en même temps, celui qui dénonçait les travers de la société, mon pourfendeur des injustices sociales ! Bref, j'ai retrouvé l'esprit de mon génie Molière dans cette pièce !

J'avoue, le premier acte, je me suis dis, aie aie aie ça part mal. En effet, je n'avais pas réalisé en choisissant cette pièce qu'elle serait en vers, et le début m'a fait peur. Cela ressemblait beaucoup à Dom Juan (que je n'ai pas aimé, trouvant la pièce trop scolaire et classique on va dire) et je ne reconnaissais pas la verve distrayante et cinglante de Molière. Cependant il faut avouer que l'histoire est rapidement mise en forme et bien expliquée, une bonne mise en bouche pourrait-on dire !

Mais les actes suivants ! Oh que je les ai adoré ! Tout d'abord j'ai retrouvé l'esprit de Molière que j'adore, sa causticité, son ironie, ses jeux de mots, et ses situations cocasses...Allez je vous mets une petite réplique que j'ai trouvé très drôle pour vous mettre l'eau à la bouche :

Acte II, scène 6

Bélise
" Ton esprit, je l'avoue, est bien matériel
Je n'ai qu'un singulier, avons est pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?"

Martine
"Qui parle d'offenser grand-mère ni grand-père ?"

Philaminte
"Ô Ciel !"

J'ai beaucoup aimé le sujet traité : l'éducation des femmes, et la satires des savants, c'est un sujet qui m'intéresse beaucoup et en lisant cette pièce on se rend compte à quel point les pièces de ce cher Molière sont intemporelles. Le débat sur l’éducation des femmes est toujours d'actualité dans énormément de pays et Les femmes savantes m'ont aussi fait prendre conscience d'un travers de notre société actuelle : grâce ou à cause d'internet de plus en plus de gens se prétendent très cultivés et calés dans certains domaines (alors qu'ils ne le sont pas forcement) et c'est exactement ce qui se passe dans la pièce avec des personnages comme Trissotin (j'adore le jeu de mot sur ce nom : "triple sot") ou Vadius. La critique de la pédanterie et du snobisme des savants et leurs agissements m'ont fait pensé à cet adage, qui je trouve s'applique très bien à notre socièté actuelle : "la culture c'est comme la confiture, moins on n'en a, plus on l'étale".

Un autre trait de l'écriture de Molière que j'apprécie énorme ment, c'est son souci du détail concernant les personnages. Dans cette pièce, il y a deux camps si on peut dire : celui des femmes savantes (et de leur ami Trissotin, le soi-disant érudit) et celui des personnages plus terre à terre. On aurait pu penser que les personnages de ces deux clans étaient fort semblables au sein de ces deux entités, mais que nenni ! Chaque personnage a sa propre personnalité, et psychologie et ses propres travers, j'adore Molière pour ça ! Je vous aie déjà dis que j'adorais Molière non ?

L'intrigue est relativement prenante et je me suis moi-même surprise à me demander ce qui allait se passer dans les prochains actes. Le rythme est très bon et la pression n'est pas relâchée un seul instant. De plus, le génie (si si je vous assure !) de Molière a encore frappé dans la mesure où cette pièce a tellement de niveaux de lecture ! On se passionne pour Les femmes savantes qui est à la fois une comédie de mœurs, une comédie de caractères, une comédie qui soutient différentes théories : le féminisme, l'éducation des femmes, le droit de disposer de son propre corps et de refuser de se marier, etc.) et tout ça m'a littéralement enchanté.


Tout ça pour dire : que cette pièce relativement peu connue de Molière est un petit bijou ! Fantasque, burlesque (j'ai adoré l'acte III), spirituelle mais aussi sérieuse sur des sujets importants, elle a tout pour elle ! Molière je te remercie pour cette superbe pièce (non non je ne suis pas amoureuse de Molière, mais je trouve juste que c'est un génie...ah je l'ai déjà dis bon...mais ça reste quand même vrai !) !

Les femmes savantes de Molière

Les femmes savantes de Molière
Théâtre - Editions Hachette Classiques - 191 pages
Où l'acheter: ici

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère du Théâtre

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2010

 

3367744936 6f5ab1c013
Deux soeurs pour un roi


Titre VO : The other Boleyn girl

Auteur: Philippa Gregory



Quelques mots sur l'auteur : Née au Kenya en 1954 et élevée à Cardiff, Philippa Gregory, diplômée d'histoire, a été journaliste puis productrice à la BBC. Traduit dans 22 pays, Deux sœurs pour un roi, son roman le plus célèbre, a été adapté au cinéma par Justin Chadwick, avec Natalie Portman, Scarlett Johansson, Eric Bana et Kristin Scott Thomas.

Autre(s) romans de cet auteur : Les enchaînés - Sous le signe du feu - L'enfant dormira peut-être - Les dernières lueurs du jour

imgPhilippa%20Gregory1

Genre: Roman, Historique, Romance, Drame

Edition : Archipoche Editions

Nombres de pages : 660

Résumé: " Je serai sombre, française, à la mode et difficile ; vous serez douce, ouverte, anglaise et belle. Quelle paire nous formerons ! Quel homme pourrait nous résister ? " Tels sont les premiers mots prononcés par Anne Boleyn à l'endroit de sa sœur Marie quand elle la rejoint, en 1522, à la cour d'Angleterre. Introduite au palais de Westminster, à l'âge de 14 ans, Marie Boleyn séduit le roi Henri VIII auquel elle donnera deux enfants. D'abord éblouie par le souverain, elle comprend qu'elle sert d'appât au milieu des complots dynastiques. Quand l'intérêt du roi pour elle s'émousse, Anne est chargée de le séduire à son tour. Désir, haine, ambitions, trahisons... Se déroulant sur quinze ans, cette fresque historique, racontée à la première personne par Marie Boleyn, dépeint les rivalités au sein de la dynastie des Tudor. Une histoire tragique : Anne, deuxième épouse de Henri VIII et mère de la future reine Élisabeth I , connaîtra un destin funeste

Pourquoi j'ai choisi ce livre : J'adore cette période de l'histoire d'Angleterre - le règne de Henri VIII - et j'avais entendue beaucoup de bien de ce roman et du film qui en a été adapté, je l'ai donc emprunté à ma bibliothèque, ne pouvant l'acheter à cause de son prix (23 euros à l'époque).


Mon avis personnel: Racontée à la première personne par le personnage de Marie Boleyn, cette histoire est passionnante. J'ai trouvé ça agréable d'avoir un point de vue différent et peu commun (celui de la soeur d'Anne Boleyn) sur ces 15 années très troublées de la vie de cette jeune femme peu connue. Ce roman apporte tout ce que l'on recherche dans un bon roman historique : romance, trahison, complots, royauté, décors et costumes de rêve, et enfin personnages charismatiques.

En parlant des personnages, je dois dire que Philippa Gregory a véritablement su donner une dimension spéciale aux deux soeurs Boleyn (j'ai trouvé Henri VIII assez peu développé), l'une Marie: douce, aimable, qui n'aspire qu'à la tranquilité et à la paix, et l'autre Anne, vile, ambitieuse, prête à détruire tout et tout le monde pour réussir. Ce dernier personnage m'a totalement fasciné et écoeuré à la fois (probablement parce que dans la série Les Tudors que j'affectionne beaucoup, Anne Boleyn n'est pas du tout perçu de la même façon). Comment peut-on être aussi froide et mauvaise ça je ne le sais pas... La famille Boleyn aussi m'a beaucoup intéressé, parce que - en ce qui concerne le père et l'oncle d'Anne et Marie en tout cas - leur réactions n'ont pas été totalement romancées, ils ont vraiment agi comme cela à cette époque. Et je pense que c'est aussi ce qui fait le charme de ce roman : il reprend et traite de personnages qui ont réellement existé et marqué à jamais l'histoire d'Angleterre et de l'Europe également.

Par ailleurs, l'écriture est fluide et le vocabulaire pas du tout compliqué à comprendre, ce qui rend la lecture vraiment rapide. En outre, il y a peu de descriptions comparés aux dialogues (qui sont vraiment savoureux) et j'ai apprécié cet aspect du roman. Généralement le trop plein de descriptions à tendance à me lasser rapidement.

Petite précision toutefois, ce roman n'est en aucun cas une autobiographie ni un traité historique. Ce n'est qu'une réinterprétation de l'Histoire. Car, si Marie fut en effet la maitresse du roi, il n'est pas prouvé (ce ne sont que des suppositions en tout cas) que ces enfants soient ceux du rois, il en va de même pour les accusations d'nceste et d'adultère entre Anne Boleyn et son frère qui sont présentés comme un fait dans le roman, alors que des siècles après les historiens ont démontrés que ces affirmations n'étaient pas vraies. Par ailleurs, la relation entre Marie et Anne a été monté de toutes pièces, car en réalité elle n'était pas proche du tout, et Marie ne revit même pas sa soeur les quelques années qui précedèrent son execution.

En bref, un superbe roman qui nous entraine dans une fresque épique et une descente en enfer, brillament décrites, et qui vaut vraiment la peine d'être lu.

Tout ça pour dire : que je n'ai pas vu les pages défiler ! Ça faisait des années (depuis Le lit d'Alienor de Mireille Calmel en fait) que je n'avais pas lu un roman historique aussi palpitant et captivant ! Je l'ai dévoré en moins de trois jours et le recommande chaudement !

 

                                                                                         Star5
coup de coeur 11

 

Où l'acheter: ici

Adaptation(s) : Deux soeurs pour un roi de Justin Chadwick

18907682 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20080220 071043

Pour aller plus loin
- Site officiel de Philippa Gregory (en anglais)
- Page wikipédia d'Henry VIII
- Page wikipédia d'Anne Boleyn
- Page wikipédia de Mary Boleyn

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des romans historiques

Repost 0

Publié le 30 Janvier 2010

rebelles
Rebelles


Titre VO : The Luxe

Auteur: Anna Godberson


Quelques mots sur l'auteur : Anna Godbersen est née à Berkeley, en Californie, et a fait ses études à l'université de Barnard. Elle vit avec son mari à Brooklyn, où elle écrit actuellement la suite de Rebelles.


Autre(s) roman(s) de cet auteur :  Rumeurs, Envy, Splendor

Genre: Roman, Historique, Jeunesse

Edition : Albin Michel

Nombres de pages : 452

Anna%20resized

Résumé: Des filles rebelles dans des robes sublimes font la fête jusqu'à l'aube. Des garçons irrésistibles aux sourires machiavéliques ont des intentions suspectes. Mensonges, secrets et scandales. Nous sommes à Manhattan... en 1899.

Pourquoi j'ai choisi ce livre : La couverture - que je trouve somptueuse - m'avait tapé dans l'œil et le résumé annonçait des scènes croustillantes donc quand on a organisé un défi avec ma meilleure amie, j'ai choisi de nous faire lire ce livre.

Mon avis personnel: J'avais lu de bonnes critiques sur ce roman jeunesse et je partais donc avec de bonnes espérances...qui sont malheureusement bien vite retombées comme un soufflet !

Dès les premières pages, j'ai senti que ça n'allait pas passer. Le style était vraiment ampoulé, plein de fioritures et le tout renvoyait une image peu naturelle. Déjà mauvais point, cependant le style change légèrement dans les chapitres suivants, mais malheureusement ne s'améliore pas. Je suis bien consciente qu'il s'agit ici d'un roman jeunesse, mais là le style est vraiment pauvre. Entièrement ou presque composé de phrases simples, mais peu convaincantes,  ce roman fait plus penser à une fanfiction que celui d'un auteur publié (et encore pour avoir lu beaucoup de fanfictions, je trouve que certaines sont mieux écrites que ce roman, mais passons...).

Donc déjà l'écriture très enfantine m'a vraiment gêné. De plus, je n'ai pas apprécié le langage des personnages qui, je trouve, ressemble trop à notre langage courant. Dans l'ensemble j'ai trouvé les dialogues beaucoup trop familiers pour être crédible en tant que bon roman historique. L'histoire en elle-même il faut le dire n'est pas terrible non plus. Très honnêtement, pendant ma période roman Harlequin (si si jassume, j'étais en seconde, j'étais jeune et naîve !) j'ai lu des intrigues bien plus intéressantes et bien mieux ficelées que celle-ci. Nous avons droit ici à une histoire très prévisible, pas novatrice du tout et plutôt ennuyeuse.

Au niveau des personnages maintenant, certains sont vraiment intéressants, j'ai beaucoup aimé le personnage de Diana, qui je trouve apporte un peu d'authenticité au roman ainsi que celui de Claire, qui malheureusement n'a pas été assez développé à mon gout. Les autres personnages m'ont paru sans intérêts, pour ne pas dire caricaturaux. Elizabeth et son apathie m'ont beaucoup agacé, Pénélope et sa méchanceté m'ont paru vraiment cliché et Lina m'a semblé vraiment peu crédible.

Pourtant malgré tout cela, malgré l'écriture simplette, une histoire prévisible et peu accrocheuse, des personnages agaçants, et des situations peu crédibles, j'ai lu ce roman d'un traite, et je dirai même plus j'ai envie de connaitre la suite !

Cependant, je pense que si jamais je lis la suite, j'emprunterai les romans à la bibliothèque, ou alors je les achèterai en version anglaise car les tomes français sont malheureusement hors de prix et comme je n'ai que peu apprécié ce premier tome au final, je ne pense pas dépenser de l'argent dans des suites que je ne suis pas certaine d'aimer.

Tout ça pour dire : que j'ai été déçue...peut-être avais-je trop d'attentes vis-à-vis de ce livre, ou peut-être tout simplement suis-je trop "vieille" pour apprécier ce genre de littérature.

Star2
Où l'acheter: ici

Pour aller plus loin :
- Le site officiel des livres (en français) (très sympa, possibilité de faire des tests, etc)
- Le site officiel des livres (en anglais) (très complet, possibilité de lire des extraits)
- Le forum sur les livres Rebelles

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 26 Janvier 2010

Le Symbole Perdu de Dan Brown

Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d'urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut grade, pour une conférence à donner le soir même. En rejoignant la rotonde du Capitole, il fait une macabre découverte. Ce sera le premier indice d'une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie. Une aventure où s'affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon.

Ce livre fait parti d'un projet de lecture en commun que j'ai organisé avec ma meilleure amie. Chacune a choisi dix livres qu'elle avait envie de lire et ensuite on tire au sort le nom des livres pour savoir lors de quelle semaine on va devoir les lire et la semaine dernière c'était au tour de ce roman (autant le dire tout de suite, ce roman ne faisait pas parti de ma liste)

Le Symbole perdu est le premier livre que j'ai lu de Dan Brown et ça sera aussi le dernier ! Une seule phrase suffirait pour décrire mes impressions : « De qui se moque-t-on ? ».

Tout d'abord, je n'ai pas aimé la narration. Mais ce point ci n'est qu'une question de goût et je ne le retiendrai pas contre l'auteur. En effet, je n'ai pas apprécié le fait que les chapitres soient si courts et coupent ainsi l'action. Si certains trouvent que cela permet de densifier le suspense, personnellement ça m'a coupé dans mon élan et j'ai trouvé ça dommage car je n'avais qu'une envie, c'était de « zapper » les passages qui ne m'intéressaient pas et de passer à ceux que j'avais vraiment envie de lire.

Concernant le style de l'auteur, on peut dire que ça se lit bien mais ça s'arrête là. Ce n'est pas de la grande littérature mais l'auteur n'a jamais eu cette prétention donc de ce côté-là encore rien à lui reprocher.

Mais l'histoire bon sang, quelle déception ! Tout d'abord, je tiens à préciser que je n'ai pas lu Anges et Démons et Le Da Vinci Code mais j'ai vu les adaptations et ça m'a suffit pour faire le rapprochement avec Le Symbole perdu. Mêmes courses poursuites par les autorités locales, mêmes méchants au début qui s'avèrent être les gentils à la fin, même présence d'une seule femme au côté de Langdon et j'en passe. Dan Brown fait du recyclage et ça ne prend pas !

Par ailleurs, j'ai trouvé ce roman tellement prévisible ! La plupart des retournements de situation, et des monuments où les personnages devaient se rendre après avoir résolu leurs énigmes, je les avais déjà deviné des pages avant ! Je ne parlerai même pas de la fin (si on peut appeler ça comme ça !) qui est tout bonnement ridicule. C'est confus, c'est brouillon et pas cohérent et du coup je ne suis pas certaine d'avoir tout compris. La réflexion religieuse, philosophique et scientifique que Dan Brown a essayé de développer aurait certainement pu être très intéressante s'il ne l'avait pas noyé sous des tonnes et des tonnes d'informations (la plupart inintéressantes). Bien sûr, cela prouve que Dan Brown a fait un travail de recherche important et méticuleux mais comme dirait l'expression « quantité ne rime pas toujours avec qualité ».

Enfin le dernier point qui m'a gêné ce sont les personnages, bien sûr, ils suivent toujours le même schéma que dans les autres romans de Dan Brown, mais ils ont tendance à m'agacer : Langdon, censé être spécialiste des symboles est obligé de se faire aider le trois quart du temps par Katherine, Katherine elle-même qui manque de mourir à plusieurs reprises mais qui ouf s'en sort in extremis à chaque fois, Sato grand méchant du début qui à la fin les aide...Non ça ne passe pas. A la limite le personnage que j'ai préféré et qui avait une certaine profondeur à mon avis, c'était Mal'akh. Ce personnage m'a touché et j'ai aimé la façon dont l'auteur a su garder son caractère intact jusqu'à la fin (même si j'ai trouvé sa dernière scène ridicule).

Tout ça pour dire : que ce livre fut pour moi une perte de temps. D'ailleurs heureusement qu'on m'a prêté ce roman parce que ça m'aurait vraiment fait de la peine de payer si cher un roman tel que celui-ci. Je préfère garder mon argent pour des romans qui n'ont peut-être pas la même popularité mais qui sont sans conteste beaucoup plus intéressants.

Le Symbole Perdu de Dan Brown

Le symbole perdu de Dan Brown
Titre VO : The lost symbol
Thriller, Aventure - Editions JC Lattès - 595 pages
Où l'acheter: ici

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Thrillers-Policiers

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2010

Sherlock Holmes

Aucune énigme ne résiste longtemps à Sherlock Holmes... Flanqué de son fidèle ami le Docteur John Watson, l'intrépide et légendaire détective traque sans relâche les criminels de tous poils. Ses armes : un sens aigu de l'observation et de la déduction, une érudition et une curiosité tous azimuts; accessoirement, une droite redoutable...
Mais une menace sans précédent plane aujourd'hui sur Londres - et c'est exactement le genre de challenge dont notre homme a besoin pour ne pas sombrer dans l'ennui et la mélancolie.
Après qu'une série de meurtres rituels a ensanglanté Londres, Holmes et Watson réussissent à intercepter le coupable : Lord Blackwood. A l'approche de son éxécution, ce sinistre adepte de la magie noire annonce qu'il reviendra du royaume des morts pour exercer la plus terrible des vengeances.
La panique s'empare de la ville après l'apparente résurrection de Blackwood. Scotland Yard donne sa langue au chat, et Sherlock Holmes se lance aussitôt avec fougue dans la plus étrange et la plus périlleuse de ses enquêtes...

La bande annonce m'avait vraiment donné envie et j'avais hâte de voir ce film, d'autant que j'aime beaucoup les romans d'Arthur Conan Doyle dont Sherlock Holmes est le héros.

Et ce film est à mon avis une réussite. Pas de tous les points de vue parce que certaines petites choses m'ont gênées mais c'est quand même un film que je recommanderai (même si il n'est pas encore sorti en France). L'histoire est vraiment bien pensée, rythmée et surtout a bien su conservé l'esprit des romans de Doyle. Jusqu'à la fin on se demande le pourquoi du comment et le suspense est vraiment bien distillé.


J'ai également aimé les personnages dont la psychologie a vraiment été développée comparé à celle présente dans les romans. Le personnage de Watson surtout m'a intrigué et j'ai vraiment apprécié la place qu'il avait dans le film, plus importante que dans les livres j'ai trouvé.

Enfin pour les bons points de ce film, j'ajouterai les costumes qui sont vraiment somptueux (surtout les robes des jeunes femmes et leur maquillage, parfaitement en adéquation avec l'époque), le décor et l'ambiance noire, très film des années 20 que j'ai adoré tout simplement. De plus, le film est parsemé de petites touches humoristiques qui m'ont vraiment fait sourire sans pour autant faire tomber le film dans la comédie. Un juste équilibre a réussi à être crée en l'humour, l'action, et l'intrigue, et je dis chapeau !

Quelques petits détails néanmoins m'ont gênés, tout d'abord l'acteur qui a été choisi pour interpréter Sherlock Holmes. Pour moi, Robert Downey Jr est une grosse, grosse erreur de casting. On ne prend pas un acteur américain qui fait plus grosse production américaine que détective privé anglais pour interpréter le célèbre Sherlock Holmes. Non pour moi il n'allait pas. Certes il joue très bien mais il n'était pas en accord avec l'esprit de base de Sherlock Holmes. Autre petit point qui m'a gêné parfois ce sont les ralentis, que j'ai trouvé un peu lassant à la fin ainsi que le manque de cohérence de certaines scènes (Watson est gravement brulé et moins de douze heures après est totalement guéri...bof bof tout ça). Mais ce sont vraiment les deux seuls petites choses qui m'ont gêné dans ce film.

En bref, un très bon film, qui respecte à peu près l'esprit des livres et que je recommande à tous. C'est très clairement sous entendu à la fin du film qu'il y aura une suite et bien j'irai la voir, c'est sur et certain !

Tout ça pour dire : que j'ai aimé ce film. Je ne dirais pas que c'est une adaptation vraiment fidèle aux romans de Conan Doyle mais on passe quand même un agréable moment en sa compagnie.

Sherlock Holmes

Sherlock Holmes
Policier, Aventure - 2h08
Avec : Robert Downey Jr., Jude Law, Mark Strong, Rachel McAdams, Kelly Reilly, etc.

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2010

51xqm0hqnLL SS400
Le chant des sorcières

Tome 1

Auteur: Mireille Calmel




Quelques mots sur l'auteur : Mireille Calmel, née Mireille Claire Rouchon, est une écrivaine française née à Martigues le 8 décembre 1964. Tombée gravement malade pendant son enfance, elle tire sa force dans son refus de mourir et surtout dans l'écriture (elle le dit d'ailleurs elle-même : "tant que j'écrirai, je ne mourrai pas"). Aujourd'hui, ses livres sont publiés dans plusieurs pays européens et elle compte plus de 11 millions de lecteurs.

Autre(s) romans de cet auteur : Le chant des sorcières tome 2 - Le chant des sorcières tome 3 - La rivière des âmes - Lady pirate (T1 et 2) Le bal des louves (T1 & T2), Le lit d'Aliénor (T1 et 2) Les Treteaux de l'Enfance

180px-Mireille Calmel 20090315 Salon du livre 1



Genre: Historique, Drame, Romance, Fantastique

Edition : XO Editions

Nombres de pages : 384

Résumé: En 1483, dans le Vercors, la jeune Algonde, fille de l'intendante du château de Sassenage, échappe miraculeusement à la mort après être tombée dans un torrent. Sous le choc, elle confie avoir été sauvée par la fée à queue de serpent, Mélusine... Désormais, pour la fière Algonde, rien ne sera plus comme avant. Afin d'échapper à une redoutable prophétie, elle doit percer les secrets du château : Quel mystère entoure la mort de la baronne? Pourquoi la plus haute chambre du donjon est-elle condamnée? Et surtout, d'où lui vient cette ressemblance troublante avec la fée? La jeune fille s'apprête à combattre des puissances aussi mystérieuses que maléfiques...

Pourquoi j'ai choisi ce livre : J'ai acheté ce livre en mars de l'année dernière à l'occasion de la venue de Mireille Calmel au salon du livre de Paris. Je n'avais pas osé le lire depuis lors, et encore moins depuis ma dernière déception concernant cette auteur : Le bal des Louves. Néanmoins, je me suis retrouvée chez moi pendant les vacances et tous mes livres étant restés en Angleterre, j'ai pioché dans ce qui me restait dans ma bibliothèque et j'ai choisi ce livre.

Mon avis personnel: Ce que je peux dire c'est qu'il se lit vraiment rapidement (à peine deux jours) et qu'il est beaucoup plus intéressant que le dernier livre de Calmel que j'ai lu (les deux tomes du Bal des Louves). L'histoire est déjà beaucoup plus ancrée dans la réalité ce que j'ai apprécié, et les personnages sont moins détestables bien que toujours un peu trop penchés sur la chose (si vous voyez ce que je veux dire). L'histoire également est prenante. M'étant toujours intéressée aux fées et aux légendes arthuriennes, cette histoire m'a passionnée. J'ai aussi aimé le côté exotique du prince arabe prisonnier, cela apporte une nouvelle dimension au roman qui n'est pas pour me déplaire.

En ce qui concerne le style de Calmel, c'est toujours aussi fluide et léger. Lecture sans prise de tête sans pour autant être simpliste. Une jolie plume en somme.

Néanmoins, j'ai trouvé que ce tome était un peu long à démarrer et que les révélations ne venaient pas. Je pense que comme pour les autres séries qu'elle écrit, Mireille Calmel se réserve pour les prochains tomes que j'ai hâte de lire car je me doute déjà de comment l'histoire va tourner et il me tarde de voir si mes suppositions sont justes.

Tout ça pour dire : que ce premier tome est prometteur. Une histoire captivante et qui promet de belles surprises pour les prochains tomes, et un côté exotique peu commun dans ce genre de lecture qui au final m'ont vraiment bien plu ! A voir si les prochains tomes seront à la hauteur.

Star3
Où l'acheter: ici

Pour aller plus loin :

 

Site officiel de Mireille Calmel

Page du Chant des sorcières sur XO editions (très jolie, possibilité de lire un extrait)

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des romans historiques

Repost 0

Publié le 21 Janvier 2010

Le Cid de Pierre Corneille

Dans une Espagne médiévale, héroïque, éclatante, deux jeunes gens se déchirent et s'adorent. Pour laver un affront, Rodrigue tue le père de Chimène.L'honneur et le devoir exigent la vengeance et la haine, mais elle aime éperdument cet assassin. Une comédie, une tragédie ? Cette pièce, tout le monde le pressent, est le plus beau, le plus vivant, le plus jeune des drames romanesques. C'est un poème amoureux où les sentiments l'emportent sur les convenances et la loi, un chant de désespoir et de révolte. À la création du Cid, le succès fut tel qu'il fallut ajouter des chaises sur la scène. Depuis plus de trois siècles, il fait salle comble. Le théâtre de Corneille est fait de tendresse, d'inattendu, de folie. On commence tout juste à le comprendre aujourd'hui.

Je me souvenais avoir beaucoup aimé cette pièce de théâtre et cette relecture n'a pas terni mes impressions, bien au contraire, j'adore toujours autant !

L'histoire peut paraître simplette au premier abord et pas très crédible mais si on gratte un peu la surface on se rend compte de sa richesse et il faut surtout bien remettre l'histoire dans son contexte. L'histoire donc est célèbre, très émouvante et surtout universelle. Tout le monde se retrouver dans l'un ou l'autre des personnages soit à cause de leurs traits de caractères soit à cause de ce qui leur arrive (bon je ne dis pas que vous allez tuer le père de votre fiancé(e) mais tout de même).

Mais je dois avouer que plus que l'histoire, ce qui m'a enchanté c'est l'écriture de Corneille. J'avais déjà lu des pièces en vers (de Racine pour la plupart) mais j'avais moins accroché. Ici Corneille nous livre une œuvre magistrale qui n'est pas si difficile que ça à lire et qui est surtout si poétique. J'ai été emporté par les vers sans même m'en rendre compte et parfois je devais relire car je m'attachais plus à la sonorité de la phrase qu'à son sens.

En bref, une relecture qui m'a vraiment vraiment fait grand plaisir et qui m'a donné envie d'une part d'aller au théâtre (j'adore le théâtre et malheureusement je trouve qu'on ne joue pas assez de pièces classiques de nos jours) et d'autre part de me lancer dans la lecture d'autres ouvrages de Corneille moins connus.

Affaire à suivre donc...

Cette pièce de théatre est probablement une des meilleures que j'ai lu. Une trame intemporelle et une plume superbe ! A lire plus d'une fois dans sa vie et surtout à voir sur scène !

Le Cid de Pierre Corneille

Le Cid de Pierre Corneille
Théâtre, Classique - Editions Pocket - 108 pages
Où l'acheter: ici

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère du Théâtre

Repost 0

Publié le 20 Janvier 2010


2670461730_1.jpg

Journal d'un vampire

 

Tome 1

Titre VO : Vampire diaries

Auteur: L.J. Smith



Quelques mots sur l'auteur : Lisa Jane Smith vient de changer de nom. Elle s'appelait Lisa J. Smiths. Elle vit en Californie. Elle a un chat et de nombreux livres. Elle a la plupart de ses idées quand elle s'endort. Elle a écrit de nombreux livres de littérature fantastique : plusieurs histoires de vampires, sorcières...

Autre(s) romans de cet auteur :  Journal d'un vampire T 2 et 3 - Nightworld, Tome 1 : Le secret du vampire - Vampires, tome 1 : La naissance

 

7187

 

Genre: Roman, Bit-lit, Romance, Jeunesse

Edition : Hachette, Black Moon

Nombres de pages : 453 

Résumé: Dès l'arrivée de Stefan Salvatore à Fell's Church, Elena, la reine du lycée, se jure de la séduire. D'abord distant, le garçon aux allures d'ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante et lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu'il aimait l'a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des évènements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L'histoire est-elle amenée à se répéter ? Le récit captivant de deux frères vampires déchirés par l'amour d'une même femme. Un triangle amoureux d'une dangereuse sensualité.

Pourquoi j'ai choisi ce livre : J'avais 6 heures devant moi, pendant la traversée de la Manche, de Ouistreham à Portsmouth et ma meilleure amie avait acheté ce livre car la couverture lui plaisait et le résumé également. Comme je l'avais vu sur plusieurs blogs littéraires j'ai demandé à mon amie de me le preter pour le lire dans le bateau. Grand bien mal m'en a pris ! Mon amie m'avait prévenue qu'elle n'avait pas aimé (et pourtant elle est moins difficile que moi) mais je voulais me faire une opinion par moi-même et je n'ai pas été deçue !

Mon avis personnel: Honnêtement, ça faisait un moment que je n'avais pas autant rigolé en lisant un livre. Oh à la base il n'a rien d'amusant, mais ce livre est tellement pathétique car ça en devient carrément risible !

Dès le début le ton est donné, le style est pauvre (pour ne pas dire inexistant), et simpliste (on suit toujours le même schéma : Sujet + Verbe + complément, avec parfois une petite surprise avec la présence de quelques petits compléments circonstanciels) et la traduction qui osons le dire est médiocre n'arrange rien.

L'histoire est affligeante de nullité, bourrée de clichés (la fille populaire, le vampire ténébreux – tout ça ressemble beaucoup et trop à la série Buffy contre les vampires – etc.) et tellement prévisible. De plus j'ai trouvé les personnages plats, sans intérêt et pour la plupart vraiment idiots (cf la scène où après l'assassinat du professeur la cruche blonde s'exclame : « oh mais que je suis heureuse que cette soirée se termine si merveilleusement bien » ! Non mais vraiment !) et pas du tout crédible.

A la fin quand même, il y a un regain d'intérêt pour l'histoire (qui disons le honnêtement n'est pas tip top, confuse et pas très recherchée) mais ça ne suffit pas à sauver ce livre qui est tellement inintéressant que parfois j'avais juste envie de sauter des pages pour arriver à la fin (je conseille à ceux qui voudrait quand même lire ce roman après avoir lu mon avis de le lire en diagonale, ça serait moins pénible pour vous, vous n'aurez pas à lire les niaiseries, et clichés qui occupent une bonne partie de ce roman et qui m'ont parfois même fait éclater de rire tellement je trouvais ça navrant !).

En bref, lisez ce livre si l'envie vous en prend mais vous n'en retirerez rien de bien constructif ni même rien de divertissant !

Tout ça pour dire : que ce livre fut une perte de temps (heureusement que je ne l'avais pas acheté). Mal écrit, inintéressant, ennuyeux, et mettant en scène des personnages ternes, sans personnalités et complétement stupides, ce livre n'a rien pour lui. Passez votre chemin !

Star1
Où l'acheter: ici

Adaptation(s) : Vampire diaries (Série TV)

Pour aller plus loin :

Site officiel des livres (en anglais)
Site officiel de l'auteur (en anglais)
Site officiel de la série (en français)


                        TheVampireDiaries-season-2-episode-1                    vampire-diaries-poster-1

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0

Publié le 20 Janvier 2010

2386308559_1.jpg


Challenge de la littérature française et étrangère (CLFE)



Ce blog organise ce challenge pour l'année 2009, qui consiste à lire au moins 20 "classiques" de la littérature française et étrangère au cours de l'année.

Ce challenge m'attire tout particulièrement parce que je trouve que j'ai quelques lacunes en littérature classique, donc je participe et vous présente ma liste de 20 classiques à lire, cependant je ne me donne pas de limite de temps donc on verra combien de temps, je prendrai pour terminer ce challenge :

 

₪ Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell
₪ Anna Karénine de Léon Tolstoï
₪ Candide de Voltaire
₪ Dom Juan de Molière
Jane Eyre de Charlotte Brontoë
₪ Le Meilleur des mondes de Aldous Huxley
₪ Le dernier jour d'un condamné de Victor Hugo
₪ Le mariage de Figaro de Beaumarchais
₪ Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde
Le rouge et le noir de Stendhal
La Dame aux Camélias d'Alexandre Dumas fils
₪ La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau
₪ Les Trois mousquetaires de Alexandre Dumas
₪ La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette
₪ Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos
₪ Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar
₪ Madame Bovary de Gustave Flaubert
₪ Phèdre de Racine
₪ Raison et Sentiments de Jane Austen
₪ Romeo et Juliette de William Shakespeare

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Challenges

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2010


2407126785 small 1

La société bourgeoise du XIXe siècle tolérait qu'un homme puisse entretenir une liaison, aussi ruineuse fût-elle, avec une courtisane, mais en aucun cas il ne devait s'éprendre d'une de ces demi-mondaines. C'est pourtant ce qui arrive à Armand Duval, qui aime dès le premier regard la plus luxueuse d'entre toutes, la séduisante et capricieuse Marguerite Gautier. Il confie à un inconnu compatissant cette passion tragique, à l'occasion de la mise en vente des biens de la jeune femme, emportée par la tuberculose : après les premières rebuffades, la belle croqueuse de fortunes l'élit comme amant de coeur, sensible à la sincérité de son amour, si différent en cela des amitiés intéressées qui l'entourent. Suivront les intermittences de la douleur, les rares moments de bonheur, la fulgurance de la souffrance puis la vengeance destructrice.

Autant le dire tout de suite, l'histoire n'a rien de novatrice et on connait le destin des personnages dès les premiers chapitres, mais le roman n'en est que plus intéressant. En effet, on se concentre donc plus sur la psychologie des personnages et c'est vraiment agréable.

Pour être honnête, dès le début j'ai detesté Marguerite, je la trouvais méchante, égoiste, capricieuse, bref, son personnage ne m'était pas du tout sympathique. Quant à Armand, au contraire, je l'aimais beaucoup. J'ai cru un moment que son côté pathétique allait finir par m'agacer et m'ennuyer mais pas du tout. Au final, j'ai quand même fini par apprécier le personnage de Marguerite. Au fil des pages, Dumas nous montre à voir au delà des apparences, à gratter la surface des personnages pour voir ce qui se cache derrière leur facade. Et pour Marguerite, on découvre sa personnalité fragile, romantique et fataliste. En bref, deux personnages auxquels on s'attache forcement et du coup on a un peu du mal à refermer le livre.

Par ailleurs, je dois avouer qu'au début, j'avais peur que ce livre soit assez compliqué à lire, mais en réalité l'écriture de Dumas fils, qui fut une découverte pour moi, est fluide, simple et très agréable. Le tout se lit très rapidement et j'ai aussi beaucoup aimé les petites notes de l'auteur parsemées le long du roman, qui s'adressent aux lecteurs, j'ai trouvé cela très spirituel.

L'auteur, grâce à l'intégration de plusieurs point de vue : le narrateur, Armand, Marguerite (à travers ses lettres), a su nous montrer toutes les facettes de ce récit et vraiment je ne regrette pas du tout de l'avoir lu au contraire ! D'ailleurs, ce roman m'a donné envie de me plonger un peu plus dans l'univers de Dumas fils, et je pense lire très prochainement la pièce de théatre La Dame aux Camélias (du même auteur), ainsi que ses autres ouvrages.

Enfin, il est important de rappeller que cette histoire a donné lieu de nombreuses adaptations cinématographique (on citera par exemple le très beau Moulin Rouge), un classique à lire et à relire donc !

Tout ça pour dire : que ce classique m'a beaucoup touché. J'ai aimé les personnages qui sont attachants et qui ont une personnalité complexe, l'écriture agréable et spirituelle de Dumas et surtout la très belle description de la socièté du XIXè siècle.

Star4

La dame au camélias de Alexandre Dumas (fils)
Classique - Editions Flammarion - 370 pages
Où l'acheter: ici

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Classiques

Repost 0