Publié le 18 Novembre 2013

Lost-Hero

Quand Jason, Piper et Leo arrivent au camp des Sang-Mêlé, ils ne savent pas du tout ce qui les attend. Apparemment, ce serait le seul endroit où les enfants des dieux grecs seraient en sécurité. Car Jason est le fils de Zeus, Piper la fille d’Athéna et Leo, fils d’Héphaïstos… Ils ontété choisis pour une quête bien dangereuse pour des demi-dieux inexpérimentés. Leur mission ? Délivrer Héra, la reine des Dieux, victime d’une terrible malédiction… Dès leur premier défi, ils doivent sauver leurs proches tenus prisonniers. Et aussi poursuivre leur mission, malgré des dangers qui peuvent leur coûter la vie…

Rick Riordan, c'est l'assurance d'une lecture détente, drôle et captivante. Aussi, après avoir adoré sa saga Percy Jackson (et terminé en pleurs lors de la lecture du dernier tome, ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien), je n'avais pas envie de quitter ces personnages et me faisait une joie de les retrouver pour de nouvelles aventures. Mais, après ma lecture de The lost Hero, force me fut de constater que j'ai beaucoup moins apprécié ce roman que les précédents de cet auteur. Explications.

 

Jason se réveille dans un bus scolaire sans aucun souvenir de sa vie passée. Etourdi, il apprend qu'il étudie dans une école spéciale pour “adolescents à problèmes”, qu'il a un meilleur ami appelé Léo et une petite amie : Piper. Et comme si ce n'était pas suffisant, lors d'un voyage scolaire, son groupe est attaqué par des monstres et il se retrouve bientôt catapulté dans un camp bien étrange, accompagné de ses deux amis. Il n'est pas au bout de ses surprises.

 

J'ai mis plus de 10 jours à terminer ce roman. Pas que je ne le trouvais pas intéressant ou captivant, non, car comme d'ordinaire, Rick Riordan nous offre un roman bourré d'actions et d'aventures. Non, c'est juste que, pour une raison que j'ignore, je n'ai pas vraiment réussi à vraiment m'immerger dedans (je pense que le fait qu'on ne voit quasi pas Percy, Annabeth et Grover y est pour beaucoup mais bon, passons !). L'ensemble est à mon goût un peu trop long et j'ai regretté certaines scènes, qui pour moi n'apportent pas grand chose au récit final.

 

Parlons un peu de l'intrigue, car c'est vraiment le point le plus positif que l'on peut retirer de ce roman. Contrairement à sa précédente saga, on sent que l'auteur a voulu aller un peu plus loin dans le développement de son récit et l'histoire s'en trouve beaucoup plus complexe et de fait, beaucoup plus intéressante à lire. J'ai été agréablement surprise par le renouvellement de l'intrigue et le fait que Rick Riordan a véritablement su rebondir pour offrir à ses lecteurs une suite travaillée et qui tient vraiment la route. Je n'en dirais pas plus, car je préfère que les lecteurs découvrent par eux-même le fil conducteur de ce roman, mais sachez quand même que le roman vaut le coup d'être lu rien que pour cela.

 

Là où pour moi ça a pêché, outre la présence de trop nombreuses longueurs, c'est avec les personnages. Il faut bien l'avouer, Jason et Piper n'ont vraiment pas le charisme de Percy et Annabeth et je n'ai pas du tout réussi à m'attacher à eux. Trop distants, trop peu sympathiques, je n'ai pas vraiment d'affinités avec eux et cela s'est ressenti à travers ma lecture par un certain détachement envers eux. En revanche, j'ai beaucoup aimé Léo, qui tire vraiment son épingle du jeu. Un personnage drôle et caustique, plus complexe qu'il n'y parait aux premiers abords. J'ai hâte de voir ce que l'auteur nous réserve pour lui dans la suite.

 

Je ne vais pas m'attarder sur le style de Rick Riordan, qui reste, comme d'ordinaire, fidèle à lui-même et nous livre un roman drôle et très sympathique à lire. Une plume simple mais efficace, somme toute.

 

The lost hero est une petite déception. Si j'ai aimé l'intrigue de fond, j'aurais aimé un récit plus court, qui aurait été vraiment à l'essentiel et des personnages plus charismatiques. Néanmoins, je lirais le deuxième tome avec plaisir !

 

Star3

 

The lost hero de Rick Riordan
Titre VF : Héros de l'Olympe. Tome 1. Le Héros perdu
Jeunesse, Fantastique - Editions Hyperion Books - 576 pages
Où l'acheter : Héros de l'Olympe. Tome 1. Le héros perdu

*****

D'autres romans de cet auteur chroniqués sur le blog :
Percy Jackson. Tome 1. Le voleur de foudre
Percy Jackson. Tome 2. La mer des monstres
Percy Jackson. Tome 3. Le sort du titan
Percy Jackson. Tome 4. La bataille du labyrinthe
Percy Jackson. Tome 5. Le dernier olympien

 

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère Jeunesse - Young adult

Repost 0

Publié le 13 Novembre 2013

Le-pays-des-contes-de-fees-copie-1.jpg

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.Et pour cause !Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.

J'adore les contes de fées. Depuis toute petite, j'ai été biberonnée aux histoires de princesses et de magie dans des royaumes fort fort lointains et même si j'ai grandi (si peu mais quand même), je prend toujours énormement de plaisir à lire ou voir (coup de coeur, il y a deux ans pour la série télé Once upon a time) des histoires mettant en scène des héros de contes de fées. Aussi j'étais absolument ravie de pouvoir découvrir ce roman, dont la couverture, splendide, envoyait déjà du rêve.

 

Alex et Connor sont deux jumeaux de 13 ans, qui essayent, tant bien que mal de faire face au décès de leur père, survenu près d'un an plus tôt. Mais leur vie bascule du tout au tout quand leur grand-mère paternel leur offre pour leur anniversaire, un magnifique livre de contes. Mais pourquoi ce livre s'illumine-t-il ? Et pourquoi lorsque les jumeaux posent des objets sur celui-ci, ces objets disparaissent mystérieusement ? Ce livre risque fort de les embarquer dans une aventure au délà de toute rationalité.

 

Beau coup de cœur pour ce roman jeunesse, que j'ai dévoré en 24h. Un roman bourré d'humour, d'action, de bons sentiments (j'avoue que j'étais tellement immergée dedans que j'ai failli verser une petite larme à la fin du roman) et très très bien ficelé. Le récit tient bien la route. Chaque conte est parfaitement bien travaillé et en adéquation avec le ton dynamique du roman. En effet, il ne se passe pas un seul chapitre sans qu'une quelconque action ne se passe et l'ensemble est très rythmé. Personnellement, cette enchaînement frénétique d'aventures ne m'a pas gêné outre mesure dans le sens où l'intrigue même du roman est construit sur une chasse au trésor mais j'avoue néanmoins que cela finissait un peu pas faire « effet catalogue » (notamment car les résolutions des problèmes sont assez rapides, mais il ne faut pas oublier que le public de ce roman est jeune). Néanmoins, le tout est justement dosé et donne juste envie au lecteur de tourner les pages de plus en plus vite.

 

Autre très bon point de ce roman, c'est le monde crée par Chris Colfer. Un monde féerique, magique, qui m'a vraiment fait me sentir nostalgique des histoires de contes de fées que je dévorais étant petite. Oui, je me sentais vraiment redevenir une toute petite fille qui découvre l'histoire de la Méchante Reine et la suite des aventures de la Belle au Bois Dormant. Je vais m'arrêter deux petits minutes dans ma chronique pour vous parler de l'objet livre en lui même. Les éditions Michel Lafon ont l'habitude de nous livrer de très beaux ouvrages et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Non seulement la couverture est splendide, mais en plus dans les rabats de celle-ci, on peut trouver une magnifique carte du pays des contes de fées, bien utile pour se repérer à travers les pérégrinations de nos deux petits héros.

 

Mention spéciale aux personnages qui sont absolument savoureux ! Alex est un peu fade en comparaison de son frère mais c'est la petite fille sage que tous les parents rêvent d'avoir. Connor avec sa simplicité et surtout son humour à toute épreuve m'a fait explosé de rire presque à chaque page. Très honnêtement, cela faisait un bout de temps que je n'avais pas autant ri en lisant un livre. Les autres personnages ne sont pas en reste, méchants, princesses, fées, tous sont parfaitement bien décrits. J'ai particulièrement aimé le fait que ces personnages soient vraiment ancrés dans la réalité (de leur monde bien sûr) et se comporte comme des êtres humains. Quand je lis des contes de fées dits « classiques », j'ai ressens toujours une certaine distance entre les héros et moi-même, ce qui n'était pas le cas dans ce roman. Je garderai toujours en mémoire le portrait du Petit chaperon rouge qui est super funny.

 

Avec ce roman, je découvre aussi la plume de Chris Colfer pour la première fois. Car, si je connais bien le jeune homme pour l'adorer dans son rôle de Kurt dans Glee, j'avoue que je ne m'attendais pas à grand chose quant à ses talents d'écrivain. Or je me trompais lourdement ! Quelle plume légère et enthousiaste ! Ce livre est bourrée d'humour, d'ironie et de rythme et certaines scènes sont absolument hilarantes et collectors (Spoiler : Quand Boucle d'Or traîne le Petit chaperon rouge derrière son cheval. Les répliques m'ont fait mourir de rire!). Bref, j'en redemande.

 

Le sortilège perdu est un beau coup de cœur ! Un livre palpitant, drôle et savoureux à mettre entre toutes les mains ! Vite la suite !
 

Star5

coup de coeur 45


Le pays des contes. Tome 1. Le sortilège perdu de Chris Colfer
Titre VO : The Land Of Stories, book 1: The Wishing Spell
Jeunesse - Editions Michel Lafon - 414 pages
Où l'acheter : Le Pays des contes : Le sortilège perdu

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère Jeunesse - Young adult

Repost 0

Publié le 9 Novembre 2013

 

Metro-boulot-pareo.jpg

Alice passe un été pourri, car sa carrière d’éditrice est au point mort, et elle vient de se faire larguer. Mais la roue tourne. Elle doit remplacer sa chef pour une super mission à l’étranger : s’isoler dans une villa en Sicile avec un acteur qu’elle admire, afin de le pousser à finir son autobiographie. Or, Alice doit confronter Sam, l’agent de la star, qui ne souhaite pas que ce projet voit le jour. La jeune femme va lutter pour tenter de remplir le contrat, mais elle va vite s’adonner à d’autres activités beaucoup moins professionnelles…

Moi qui adore les romances et la chick-lit, quand j'ai découvert le pitch ensoleillé de ce roman, j'ai tout de suite craqué. Pour autant, si j'ai lu ce livre en un peu moins d'une journée, je ressors globalement déçue par cette lecture qui, pour moi, ne remplit pas son cahier des charges.

 

Alice est une jeune londonienne travaillant dans le monde de l'édition. Elle est, en effet, assistante d'édition dans une grande société anglaise et doit aider ses supérieurs à la publication d'une autobiographie d'une star. Mais quand sa boss tombe inopinément malade et qu'elle doit partir dès le lendemain en Sicile pour aider ladite star, qui se trouve être un acteur incroyablement sexy, à écrire son livre, elle n'hésite pas ! C'est la chance de sa vie, de sa carrière ! Et puis, qui ne voudrait pas travailler avec ce Luther !

 

Bon en soit le roman n'est ni bon ni vraiment mauvais, il est divertissant et malheureusement ça s'arrête là. L'histoire, somme toute, est relativement plate, sans vraiment d'intérêt et très honnêtement, je me suis profondément ennuyée pendant les deux premiers tiers du roman. Je pense que l'auteure n'a pas vraiment su décider entre écrire un roman de chick-lit et une romance et a, du coup, essayé de faire un espèce de mélange entre les deux qui ne fonctionne pas. En effet, le côté chick-lit (l'histoire d'une héroïne qui se cherche et évolue) comme le côté romance (qui débarque comme un nez au milieu de la figure vers le deuxième tiers du roman, un peu tardivement donc) ne sont pas assez poussés. La lectrice que j'étais était un peu perdue et pas franchement emballée par tout ce méli mélo.

 

Je pense que c'est pour cette raison que je n'ai pas accroché plus que cela : beaucoup trop de longueurs (sérieusement, je pense qu'une bonne centaine de page en moins aurait vraiment alléger l'ensemble), une romance qui ne fait pas rêver, une intrigue annexe (l'histoire de Luther) qui aurait pu être très intéressante mais fini par lasser et des personnages...bof.

 

Oui car si encore les personnages avaient été géniaux, j'aurais largement pu passer outre l'ennui et le manque de romance mais je ne les ai pas trouvé très bien caractérisés. Ni touchants, ni crédibles, ni vraiment captivants, aucun n'a vraiment su m'interpeller. La romance entre les deux héros est très très prévisible (bon ça encore ça ne me dérange pas plus que cela d'ordinaire mais bon) et malheureusement je n'ai pas ressenti d'alchimie entre eux. Non décidément entre ce roman et moi, la mayonnaise ne prend pas.

 

Et c'est bien dommage car le style de l'auteure m'a plu. Drôle, léger, frais, Nicola Doherti sait mettre son lecteur en confiance et m'a fait sourire à plusieurs reprises. Je pense d'ailleurs que je n'hésiterais pas à lire d'autres de ses romans pour lui laisser une seconde chance.

 

Métro, boulot, paréo fut une déception. Si ce fut une lecture divertissante, je me suis quand même ennuyée pendant une grosse partie du roman et ni l'intrigue ni les personnages n'ont su raviver mon intérêt. Dommage car le style de l'auteure est vraiment plaisant.

 

Star2


Métro, boulot, Paréo de Nicola Doherti
Titre VO : The out of office girl
Romance, Chick-lit - Editions Milady Romance - 432 pages
Où l'acheter :  Métro, boulot, paréo

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Romance

Repost 0

Publié le 7 Novembre 2013

Elles étaient jeunes et belles de Karen Rose

Jeunes, belles et brunes. Nuit après nuit, des lycéennes disparaissent de leur chambre. L'un après l'autre, leur corps est retrouvé quelques jours plus tard, sans vie...
Révolté par l'horreur de ces meurtres qui terrorisent Raleigh, en Caroline du Nord, l'agent spécial Steven Thatcher n'a plus qu'un but : mettre le tueur en série sous les verrous. Hélas, celui-ci a méticuleusement effacé tous les indices, l'enquête piétine. Jusqu'à ce que la ravissante Jenna, un des professeurs de son fils aîné Brad, ne commence à recevoir d'inquiétantes et sombres menaces. De crainte qu'elle ne soit la prochaine cible du tueur, Steven se jure de la protéger. Car comme toutes les victimes de l'assassin, Jenna est jeune, belle et brune...

Quand on m'a proposé de rencontré une auteure américaine très célèbres de thrillers romantiques, j'ai tout de suite sauté sur l'occasion et j'en ai profité pour découvrir l'univers de Karen Rose, que je ne connaissais pas du tout. Ce fut une très très agréable découverte, car j'ai adoré ma lecture de ce thriller (et encore plus ma rencontre avec l'auteure, qui est absolument formidable).

 

La petite ville de Raleigh est en état de choc. En effet, un tueur en série semble sévir dans la région et plusieurs lycéennes sont retrouvés mortes dans les alentours, assassinées de manière monstrueuses. Le détective Steven Thatcher mène l'enquête et va bientôt croiser le chemin de la charmante professeur de sciences de son fils : Jenna à laquelle, il va avoir bien du mal à résister.

 

La particularité des romans de cette auteure, c'est qu'elle mélange savamment la romance et l'intrigue policière et Elles étaient jeunes et belles ne fait pas exception à la règle et nous offre d'une part, une romance très sympathique, grâce aux héros très attachants et crédibles (je vais y revenir un peu plus tard dans cette chronique) et d'autre part, une enquête policière très bien ficelée, qui tient parfaitement la route et balade son lecteur de pages en pages. J'avais échafaudé nombreuses théories et plus d'une fois j'ai été surprise par la tournure des événements. Néanmoins, comme je suis une enquêtrice hors pair (merci le visionnage de 8 saisons d'Esprits criminels cette année !), j'avais trouvé le nom de l'assassin avant la fin mais cela ne m'a pas du tout gâché mon plaisir, bien au contraire.

 

Le récit est très rythmé, très bien équilibré en terme de scènes d'actions et de scènes plus descriptives, ce qui rend l'ensemble dynamique, vivant et très plaisant à lire. Le roman est, pour tout avouer, très addictif. Pour ma part, je l'ai dévoré en moins de 24h !

 

Quant aux personnages, là encore, c'est une réussite. L'auteure nous a indiqué lors de notre rencontre qu'elle voulait vraiment s'intéresser à l'envers du décor des enquêtes, c'est-à-dire s'occuper des proches des héros et c'est particulièrement bien rendu dans ce roman. Le roman est construit de telle manière qu'à chaque chapitre, nous avons le droit au point de vue d'un nouveau personnage, ce qui permetnde créer un kaléidoscope des liens entre les différents personnages. Chacun d'entre eux sont très bien caractérisés, ce qui les rend plus réels, plus vivants et donc plus proches du lecteurs.

 

C'est pour cette raison que la romance fonctionne très bien dans le thriller (au début, j'étais septique. « Hum de la romance mélangée avec du policier, ça doit donner un roman bizarre »). La romance complémente le thriller et ainsi de suite et finalement, on ne peut s'empêcher de prendre beaucoup de plaisir à suivre les aventures de nos deux héros.

 

Le style de Karen Rose est, ma foi, très agréable à lire. Percutant, dynamique, fluide, on ne s’ennuie pas une seule minute en lisant ce roman et j'ai vraiment hâte de me plonger dans d'autres romans de sa bibliographie pour pouvoir savourer une nouvelle de ses intrigues !

 

Elles étaient jeunes et belles fut une très très bonne découverte ! Je ne donnais pas cher de ce roman alliant romance et thriller et pourtant j'ai été embarquée dedans de la première à la dernière page. Une réussite ! Un roman à découvrir !

 

Elles étaient jeunes et belles de Karen Rose

Elles étaient jeunes et belles de Karen Rose
Titre VO : Have you seen her ?
Policier, Romance - Editions Harlequin - 608 pages
Où l'acheter : Elles étaient jeunes et belles

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Thrillers-Policiers

Repost 0

Publié le 5 Novembre 2013

Paillettes-et-gros-dossiers.jpg

 

Paillettes et gros dossiers

 

Cléo Buchheim

 

(Site Web)

 

cleo_buchheim.jpg

 

S’afficher en robe du soir et talons vertigineux au bras d’un acteur à la mode, dans les soirées les plus chics et branchées où le champagne coule à flots ? Jackie sait que toutes les filles de la terre se damneraient pour prendre sa place. Sauf que, en réalité, elle n’est pas vraiment la petite amie de cet acteur qui déchaîne les foules. Non, ça, c’est le rôle que l’horrible patron de l’agence de presse où elle travaille l’a obligée à jouer, mais, elle, dans la vraie vie, c’est du sublime Arnaud, alias Mister sexy, qu’elle est amoureuse. Si amoureuse qu’elle n’a plus qu’un but : lui prouver qu’elle est la femme de sa vie ! Oui mais voilà : primo, Mister sexy est persuadé qu’elle est la petite amie de ce fameux acteur et, deuxio, il est l’ennemi juré de son propre patron…

 

 

LigneFleur

 

 

Généralement, j'aime beaucoup les romans de la collection Red Dress Ink, car j'apprécie énormement les romans de Chick-Lit, les univers un peu girly et les héroïnes drôles et sympathiques. Ausssi, j'étais ravie d'avoir été sélectionnée pour découvrir ce roman d'une auteure suisse lors de la dernière Masse Critique de Babélio. Mais finalement, force me fut de constater que ce roman n'était pas à la hauteur de mes espérances. Et c'est bien dommage, car si le fond ne m'a pas vraiment plu, j'ai vraiment apprécié le ton et le style de Cléo Buchheim

 

Jackie est une jeune fille pleine de vie et d'enthousiasme. Entourée de ses amis, elle tente, tant bien que mal, de trouver l'homme idéal et de survivre à son boulot de stagiaire dans une grande boite d'agents de stars. Son patron est horrible et la force à prétendre être la petite amie d'un acteur très célèbre. Si la célébrité a son petit effet sur elle pendant un moment, elle se rend vite compte que cela pourrait lui rendre la vie impossible, d'autant qu'elle a rencontré quelqu'un qui pourrait bien s'avérer être l'homme de sa vie.

 

Ce qui m'aura le plus gêné dans le roman, ce fut le récit, que je n'ai pas trouvé ni captivant ni vraiment intéressant. Je me suis ennuyée pendant tout le long du roman et malheureusement l'histoire, un peu trop abracadabratesque à mon goût, n'a vraiment pas su me passionner. Les rebondissements sont trop peu crédibles et pas très bien emmenés dans le récit, ce qui fait que plus d'une fois, j'ai levé les yeux au ciel devant l'absurdité de certaines situations (la palme en revient certainement à cette scène où le patron de Jackie lui demande de seduire son rival, pour qu'il la ramène chez lui et qu'elle puisse fouiller son appartement).

 

Les personnages ne sont malheureusement guère mieux. Très caricaturaux (notamment les amis de Jackie, qui ne me sont pas apparus naturels du tout), pas assez travaillés, je ne les ai pas trouvé attachants ni vraiment plaisants à découvrir. Par ailleurs, l'héroïne m'a vite énervé, de part son comportement un peu trop puéril. Dommage, car elle avait vraiment du potentiel. Je pense que cela est dû au fait que le récit en lui-même est assez court.

 

Très honnêtement, je pense qu'une centaine de pages de plus aurait vraiment apporter un peu plus de profondeur à l'histoire et aux personnages (et comme j'ai adoré le style de l'auteure, cela ne m'aurait pas du tout déranger de les lire ces pages supplémentaires, au contraire !).

 

Parlons justement du style de Cléo Buchheim, qui est sûrement l'aspect le plus plaisant du roman. Une plume drôle, dynamique, fraîche et vivante, bref, un ton girly et enjoué qui m'a séduite du début à la fin. C'est d'ailleurs pour cette raison, que je retenterai l'aventure avec un autre de ses romans, car je pense vraiment que son style vaut le détour à lui-tout seul.

 

Paillettes et gros dossiers fut une déception tant au niveau du récit que des personnages. Néanmoins, je retiendrais de cette lecture le style de l'auteure qui est très sympathique et donne envie d'y revenir.

 

Star2

 

Chick-Lit, Romance - Editions Harlequin - 306 pages

Où l'acheter : Paillettes et gros dossiers

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 1 Novembre 2013

 

Bilan-du-mois.jpg

 

Comme beaucoup de mes compatriotes blogueurs, j'ai eu envie de me lancer dans un petit bilan livresque par mois, plus pour mon propre plaisir que pour le reste. En effet, cela ma permettra de regarder un peu quel est mon rythme de lecture, à quelle vitesse j'écris mes chroniques (ah j'ai déjà peur de connaître le résultat de cet étude), etc.

 

Voici donc ce que j'ai lu en ces deux mois de septembre et octobre !

 

Heroes of Olympus. Book 1.The lost hero de Rick Riordan - Editions Hyperion Books - 576 pages - Chronique

Elles étaient jeunes et belles de Karen Rose - Editions Harlequin - 608 pages - Chronique

Partials de Dan Wells- Editions Albin Michel - 522 pages - Chronique

 

Lost-Hero  1507-1.jpg  Partials.jpg

 

Girl heart boy, tome 1 : Amour ne rime pas avec toujours d'Ali Cronin - Editions J'ai Lu - 223 pages - Chronique

Twilight, tome 1 : Fascination, partie 1 de Stephenie Meyer & Kim Young - Editions Pika - 225 pages - Chronique

Paillettes et gros dossiers de Cléo Buchheim - Editions Harlequin - 206 pages - Chronique

 

Girl heart boy  Twilight  Paillettes et gros dossiers

 

Bilan : Seulement un livre de lu en septembre. Mais heureusement je me suis rattrapée en octobre, même si finalement, je me rend compte que j'ai quand même peu lu pendant ces deux mois !

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Le bilan du mois

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2013

Girl-heart-boy.jpg

Sexy. Authentique. Irrésistible.

4 filles et 3 garçons : une bande inséparable. Dernière année de lycée et premières expériences : la série de toute une génération.
Dans le rôle de Miss Fidélité, j'ai nommé Cass. Ashley, elle, ne pense qu'à jouer avec les garçons. Donna est une vraie fêtarde. Et moi ? Mes amis ont beau me dire de me lâcher, je reste Sarah Millar : l'éternelle anti-mecs. Ne bois pas, ne flirte pas, ne couche pas. Point.
Mais quelque chose me dit que tout ça va changer. Et pas plus tard que cet été...

Je partais avec beaucoup de préjugés en ce qui concernait ce roman. La couverture me faisait penser à un énième roman à la Gossip Girl, très caricatural et peu captivant. Finalement, je me suis lourdement trompée car non seulement j'ai passé un excellent moment de lecture avec Girl Heart Boy, mais en plus, j'ai découvert un roman pour adolescents écrit avec beaucoup de justesse et qui m'a rendu vraiment nostalgique.

Sarah est une jeune fille comme une autre, qui se sent bien seule au milieu de son cercle d'amis. En effet, c'est la seule à ne pas être en couple ou à n'avoir eu de vrai petit copain. Mais un été, tout va basculer quand elle va rencontrer un étudiant qui va vite lui faire tourner la tête !

L'histoire du roman est somme toute assez simple mais particulièrement réaliste et ancrée dans notre société actuelle. Pas de situations exagérées ou caricaturées, l'intrigue nous conte l'histoire de jeunes lycéens en proie aux affres de l'adolescentes, aux problèmes sentimentaux et amicaux. J'ai beaucoup apprécié suivre les aventures de Sarah et de ses amis, même si j'ai regretté que l'ensemble ne soit pas plus long (à peine plus de 200 petites pages en tout, c'est relativement court et j'aurais volontiers lu une centaine de pages supplémentaires). Mais l'auteure prend quand même le temps de poser les bases de son récit et je pense que le deuxième tome de la saga (qui en compte déjà 4 en VO) n'en saura que d'autant plus intéressant et agréable à lire.

Le point le plus appréciable de ce roman reste sans conteste ses personnages, qui sont absolument bien dépeints et très humains. L'auteure a su les travailler de telle façon que l'on se sent immédiatement proche d'eux (je n'ai pas pû m'empêcher de me dire, tout le long du roman que j'aurais pû être Sarah, que je la comprenais parfaitement). Chacune des filles est différentes (d'ailleurs, d'après le site web de l'auteure, chaque tome de la série sera consacré à une des filles en particulier, ce qui est très sympa pour suivre l'évolution des personnages) et j'ai également aimé la personnalité des garçons même si là, j'émets un petit bémol dans la mesure où je les ai trouvé un peu lisses et un peu trop semblables (pour être honnête, j'avais du mal, parfois, à distinguer qui était qui parmi la gente masculine du roman).

Le style de l'auteure est relativement simple mais efficace. C'est très jeunesse, léger et dynamique et cela rend la lecture vraiment agréable et rapide. En soi, rien de bien mémorable mais un style qui fait son petit effet néanmoins.

Girl Heart Boy est vraiment un très bon roman jeunesse. Alliant le côté réalisme et girly, il met en scène des personnages très humains et contemporains auxquels on s'identifie facilement ! Un peu trop court mais une très très bonne surprise ! Je lirai la suite avec plaisir.

Star4


Girl Heart Boy. Tome 1. Amour ne rime pas avec toujours d'Ali Cronin
Titre VO : Girl heart boy, book 1 : No such thing as forever
Jeunesse, Chick-Lit - Editions J'ai Lu - 223 pages
Où l'acheter : Girl Heart Boy, Tome 1 : Amour ne rime pas avec toujours

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère Jeunesse - Young adult

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2013

Le jour du coup de crayon. #2

Je lance aujourd'hui, cette nouvelle rubrique, qui j'espère vous plaira. Le principe est tout simple, comme j'ai beaucoup de mal à écrire des chroniques sur les mangas et les BDs, je me disais, qu'il serait plus sympa de regrouper toutes mes lectures "bullesques" en un article hebdomadaire/mensuel qui mettrait en scène ces livres et mon avis dessus en quelques lignes.

 

Petit tour d'horizon de mes lectures BDs et/ou mangas de la semaine !

 

Twilight.jpg

 

# 1. Twilight. Fascination. Volume 1. de Stephenie Meyer & Young Kim 

 

Pour être honnête, je n'attendais pas grand chose de ce graphic novel et pourtant je suis absolument conquise (Pour tout avouer, je trouve que c'est limite mieux réussi que les adaptations ciné, c'est pour dire !). J'aime beaucoup les dessins, tout en finesse, et le texte, qui colle vraiment au roman d'origine. Finalement, je ressors conquise par ce manga !

 

Editions Pika - 225 pages

Graphic Novel

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2013

La maitresse de rome

 

La maîtresse de Rome

 

Kate Quinn

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

Kate-quinn.jpg

 

Jeux du cirque, complots, banquets, orgies... Dans cette formidable saga antique, Kate Quinn fait revivre avec panache l'univers dépravé et sanglant de la Rome du Ier siècle.

Jeune esclave juive soumise aux caprices de l'arrogante Lepida Pollia, sa maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s'emploie de son mieux à les séparer.
Cette dernière n'est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. Grâce à ses talents de musicienne, la belle Thea ne tarde pas àêtre remarquée de l'aristocratie romaine... et d'un dangereux admirateur : l'empereur Domitien, un homme brillant mais cruel qui en fait sa favorite. Devenue la femme la plus influente de Rome, Thea doit plus que jamais garder son amour pour Arius secret.

 

LigneFleur

 

Ce livre a fait vibrer la blogosphère il y a quelques mois et j'avoue que tous ces billets ultra positifs quant à ce roman historique m'ont donné envie de me jeter également dans l'arène (mouahahahah quel beau jeu de mots ! ). Anyway, j'ai donc commencé et dévoré ce roman en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Néanmoins, si j'admets volontiers que j'ai passé une excellent moment de lecture avec La maîtresse de Rome, je suis quand même loin du coup de coeur ou d'être aussi exaltée que d'autres blogueuses.

 

Théa est une jeune esclave, vivant à Rome au temps des empereurs et des gladiateurs. Sa maîtresse, Lepida Pollia, du même âge qu'elle, est une femme cruelle et perverse qui prend plaisir à humilier Théa. Toute sa famille ayant été massacrée, elle est seule et ne parvient vraiment à trouver un semblant de bonheur à sa vie que lorsqu'elle rencontre Arius, un gladiateur. Mais Lepida, qui convoite cet homme, va tout faire pour les séparer.

 

J'ai apprécié le récit. L'histoire est travaillée, bien construite et écrite avec beaucoup de cohérence. Le gros point positif du roman, c'est, pour moi, cette aspect un peu grande fresque dans la mesure où l'on suit les aventures des personnages sur de très très nombreuses années. J'ai apprécié de pouvoir suivre l'évolution des personnages, ce qui leur arrive, etc. Le final est vraiment très réussi, toutes les actions qui s'étaient décantées dans le roman trouvent une fin parfaite dans les derniers chapitres.

 

J'ai noté deux petits points concernant le roman qui m'ont gêné durant ma lecture. D'une part, je trouve l'ensemble un peu long et pas très bien équilibré. Certes, il y a beaucoup de rythme, il se passe constamment quelques actions pour relancer l'intrigue mais j'ai eu l'impression que l'auteure cherchait à en faire trop. D'autre part, et c'est lié à mon premier point, j'ai noté un peu trop de longueurs. Parfois, on sentait que certains dialogues et descriptions étaient superflus et n'apportaient pas grand chose à l'histoire. Dommage !

 

En revanche, les personnages sont une vraie réussite. Très bien caractérisés et dépeints, on prend énormement de plaisir à suivre leurs aventures, à apprendre à les aimer (au début Théa ne me plaisait pas trop, mais j'ai appris à l'apprécier) ou à les détester (Lepida est une juste horrible, mais je pense que c'est certainement un des personnages les plus intéressants du roman, même si parfois, on peut se demander si l'auteure n'a pas voulu en faire trop avec elle, car certaines de ses réactions sont un peu exagérées, voire peu crédibles). Mon préféré restera Arius, qui m'a plu du début à la fin et qui est resté fidèle à lui même tout au long du roman. De fait, les personnages sont assez nombreux dans ce roman, mais l'auteure a réussi le tour de main de tous les rendre captivants (je pense que le changement de voix et points de vue à chaque chapitre y est pour beaucoup d'ailleurs) et j'attends avec impatience de pouvoir lire la suite de cette saga, pour les retrouver quelques années plus tard.

 

La plume de Kate Quinn fut une découverte très sympathique. Assez simple, mais graphique et légère, j'ai apprécié la fluidité du récit, même si j'ai regretté que la traduction ne soit pas à la hauteur du récit (certaines phrases sonnaient vraiment très étranges, voire un peu anachroniques). En tout cas, je pense que je lirais ces prochains romans en version originale.

 

La maîtresse de Rome fut une agréable lecture, passionnante et captivante ! J'ai vibré avec les personnages et adoré les suivre durant toutes ces années. Pour autant, ce ne fut pas un coup de coeur, la faute à quelques longueurs et à certains personnages qui virent un peu au ridicule à cause de traits de caractère poussés à l'extrème. Néanmoins, un roman historique que je recommande !

 

Star4

 

Titre VO : Mistress of Rome

Historique, Romance - Editions Presse de la cité - 535 pages

Où l'acheter : La Maitresse de Rome

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des romans historiques

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2013

La saison du péché

 

La saison du péché

 

Adrienne Basso

 

(Site web - Facebook)

 

Adrienne-Basso.jpg

 

Douce nuit, chaude nuit.
Juliet Wentworth s’attendait à un mariage de convenance qui lui permettrait de sauver son domaine et sa famille… Elle ne pensait certainement pas trouver l’amour dans les bras de celui qu’on lui destinait.
Richard frissonne de désir devant celle qu’il a récemment épousée… avant de fuir à toutes jambes. Après tout, l’amour n’a jamais fait partie de leur marché. Mais alors que les fêtes de Noël le ramènent dans son manoir, Juliet va s’employer à le conquérir.

 

LigneFleur

 

Pour le challenge de Lily bouquine, qui consistait à lire 1000 pages en un week-end, j'ai choisi de lire une romance que m'a offerte ma merveilleuse copinaute Jen du blog Bibliobulle, car celle-ci s'annonçait croustillante et divertissante. Force fut de constater que finalement, je ressors cruellement déçue par cette lecture.

 

Juliet Wentworth se trouve dans une situation financière difficile et n'arrive plus à subvenir correctement aux besoins de ces enfants depuis la mort de son mari. Aussi, lorsqu'un riche américain se présente chez elle pour acheter la demeure familiale, elle n'a d'autre choix que d'accepter. Mais son beau-frère, qui a encore la main mise sur la propriétés de sa belle-soeur, refuse cet achat. Une seule solution s'impose alors au couple, ils doivent se marier.

 

Que dire de ce roman ?! Hum, je ressors perplexe et déçue par cette lecture, qui, sur papier, vendait un peu du rêve mais qui, au final, fut ennuyeuse au possible et peu captivante. Le récit, en soi, est cousu de fil blanc et ne réserve aucune surprise aux lecteurs. Par ailleurs, il faudrait vraiment que quelqu'un m'explique le sens du titre car je le cherche encore. En effet, celui-ci n'a strictement rien à voir avec le contenu du texte. D'ailleurs, pour ma part, on a plus affaire à un sympathique conte de Noël plutôt qu'à une vraie romance.

 

Vous me direz l'un n'empêche pas l'autre, c'est vrai, mais j'étais tellement peu passionnée par cette romance que j'ai préféré me concentrer sur l'aspect "famille" développée par l'auteure. La faute aux deux personnages principaux qui ont le charisme d'un mollusque et aucune alchimie entre eux. De fait, je les ai vite laissé de côté au profit des personnages secondaires, beaucoup plus sympathiques et intéressants. Les enfants sont vraiment choupinou et la sécrétaire et ami de Richard sont adorables. Bref, ce qui m'a le plus dérangé dans ce roman, ce sont vraiment les deux personnages principaux. Trop égoïste et lunatique pour Richard, trop fade et effacée pour Juliet, je n'ai pas aimé leur personnalité et je dirais même plus, j'ai eu du mal à les supporter durant ma lecture. Et c'est bien dommage car le récit en lui-même n'est pas désagréable à lire, d'autant que l'on assiste à plusieurs scènes typiques des traditions de Noël en Grande-Bretagne, ce qui m'a beaucoup plu.

 

Quelques notes enfin sur la plume de l'auteure. Agréable et fluide, mais finalement assez peu mémorable. Beaucoup de dialogues et peu de dialogues apportent un côté vivant et dynamique à l'ensemble et le roman se lit vite, en quelques - courtes - heures.

 

La saison du péché fut une lecture très décevante. La faute aux deux héros au charisme insignifiant qui n'auront pas su me plaire. En revanche, le côté famille et esprit de Noël mis en avant est très agréable.

 

Star2

 

 

Titre VO : Tis The Season To Be Sinful

Romance historique - Editions Milady - 358 pages

Où l'acheter : La Saison du péché

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Romance

Repost 0