Articles avec #adaptations cinematographiques tag

Publié le 24 Juin 2013

Joséphine

Joséphine, 29 ans trois-quart, obnubilée par la taille de ses fesses, source de tous ses problèmes, n’a toujours pas trouvé l’homme de ses rêves non-fumeur-bon-cuisinier-qui-aime-les-chats-et-qui-veut-plein-d’enfants. Sa seule consolation, c’est qu’elle vit avec Brad Pitt… consolation de courte durée puisque c’est son chat. Quand sa soeur lui annonce son mariage, c’est la goutte d’eau qui fait déborder la tasse à café. Elle s’invente alors une histoire d’amour avec un riche chirurgien brésilien qui lui a demandé sa main et l’emmène vivre au bout du monde. Facile à dire… Ce (petit) mensonge va l’entraîner dans un tourbillon d’aventures.

Je chronique rarement les films que je vais voir au cinéma, pour la bonne et simple raison que j'ai déjà beaucoup de retard dans mes chroniques livresques et que comme je vais relativement souvent au ciné, cela me prendrait trop de temps. Pour autant, j'ai été tellement conquise par Joséphine que j'ai eu envie de partager avec vous, dear readers, mes impressions de visionnage.

Joséphine, c'est l'histoire d'une trentenaire qui travaille dans une boite de com', une fille comme les autres, qui complexe sur son fessier et cherche désespérément le grand amour. Joséphine, c'est aussi une fille déjantée, qui quand sa soeur, parfaite, annonce à leur famille son prochain mariage, ne trouve rien de mieux à faire que de surenchérir et d'annoncer qu'elle-même part vivre au Brésil avec Marcello, chirurgien fortuné. Oui mais le hic c'est qu'il n'y a aucun Marcello en vue !

Joséphine

Cela faisait très très très longtemps qu'une comédie romantique ne m'avait pas autant plu et surtout ne m'avait pas autant fait rire. Il faut dire aussi que j'adore les comédies romantiques, qui deviennent malheureusement trop rares à mon goût (mais bon, ça c'est un autre sujet). Bref, Joséphine fut une excellente surprise tant au niveau du scénario, de l'ambiance que des acteurs qui sont absolument géniaux !

J'avais peur, je l'avoue, en allant voir ce film, car ayant adoré la BD de Pénélope Bagieu, que le film n'en soit qu'un massacre. Finalement, je ressors très satisfaite de cette adaptation car si l'histoire du film a pris des libertés avec celle des BDs, il n'en reste pas moins que l'univers et l'atmosphère colorés, fantasques et très drôles de Bagieu sont parfaitement retranscris dans le film !

Joséphine

Le scénario en lui-même est bien ficelé, même si il n'évite pas certaines scènes un peu prévisibles, bien rythmé (personnellement, je ne me suis pas ennuyée une minute !) et surtout très très drôle. J'avais le sourire aux lèvres pendant tout le film et certaines scènes, très cocasses (notamment avec Brad Pitt qui m'a fait énormément pensé à mes chats) m'ont littéralement fait exploser de rire. Alors certes, en soit, l'histoire est relativement simple mais elle très bien mise en scène et surtout elle met en avant des personnages très attachants et proches de nous. Joséphine pourrait sans conteste être ma meilleure amie et je suis certaine d'avoir, parmi mon entourage, des personnages qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à ses amis ou à sa famille !

Mais la grande force de cette adaptation, c'est avant tout le jeu de ses acteurs, Marilou Berry en tête. Je dois dire que je l'avais déjà adoré dans Vilaine, mais là elle crève vraiment l'écran. Elle joue avec beaucoup de justesse, de drôlerie et d'authenticité. Que dire de plus, si ce n'est que j'ai très envie de la voir dans d'autres films ! Les autres acteurs ne sont pas en reste et nous offre une très belle performance humoristique (J'ai d'ailleurs beaucoup aimé retrouvé Bérengère Krief dans le rôle de la meilleure amie un peu nympho !).

Joséphine est un film coup de coeur ! Une histoire girly et fantasque comme je les aime, des acteurs superbes et une BO super sympa...que demander de plus ? Rien, courrez le voir !

Joséphine
Joséphine

Joséphine
Adapté de
: Joséphine de Pénélope Bagieu
Réalisateur : Agnes Obadia - Durée : 1h28
Avec :  Marilou Berry, Mehdi Nebbou, Bérengère Krief, etc

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0

Publié le 27 Février 2013

Sublimes Créatures

Ethan Wate, un jeune lycéen, mène une existence ennuyeuse dans une petite ville du sud des Etats-Unis. Mais des phénomènes inexplicables se produisent, coïncidant avec l’arrivée d’une nouvelle élève : Léna Duchannes.
Malgré la suspicion et l’antipathie du reste de la ville envers Léna, Ethan est intrigué par cette mystérieuse jeune fille et se rapproche d’elle.
Il découvre que Lena est une enchanteresse, un être doué de pouvoirs surnaturels et dont la famille cache un terrible secret.
Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une grande épreuve : comme tous ceux de sa famille, Lena saura à ses seize ans si elle est vouée aux forces bénéfiques de la lumière, ou à la puissance maléfique des ténèbres…

Je n'ai pas l'habitude d'écrire des chroniques sur les films, mais en sortant de l'avant-première, j'ai eu envie de coucher mes impressions de visionnage sur papier ou plutôt sur écran. Et mes sentiments après avoir vu ce film sont de la colère, de l'amertume et de la déception.

Bon déjà, il faut l'avouer, je ne partais pas super emballée. D'une part, comparer Sublimes Créatures à Twilight m'énervait déjà au plus haut point (pourquoi vouloir sans cesse faire des comparaisons telles que celle-ci ? Pour apater plus de monde ? Dans mon cas, ça me fait plutôt fuir.) et je n'étais pas fan du tout des acteurs castés pour jouer Ethan et Lena (mais je vais y revenir). Je vais essayer de spoiler le moins possible mais pour les personnes qui n'ont pas lu le roman de Kami Garcia & Margaret Stolh, ni vu le film, je vous conseille de passer directement au dernier paragraphe de cette chronique, qui regroupe mes impressions globales sur Sublimes créatures.

Finalement durant la première moitié du film, je me suis dis que je m'étais peut-être trompée et que le film allait être sympa. Oui mais ça c'était avant la deuxième moitié du film qui massacre complètement l'ensemble et me fait dire que Sublimes créatures est une des pires adaptations de livres qu'il m'ait été donné de voir !

Le début commençait à peu près bien pourtant. L'histoire semblait coller plus au moins au livre, je commençais petit à petit à me faire aux acteurs et même si l'ensemble était quand même assez brouillon, j'arrivais à passer un bon moment (ce qui n'est pas forcement le cas de mes amies, venues avec moi à l'avant-première, qui n'avaient pas lu le livre au préalable et qui m'ont avoué qu'elles n'avaient pas trouvé l'ensemble très bien expliqué). Et puis, il y a la fameuse scène où Saraphine dévoile dans quelle enveloppe corporelle elle se trouve et expose son plan machiavélique à Maccon. Et c'est à ce moment que j'ai senti que le film partait complètement en cacahuète. Car non seulement cette scène n'existe pas du tout dans le roman mais on ne découvre qu'à la toute fin du roman dans quel personnage Saraphine se cache.

La suite n'a fait que massacrer encore plus le roman de base et franchement, je me demande bien comment on peut appeller ce film une adaptation quand on n'a gardé que la trame vraiment basique de celui-ci pour en écrire un scénario bancal et peu captivant. De fait, le final, ridicule à souhait, mélange des éléments du 1er et du 2ème livre (peut-être des 3 et 4ème mais ne les ayant pas lu, je ne peux pas vous le confirmer) et fait retomber le semblant de suspense du film en moins de deux (Spoilers : non mais sérieusement, cette scène où Lena détruit Saraphine en deux coups de cuillères à pot, c'est du grand n'importe quoi ! La plus grande enchanteresse de ténèbres elle peut aller se rhabiller, je vous le dis).

 

Mais si seulement c'était uniquement le scénario qui pêchait dans ce film ! Non parce qu'il y a aussi la réalisation (le film a été vendu comme une "copie" de Twilight, et bien finalement c'est plutôt vrai, c'est tourné de la même manière) qui est plus que médiocre, les effets spéciaux peu réussis (non mais vraiment, la scène où Lena fait pleuvoir de la neige sur Ethan...) et la bande son presque inexistante...De plus, où est passée l'atmosphère si noire, pesante du roman ? Où est passée l'importance du vaudou, de la magie noire, des différentes espèces qui composent les enchanteurs ? Bref, encore une déception ! 

Passons maintenant au dernier point, à celui qui fâche aussi : les acteurs et leurs personnages. Je ne reviendrais pas sur le fait que certains personnages ont tout bonnement disparu du casting (Marian la bibliothécaire a carrément disparu ou plutôt elle a été amalgamée dans le personnage d'Amma. Oui je sais, ridicule !) même si ça m'énerve. Je commencerai donc par vous parler des deux acteurs principaux. Je n'étais pas du tout d'accord sur le choix du réalisateur de choisir Alden Ehrenreich pour jouer Ethan. Je le trouvais trop vieux pour ce rôle. Finalement, je reste sur mon premier avis, il est beaucoup trop vieux pour jouer ce personnage néanmoins, il tire quand même son épingle du jeu et nous offre une belle prestation, drôle et juste. Ce qui n'est pas du tout le cas d'Alice Englert, qui, osons le dire, a autant de charisme qu'une truite. Je n'ai pas du tout apprécié son jeu d'actrice et elle n'a jamais su m'émouvoir (ou me faire ressentir quelconque émotion d'ailleurs). (Spoilers : la scène finale où elle perd Maccon m'a plus donné envie de rire que de pleurer, c'est pour dire !).

Heureusement les personnages secondaires, Jeremy Irons en tête sont là pour sauver un peu l'ensemble. Ils nous offrent un jeu excellent (à part peut-être Emma Thompson; certaines de ses scènes sont légèrement surjouées) et arrivent - un peu - à nous divertir. Bon, j'avoue, je suis une grande fan de Jeremy Irons de toute façon, mais quand même !

Vous l'aurez compris, Sublimes créatures est une énorme déception. Peu fidèle au roman, brouillon, confus, ce film à la réalisation peu soignée n'aura pas su me convaincre. Dommage car le jeu des acteurs aurait pu valoir le détour. Si vous avez aimé 16 lunes, n'allait surtout pas voir Sublimes créatures !

Sublimes Créatures

Titre VO : Beautiful Creatures
Adapté de : 16 Lunes de Kami Garcia & Margaret Stolh

Réalisateur : Richard LaGravenese - Durée : 2h04
Avec :   Alden Ehrenreich, Alice Englert, Jeremy Irons, Viola Davis, Emma Thompson, etc

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0

Publié le 19 Novembre 2011

Ever after

Adaptation moderne de la célèbre légende qui connaît dans le monde prés de cinq cents versions dont la première serait d'origine chinoise et liée à la passion bien connue de ce peuple pour les petits pieds. Dans cette version, Danielle, l'héroïne, n'a rien d'une victime et décide de son propre chef de rester dans la maison paternelle après la disparition de son père, entre sa marâtre Rodmilla et ses deux sœurs Marguerite et Jacqueline. Cette Cendrillon est belle, libre et surtout éminemment spirituelle et cultivée. Elle saura séduire le futur héritier du trône de France.

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un film qui a une importance toute particulière pour moi, car tout simplement, j'en suis tombée amoureuse lorsque j'étais ado, et il fait désormais parti de mes film préférés et des films que je peux regarder encore et encore sans jamais me lasser.

 
Pourtant rien ne me prédestinait à aimer ce film, je ne connaissais à l'époque aucun des acteurs qui jouait dedans et je n'aimais pas particulièrement le conte de Cendrillon (ne me demandez pas pourquoi, mais étonnement, c'est un conte qui ne m'a jamais touché, et le film adapté de Disney ne m'a jamais plu). Pourtant, dès mon première visionnage, ça a été le coup de foudre entre ce film et moi. J'ai tout aimé...les acteurs, la photographie, les costumes, l'histoire, l'humour, la romance...Bref, je ne trouve aucun défaut à ce film (vous vous doutez donc que ce billet sera hautement subjectif dear readers !).
 
Je l'avoue, jeune adolescente au cœur grenadine que j'étais, c'est la romance qui m'a d'abord séduite. Le prince Henry est craquant, charmant et irrésistible, Danielle est la jeune femme que l'on révérait toutes d'être : intrépide, courageuse, intelligente, belle, bref, ces deux là forment un duo que l'on ne peut s'empêcher d'aimer. A chaque fois que je revisionne ce film, c'est toujours la même chose, mon cœur fond pour cette romance si belle et touchante. Et contrairement au conte de départ ou au film Disney, j'ai toujours trouvé cette romance très juste, voire réaliste (bon dans la mesure du possible hein, une roturière qui épouse l'héritier de France à la Renaissance...Faut pas trop délirer non plus hein !) au niveau des sentiments des deux personnages principaux.
 
Le reste de l'histoire m'avait aussi conquise, de part sa richesse (le thème des droits des femmes est évoqué, celui du pouvoir de la culture également, etc) et sa diversité (de nombreuses petites histoires annexes viennent se greffer à la romance de départ et rendent le tout très plaisant !).
 
Le récit en lui-même est assez éloigné du conte de départ, mais cela ne m'a pas forcement déplu, d'autant qu'on y retrouve quand même les principaux éléments de Cendrillon de Perrault ou des frères Grimm (la pantoufle, le bal, le prince, etc.). J'ai d'ailleurs adoré le petit clin d’œil au début du film à ces derniers, avec la vieille comtesse qui se propose de raconter aux deux frères la véritable histoire de Cendrillon.
 
C'est grâce à ce film que j'ai découvert Drew Barrimore et depuis je l'adore. Dans Ever After, elle joue une Cendrillon pleine de tendresse et de candeur qui m'a tout de suite séduite. Les autres acteurs sont tout aussi impressionnants (bon, je vous passerais les détails de mon crush sur Dougray Scott, mais avouez mesdames, qu'il est la sexitude incarné et qu'on le laisserait bien nous mettre n'importe quoi au pied si il en avait l'envie !), Anjelica Huston en tête. Elle joue la vieille marâtre aigri, caractérielle et machiavélique avec brio.
 
Les costumes aussi, ainsi que les décors, très natures, m'ont beaucoup plu (Rahhh la la, la magnifique tenue de Danielle quand elle va au bal, j'en bavais d'envie devant !). Mais ce qui reste le plus dans ma mémoire, c'est la bande son de ce film qui est juste magnifique. Pleine de poésie et de magie, elle est parfaite pour ce film de conte de fée ! Je vous laisse d'ailleurs en juger par vous-même en écoutant ce petit extrait.
 
En bref, vous l'aurez compris, Ever After, c'est un film magique ! Romantique à souhait, il vous fera rêver et croire au prince charmant ! Que demandez de plus ?
Ever after
Ever after
Titre VF : A tout jamais, une histoire de Cendrillon
Réalisateur : Andy Tennant - Durée : 2h01
Avec : Drew Barrymore, Anjelica Huston, Dougray Scott, Jeanne Moreau
Où l'acheter : A tout jamais
 
Le week-end des contes de fées
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0

Publié le 29 Octobre 2010

Elle s'appelait Sarah (adaptation cinématographique)

Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France depuis 20 ans, enquête sur l'épisode douloureux du Vel d'Hiv. En remontant les faits, son chemin croise celui de Sarah, une petite fille qui avait 10 ans en juillet 1942.
Ce qui n'était que le sujet d'un article devient alors, pour Julia, un enjeu personnel, dévoilant un mystère familial.
Comment deux destins, à 60 ans de distance, vont-ils se mêler pour révéler un secret qui bouleversera à jamais la vie de Julia et de ses proches ? La vérité issue du passé a parfois un prix dans le présent...

C'est en préparant mon article sur Elle s'appelait Sarah que j'ai découvert qu'une adaptation ciné était en cours de préparation, aussi quand j'ai vu la semaine dernière que le film était sorti, j'ai rassemblé mes coupines et nous avons filé le voir.

Bon autant le dire tout de suite, j'ai largement préféré cette adaptation au livre de Tatiana de Rosnay. En effet, ce qui me déplaisait dans le roman c'était le personnage de la journaliste américaine, que je trouvais agaçante et très égocentrique. Or dans le film tout cet aspect du personnage a complétement disparu et cela m'a permis de passer un excellent moment de cinéma.
Le film s'ouvre sur l'arrestation de la famille de Sarah par la police française et leur transfert vers le Vel' d'Hiv. Et cette scène est vraiment très fidèle au roman. De fait, le ton est donné dès le départ, cete adaptation sera fidèle au roman éponyme. Très fidèle même, car à part quelques petit détails qui n'apportent pas grand chose à l'histoire en général (je pense notamment à la liaison du mari de Julia) qui sont ommis, tout le reste est là.
 
Ayant lu le livre, je connaissais l'histoire, et pourtant ça ne m'a pas empêché d'être totalement captivée par l'histoire et surtout particulièrement ému. Pour tout dire, j'ai passé tout le film à pleurer (bon d'accord, je pleure devant La petite     maison dans la prairie ou La belle et la Bête, mais ça n'empêche pas que ce film était très émouvant !). Du début à la fin, j'ai versé ma petite larme. Mais je crois que les deux scènes qui m'ont particulièrement émue sont celles où les enfants sont retirés à leur parents avant d'être envoyé en Allemagne, et quand la petite Sarah revient dans son ancien appartement. Deux scènes poignantes, parfaitement bien réalisées et jouées et qui m'ont coupé le souffle !
 
Une histoire donc aussi poignante que celle contée par Tatiana de Rosnay et qui m'a vraiment captivé...au moins pendant la première moitié du film. En effet, après la révélation sur ce qu'est devenu le frère de Sarah, j'ai remarqué que le film perdait de son rythme et que parfois quelques longueurs s’installaient. De plus quelques petits détails m'ont légèrement gêné car peu crédibles (je pense notamment à une des scènes finales où le mari de Sarah, soit disant mourant apparait fringuant comme un très jeune retraité). Mais ce sont là, les seuls éléments un peu négatifs que j'ai pu noté sur ce film.
 
Petit point enfin sur la forme de ce film. La réalisation est somme toute classique mais respecte bien l'alternance de point de vue entre le récit de la petite Sarah et celui de Julia. A noter, de très beaux costumes qui nous transportent vraiment dans les années 40, et ensuite dans les années 60. Les acteurs sont tous parfaits et jouent très justement. J'ai beaucoup aimé la performance de Kristin Thomas Scott, tout en finesse et en sobriété.

Tout ça pour dire : que ce film m'a terriblement émue. Très fidèle au roman de Tatiana de Rosnay, tous les petits détails qui m'avaient déplu lors de ma lecture on été supprimé et je n'en n'ai que d'autant plus aimé cette adaptation !
 

 
Elle s'appelait Sarah (adaptation cinématographique)
Elle s'appelait Sarah
Adapté de : Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay
Drame, Historique - 1h51
Avec : Kristin Thomas Scott, Mélusine Mayance, Niels Arestrup, Frédéric Pierrot, etc.

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0

Publié le 14 Mars 2010

Lovely Bones

L'histoire d'une jeune fille assassinée qui, depuis l'au-delà, observe sa famille sous le choc de sa disparition et surveille son meurtrier, ainsi que la progression de l'enquête...

Bon alors autant le dire tout de suite, après avoir lu le livre dont fut adapté ce film : La nostalgie de l'ange, et ne l'ayant pas du tout apprécié, je n'avais plus tellement envie de voir ce film. J'avais en effet entendu dire qu'il était assez fidèle au livre et vu que le livre m'avait plus qu'ennuyé, je ne pensais pas passé un bon moment en le visionnant.

Or pas du tout, ce film ne m'a pas du tout fait le même effet. Bon certes, ce ne fut pas un coup de cœur mais je l'ai préféré au livre (ce qui est très rare, d'habitude une adaptation cinématographique ou télévisuelle a tendance à me décevoir).

L'histoire en elle-même est sensiblement la même. La dessus Peter Jackson a bien respecté l'esprit du livre et parfois on retrouve même des répliques du livre dans les dialogues. Cependant, dans le livre la trame s'étend sur plus qu'une décennie or dans le film le rythme a été accéléré et tout semble se passait en l'espace de moins de cinq ans ce qui m'a plu. Tout est quand même plus rapide (même si il y a quand même quelques longueurs) et dans l'ensemble beaucoup plus fluide. Cependant une chose m'a dérangé : c'est la façon qu'a eut le réalisateur d'édulcorer l'histoire : le viol disparait comme par enchantement (alors bon je viens bien qu'on ne montre pas de scène, je trouve même ça  bien, mais ne même pas en faire mention, c'est vraiment passer à côté d'un aspect du roman), le personnage de la mère devient moins détestable et enfin la scène finale passe de la scène de sexe à un chaste baiser...Mouais cela ne m'a pas convaincue.

Les personnages sont restés fidèles à ceux dépeints par Alice Sebold mais sont plus attachants  et captivants et les acteurs qui les interprètent sont vraiment excellents. D'ordinaire je n'apprécie pas trop Mark Wahlberg mais j'ai trouvé qu'il avait parfaitement su capter l'essence du père de famille épleuré. Les autres acteurs sont formidables. Mention spéciale à Susan Sarandon en grand-mère complétement déjanté, son jeu est hilarant, à Rachel Weisz pour son jeu d'actrice tout en finesse et surtout à Stanley Tucci, qui fait est vraiment parfait dans le rôle du méchant. Je dois avouer que la scène où la soeur rentre dans sa maison et qu'il la pourchasse m'a fait avoir des sueurs froides.

Le reste est vraiment pas mal. Peter Jackson nous montre une nouvelle fois l'étendue de son talent. Les effets spéciaux sont magnifiques, les couleurs superbes et la représentation du paradis de Suzie est vraiment bien trouvé. C'était vraiment un challenge que de réussir à mettre en scène ce livre qui, en soit, est vraiment "étrange" et Peter Jackson a réussi son pari.


Tout ça pour dire : que j'ai préféré ce film au livre. L'action est plus rythmée, plus fluide, les personnages plus attachants et le visuel stupéfiant. A voir donc, même sans avoir lu le livre !

Lovely Bones

La nostalgie de l'Ange
Adapté de : La nostalgie de l'ange d'Alice Sebold
Drame, Fantastique - 2h08
Avec : Saoirse Ronan, Mark Wahlberg, Stanley Tucci, Rachel Weisz, Rose McIver, Susan Sarandon

 

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0

Publié le 8 Mars 2010

Percy Jackson, le voleur de foudre

Un jeune homme découvre qu'il est le descendant d'un dieu grec et s'embarque, avec l'aide d'un satyre et de la fille d'Athena, dans une dangereuse aventure pour résoudre une guerre entre dieux. Sur sa route, il devra affronter une horde d'ennemis mythologiques bien décidés à le stopper.

J'ai voulu voir ce film pour trois raisons : la première : j'ai lu le livre que j'ai adoré et je voulais voir si j'étais aussi transportée par l'adaptation cinématographique, la deuxième : le casting me plaisait énormément et la dernière : j'aime beaucoup le réalisateur Chris Colombus (qui a fait les deux premiers films Harry Potter).

Dès les premières minutes, je me suis dis "aie, aie, aie, ça commence très mal", on sait dès le début qui est le père de Percy, et le pourquoi de la tension entre les dieux, pas de mystères là dessus. Donc déjà toute la première partie du roman a été résumé en deux minutes et je n'ai que moyennement apprécié cela, ça s'annonçait mal pour la suite et effectivement j'avais raison d'appréhender la façon dont le reste du roman allait être adapté !

Mais notons également que dès les premières minutes nous faisons la connaissance de Kevin McKidd, qui joue le rôle de Poséidon et je dois l'avouer j'adooooooooore cet acteur que j'avais déjà vu dans la très bonne série Rome (que je recommande à tous, la première saison est tout simplement génialissime !) . Non mais regardez moi cette classe naturelle, ce regard de braise, ces muscles saillants, cet air viril ! On peut le dire, il est sexy en jupette grecque le Kevin ! Ahhhhhhhhh Kevin ! Comme dirait ma môman : si il venait à la maison, il ne dormirait pas dans la baignoire !

Oh la Evy tu t'égares ! Les premières minutes furent donc décevantes. D'ailleurs plus le film avançait, plus je me disais :"mais ça c'est pas comme dans le livre ! Et ça non plus ! Roh la la mais qu'est-ce qu'ils ont fait !". Et en effet, ce film ne devrait pas être appellé une adaptation car le réalisateur n'a gardé du roman que l'histoire de base à savoir : un jeune garçon découvre qu'il est un sang mêlé et doit retrouver l'éclair de Zeus pour éviter la guerre entre dieux. A part ça tout ou presque a été changé. Bien sûr on a quand même conservé le nom des personnages mais même leur relation a été légèrement modifié (cf la pseudo histoire d'amour naissante entre Annabeth et Percy). Je me suis vraiment demandé à la fin du film comment ils allaient faire pour faire une suite (si suite il y a !) en ayant changé autant la trame de départ !

Le casting m'avait interpellé car j'y reconnaissais pas mal de grand noms tels que Pierce Brosnan, Uma Thurman, Melina Kanakaredes, Sean Bean, etc. et je trouve que dans l'ensemble concernant les adultes les acteurs choisis correspondent bien à l'idée que je m'étais faite des personnages (sauf Perséphone, qui ne correspond pas du tout mais alors pas du tout à l'idée que je m'en étais faite et aux descriptions faites d'elle par les livres d'histoire). De plus ils jouent tous très bien ce qui rend le film relativement crédible (dans la mesure du possible bien sûr). En outre, Kevin était de la partie donc....Keviiiiiiiiiiiiiin, allez je me calme ! J'ai été moins convaincue par le casting des "enfants". Bon déjà détails qui m'ont choqué : ils ne font pas du tout, mais alors pas du tout 12 ans ! ils ont plutôt l'air d'en avoir 15, 16 mais bon passons, autre chose, la jolie blonde Annabeth devient brune dans le film...ce ne sont que des détails mais comme c'est assez souvent répété dans le livre, et je n'ai pas aimé ce changement ! De plus l'histoire de Grover passe un peu à la trappe (bien que j'ai préféré son personnage dans le film plutôt que dans le livre, je l'ai trouvé désopilant !) et celle d'Annabeth aussi ! Alors je veux bien que quand on fait une adaptation on coupe des morceaux, mais là non il ne faut pas abuser quand même !


Au final, au bout d'un moment, je me suis dis qu'il fallait que j'arrête de focaliser sur le livre et seulement me concentrer sur le film, et tout de suite c'est beaucoup mieux passé. Je ne dirais pas que j'ai adoré mais j'ai quand même passé un très bon moment en compagnie de ce film. Les costumes sont sympa, les décors également, et les effets spéciaux sont très bien faits (les créatures mythologiques en particulier). L'histoire a du rythme et est bourrée de touches d'humour. Les scènes d'action sont parfois un peu surfaites ou clichés mais on accroche quand même. Les personnages sont aussi attachants que dans le roman, bref j'ai aimé !

 

Tout ça pour dire : que j'ai regretté le choix qu'a fait le réalisateur en s'éloignant trop du livre (et en allant trop vite parfois sur certaines scènes : notamment celle au camp des sang-mêlé) mais que en faisant abstraction de ces idées j'ai quand même apprécié ce film !

Percy Jackson, le voleur de foudre

Percy Jackson, le voleur de foudre
Adapté de :  Percy Jackson, Tome 1. Le voleur de foudre de Rick Riordan
Fantastique, Jeunesse - 2h02
Avec : Logan Lerman, Brandon T. Jackson, Pierce Brosnan, Uma Thurman, Melina Kanakaredes, Sean Bean, Jake Abel, Alexandra Daddario, Kevin McKidd

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2010

Sherlock Holmes

Aucune énigme ne résiste longtemps à Sherlock Holmes... Flanqué de son fidèle ami le Docteur John Watson, l'intrépide et légendaire détective traque sans relâche les criminels de tous poils. Ses armes : un sens aigu de l'observation et de la déduction, une érudition et une curiosité tous azimuts; accessoirement, une droite redoutable...
Mais une menace sans précédent plane aujourd'hui sur Londres - et c'est exactement le genre de challenge dont notre homme a besoin pour ne pas sombrer dans l'ennui et la mélancolie.
Après qu'une série de meurtres rituels a ensanglanté Londres, Holmes et Watson réussissent à intercepter le coupable : Lord Blackwood. A l'approche de son éxécution, ce sinistre adepte de la magie noire annonce qu'il reviendra du royaume des morts pour exercer la plus terrible des vengeances.
La panique s'empare de la ville après l'apparente résurrection de Blackwood. Scotland Yard donne sa langue au chat, et Sherlock Holmes se lance aussitôt avec fougue dans la plus étrange et la plus périlleuse de ses enquêtes...

La bande annonce m'avait vraiment donné envie et j'avais hâte de voir ce film, d'autant que j'aime beaucoup les romans d'Arthur Conan Doyle dont Sherlock Holmes est le héros.

Et ce film est à mon avis une réussite. Pas de tous les points de vue parce que certaines petites choses m'ont gênées mais c'est quand même un film que je recommanderai (même si il n'est pas encore sorti en France). L'histoire est vraiment bien pensée, rythmée et surtout a bien su conservé l'esprit des romans de Doyle. Jusqu'à la fin on se demande le pourquoi du comment et le suspense est vraiment bien distillé.


J'ai également aimé les personnages dont la psychologie a vraiment été développée comparé à celle présente dans les romans. Le personnage de Watson surtout m'a intrigué et j'ai vraiment apprécié la place qu'il avait dans le film, plus importante que dans les livres j'ai trouvé.

Enfin pour les bons points de ce film, j'ajouterai les costumes qui sont vraiment somptueux (surtout les robes des jeunes femmes et leur maquillage, parfaitement en adéquation avec l'époque), le décor et l'ambiance noire, très film des années 20 que j'ai adoré tout simplement. De plus, le film est parsemé de petites touches humoristiques qui m'ont vraiment fait sourire sans pour autant faire tomber le film dans la comédie. Un juste équilibre a réussi à être crée en l'humour, l'action, et l'intrigue, et je dis chapeau !

Quelques petits détails néanmoins m'ont gênés, tout d'abord l'acteur qui a été choisi pour interpréter Sherlock Holmes. Pour moi, Robert Downey Jr est une grosse, grosse erreur de casting. On ne prend pas un acteur américain qui fait plus grosse production américaine que détective privé anglais pour interpréter le célèbre Sherlock Holmes. Non pour moi il n'allait pas. Certes il joue très bien mais il n'était pas en accord avec l'esprit de base de Sherlock Holmes. Autre petit point qui m'a gêné parfois ce sont les ralentis, que j'ai trouvé un peu lassant à la fin ainsi que le manque de cohérence de certaines scènes (Watson est gravement brulé et moins de douze heures après est totalement guéri...bof bof tout ça). Mais ce sont vraiment les deux seuls petites choses qui m'ont gêné dans ce film.

En bref, un très bon film, qui respecte à peu près l'esprit des livres et que je recommande à tous. C'est très clairement sous entendu à la fin du film qu'il y aura une suite et bien j'irai la voir, c'est sur et certain !

Tout ça pour dire : que j'ai aimé ce film. Je ne dirais pas que c'est une adaptation vraiment fidèle aux romans de Conan Doyle mais on passe quand même un agréable moment en sa compagnie.

Sherlock Holmes

Sherlock Holmes
Policier, Aventure - 2h08
Avec : Robert Downey Jr., Jude Law, Mark Strong, Rachel McAdams, Kelly Reilly, etc.

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #Adaptations cinématographiques

Repost 0