Articles avec #l'etagere de la chick-lit tag

Publié le 21 Janvier 2017

Chouette, une ride ! d'Agnès Abécassis

Vous ne mentirez plus jamais sur votre âge !! Anoushka est une jeune auteure de thrillers. Enfin, « jeune », c’est ce qu’elle croyait, avant qu’une succession de micro évènements humiliants se produisent dans sa vie, lui faisant brutalement prendre conscience qu’elle a déjà trente-six ans. C’est à dire techniquement, presque quarante. Donc bientôt cinquante. Elle mène, par ailleurs, une vie totalement ordinaire, entre son métier aux aspects solitaires, ses tâches ménagères barbantes, ses deux filles qui grandissent, son (second) mari toujours ronchon, et sa chienne, une adorable petite boule de poils incontinente. Engluée dans son quotidien, Anoushka étouffe et réalise combien le temps passe vite. Ses années d’insouciance sont déjà si loin… Alors, lorsque sa cousine se marie à l’autre bout du pays, c’est avec sa meilleure amie célibataire qu’elle file célébrer l’événement. Au programme, régression totale : fringues d’ados, propos indignes d’une mère de famille, et surtout envie de respirer un peu… Mais ce mariage va lui réserver bien des surprises. Elle voulait vivre de nouvelles aventures ? Elle va en avoir…

Cela faisait un sacré bout de temps que je voulais découvrir cette auteure française et j’ai profité d’un petit passage à la bibliothèque pour emprunter ce titre qui tombait à point nommée parce que pour la première fois de ma vie, j’ai commencé à ressentir que je vieillissais. Alors certes, je n’ai pas encore trente ans mais il n’empêche que quand tous tes élèves t’appellent « Madame » et que ton esthéticienne te refourgue des échantillons de crèmes anti-rides pour la première fois, eh bien ton capital jeunesse en prend un sacré coup. Du fait, ce titre tombait à pic et je m’y suis plongée avec délectation car je m’attendais à une bonne partie de rigolade.

Mais parlons un peu de l’histoire, dear readers, avant de nous lancer dans mes impressions de lecture. Ce roman se présente sous forme de journal et nous y suivons les épisodes mouvementés de la vie d’une auteure célèbre, Anoushka. Elle a tout de la femme moderne. Maman de deux jeunes filles, remariée avec un homme charmant bien que légèrement absent, elle tente, tant bien que mal de jongler entre sa vie professionnelle, sa vie familiale et la réalisation que -  Ciel ! - elle a bientôt 40 ans. L’âge fatidique. Le début de la fin.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je n’ai pas apprécié cette lecture. Je n’ai pas détesté non plus. Mais je n’ai pas aimé. Il y a beaucoup d’éléments qui m’ont gêné durant ma lecture et pour tout dire, je n’arrivais tellement pas à mettre dedans que j’ai lu deux autres romans en parallèle de cette lecture. Tout d’abord, l’histoire en elle-même est loin de m’avoir passionné. Pour tout dire, c’est même l’aspect du roman qui m’aura le plus gêné. J’ai trouvé l’ensemble sans réelle matière, il n’y a pas vraiment de fil conducteur. Franchement, un mois après ma lecture, je suis bien en veine de vous citer une scène qui m’aura marqué ou bien faire un résumé précis du récit. J’ai trouvé l’ensemble beaucoup trop fouillis et de gros moments de creux et des lenteurs m’ont vraiment empêché de profiter pleinement de ma lecture.

Et c’est bien dommage car le fond du roman : le fait de vieillir et de s’en rendre compte, est bien traité. Ce n’est pas forcément une thématique facile à aborder mais c’est fait avec humour et sensibilité sans tomber dans le cliché ni le pathos et c’est l'excellent point que j’ai pu retenir de ce roman.

Les personnages ne sauvent guère ce roman car ils souffrent du même syndrome que le récit : trop survolés, pas assez développés. Ils manquaient, à mon avis, de substance et de matière. Impossible de m’attacher à l’un dans d’entre eux et encore moins à l’héroïne que j’ai trouvé « too-much ». C’est sûrement le seul personnage (sûrement parce que c’est le personnage principal et que le récit est écrit de son point de vue à elle) qui est très développée mais elle m’est restée totalement étrangère. Je n’ai pas réussi à ressentir de l’empathie envers elle ni à véritablement l’apprécier. Les personnages secondaires sont finalement assez peu nombreux et en revanche on a pléthore de personnages tertiaires qui pullulent tout le long du roman tels des petits papillons qui se posent sur une page et repartent la suivante. C’est assez déconcertant, je dois l’avouer que je suis restée vraiment sur ma faim concernant cet aspect du récit.

Enfin quelques mots sur la plume d’Agnès Abécassis. C’est sûrement ce qui m’aura le plus pu dans ma lecture. Alors certes, j’ai trouvé que parfois l’humour était un peu trop poussé et en devenait trop caricatural mais c’est resté rare et dans l’ensemble j’ai trouvé le style de l’auteure enjoué, pétillant et très drôle. J’ai beaucoup aimé le ton parfois caustique parfois très réaliste d’Agnès Abécassis et rien que pour cette raison et même si cette lecture fut loin d’être concluante pour moi, je lirai un autre roman d’elle.

En bref, une lecture qui n’aura pas su me faire décoller. Trop survolé, tant au niveau du récit, qui manquait de profondeur qu’au niveau des personnages qui manquaient de développement, je n’ai pas su en apprécier ma lecture et j’achève ce roman en demi-teinte. J’ai apprécié le style de l’auteure et c’est le petit plus que je garderai en mémoire concernant « Chouette, une ride ! ».

Chouette, une ride ! d'Agnès Abécassis

Chouette, une ride ! d'Agnès Abécassis
Contemporain/Chick-lit - Editions Calmann-Levy - 255 pages
Où l'acheter : Chouette, une ride !

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 29 Juin 2014

En Angleterre et en Grèce, de nos jours.

Si Fliss a grande habitude des ratages amoureux de sa sœur Lottie, elle était pourtant persuadée que Richard, l’homme que Lottie fréquente depuis un an, allait faire sa demande. Encore raté ! Fliss s’apprête donc à suivre le protocole habituel : laisser Lottie donner libre cours à sa colère, la freiner dans ses envies de tout envoyer valser/s’exiler sur une île déserte/entrer dans une secte, et la réconforter, le temps qu’elle trouve un autre fiancé. Sauf que cette fois, Lottie a innové : elle n’a rien trouvé de mieux qu’en épouser un autre ! Un certain Ben avec qui elle avait entretenu un vague flirt. Tous deux sont d’ailleurs en route pour un sublime hôtel en Grèce. Catastrophe ! D’autant que Richard a des remords et qu’un autre homme voit également cette union d’un très mauvais œil : Lorcan, l’associé de Ben. Une seule solution : empêcher à tout prix que les deux tourtereaux consomment leur union express et faire annuler le mariage. Et pour saboter la nuit de noces, Fliss a plus d’un stratagème en réserve…

Sophie Kinsella, c'est une valeur sûre des lectures détente. C'est avec elle et son héroïne Becky que j'ai découvert la chick-lit et la littérature girly et je dois dire qu'elle ne m'avait jamais déçu en terme de divertissement. Oui mais ça c'était avant son dernier roman : Wedding night que je me suis procuré en Angleterre en mars dernier. Quelle déception !

Lottie est dévastée. Après quelques années de relation avec Richard, l'homme parfait, selon elle, la voici qui se retrouve dans une situation des plus délicates : elle était persuadée que ce dernier allait la demander en mariage, or il s'avère que ce n'était pas du tout son attention. Pire encore, le déjeuner romantique qui devait sceller leur union se transforme en cauchemar et elle finit par rompre. Effondrée, elle peut compter sur le soutien de sa sœur Fliss et...sur un coup de fil inattendu de son amour de jeunesse Ben, qui lors de leur premier rendez-vous quelques jours plus tard, lui demande de l'épouser. Bien sûr, elle accepte, ce qui n'est pas du tout au goût de sa soeur ni de l'ami de Ben : Lorcan.

Le seul élément positif que je pourrais retenir de ma lecture, c'est – encore et toujours – le style très enjoué, drôle, frais et optimiste de l'auteure. Sophie Kinsella arrive sans soucis à nous faire rire et c'est bien ce qui sauve de l'ennui ce roman. Malgré tout, j'ai quand même noté quelques soucis de rythme dans Wedding night, dû notamment au fait que, contrairement à ses précédents romans, l'auteure a choisi d'alterner les points de vue de deux personnages. Ce qui ne m'a pas franchement convaincu.
 

Je ne sais pas vraiment ce qui m'a le plus dérangé dans le récit. Le fait qu'il soit trop prévisible (on voit arriver le dénouement dès le début du roman. Alors certes, c'est de la chick-lit mais là c'était vraiment trop facile), le fait que ce n'est pas crédible pour deux sous (trop de péripéties trop abracadabrantesques. J'ai eu l'impression qu'on était dans la surenchère de situations plus loufouques les unes que les autres et qui honnêtement n'étaient pas drôles) ou encore un décor pas assez exploité (on est à Londres et en Grèce, come on ! Il y avait matière à faire vraiment quelque chose de sympa, mais non ça reste plat), mais la mayonnaise n'a pas pris avec moi.
 

Par ailleurs, les personnages ne m'ont guère aidé à plus apprécié le récit car je les ai trouvé, dans l'ensemble, assez quelconque, fades et sans grands intérêts. Fliss est beaucoup trop stricte, trop réprobatrice pour me plaire et les personnages masculins sont loins de faire rêver. Trop versatile, strict ou indécis, aucun n'aura vraiment su me séduire. La seule que j'ai aimé découvrir c'est Letty, un peu fofolle, un peu naïve sur les bords certes, mais beaucoup plus attachante et humaine que sa soeur.
 

Wedding night est donc une déception tant en ce qui concerne le récit (trop lourd et convenu) que des personnages, qui n'ont guère su me passionner. Néanmoins, une lecture divertissante grâce à la plume toujours aussi sympathique de Sophie Kinsella. Mais certainement le moins bon de cette auteure que j'ai pu lire jusqu'à présent.

 

Wedding night de Sophie Kinsella
Titre VF : Nuit de noce à Ikonos
Chick-lit - Editions Black Swan - 460 pages
Où l'acheter : Nuit de noces à Ikonos

D'autres romans de cette auteurs chroniqués sur le blog :
Confessions d'une accro du Shopping

L'accro du shopping à Manhattan
La madonne des enterrements
Samantha, bonne à rien faire
Remember me

Wedding night de Sophie Kinsella

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 24 Mars 2014

Une héroïne drôle et sexy créée par Meg Cabot !Heather Wells a presque repris une vie normale. Elle a même un petit ami : un accro au sport et à la nourriture bio ! Mais le calme ne va pas durer : Heather apprend que son patron est retrouvé mort dans son bureau. Et son petit ami a l’air de vouloir la demander en mariage. Au secours ! Heather est assaillie par le doute. Et si c’était à Cooper, son amour secret, qu’elle avait envie de dire oui ?

Alors que je cherchais dans ma PAL monstrueuse une nouvelle lecture, j'ai eu envie de me lancer dans le dernière tome de l'énoooooooorme intégrale de la saga Irrésistible de Meg Cabot. J'aime beaucoup le personnage principal : Heather Wells et j'étais curieuse de voir comment l'auteure clôturait ce cycle.

 

La vie d'Heather Wells a bien changé depuis qu'elle a commencé à travailler au “Dortoir de la mort” aka la résidence universitaire de New York. Tout d'abord, elle a un petit-ami (végétarien et qui la force à se mettre au jogging mais un petit-ami quand même), a presque oublié son crush pour son colocataire Cooper, a décidé de reprendre ses études et n'a pas eu à gérer de nouvelles catastrophiques depuis un certain temps. Oui mais ça c'était avant qu'elle ne tombe sur le cadavre de son patron dès son arrivée au travail. La journée commence mal !

 

J'ai lu ce roman en moins de deux jours, avec beaucoup de plaisir, comme toujours avec Meg Cabot, même si je dois avouer que je suis moins enthousiaste en ce qui concerne ce troisième tome de la saga Heather Wells que pour les deux premiers. La raison ? J'ai trouvé ce tome beaucoup trop court comparé aux deux autres et surtout l'intrigue policière trop facilement résolue, un peu baclée voire même un peu ridicule pour tout dire. J'ai plus vu ce roman comme un tome un peu fourre-tout où l'intrigue policière ne sert pas à grand chose à part aider les deux héros à enfin terminer ensemble, un tome de transition entre la fin du premier cycle d'Heather Wells et la suite de ses aventures qui vient de sortir récemment et c'est bien dommage.

 

Alors certes, on ne lit pas ces romans de Chick-lit pour l'intrigue policière mais j'ai trouvé que dans ce cas-ci, elle déservait plus l'ensemble du roman qu'elle ne lui était utile. Néanmoins, je dois avouer que j'ai quand même passée un agréable moment en compagnie de ce roman. Le rythme est soutenu, le ton toujours drôle et les pages se tournent à une vitesse folle.

 

Question personnages, là encore, je suis un poil déçue car le manque de développement de l'intrigue se ressent également sur l'évolution des différents héros de la saga et je dois avouer que j'ai trouvé le dénouement trop rapide, trop simple. Depuis le temps qu'on l'attendait ce passage, (SPOILERS : quand Cooper déclare enfin sa flamme à Heather et lui demande de l'épouser) j'aurais pensé que l'auteure aurait pris le temps de vraiment le travailler or ce n'est pas l'impression que j'ai eu en le lisant. Mais les personnages restent fidèles à eux-mêmes et sont terriblement désopilants (en particulier Heather avec son ironie qui me fait toujours rire) et j'ai hâte de voir ce que l'auteure leur réserve pour la suite de leurs aventures.

 

Je ne vais pas m'attarder sur le style de Meg Cabot, dont je parle régulièrement. Le ton est léger, drôle, sans fioriture ni finesse mais néanmoins plaisant à lire.

 

Une irrésistible envie de dire oui est une lecture en demi-teine ! J'attendais beaucoup de ce tome et finalement je suis un peu déçue par la rapidité de traitement de l'action ainsi que de l'évolution des relations entre certains personnages. Néanmoins, une lecture sympathique et divertissante !
 



Une irrésistible envie de dire oui de Meg Cabot
Titre VO : Big boned
Chick-lit - Editions albin Michel - 1120 pages
Où l'acheter : Irrésistible ! L'intégrale


D'autres romans de cette auteure chroniqués sur le blog :
Journal d'une princesse. Tome 1
Journal d'une princesse. Tome 2
Une irrésistible envie de sucré
Une irrésistible envie d'aimer

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2014

Becky Bloomwood, la terreur des distributeurs toujours aussi folle de fringues, ne s’est guère assagie question finances. Mais à quoi bon être enfin devenue la journaliste financière la plus populaire d’Angleterre si l’on n’en profite pas un peu ? Heureusement, elle file le parfait amour avec le séduisant Luke, son fiancé. Même s’il travaille du matin au soir pour monter sa nouvelle agence de communication à… New York ! Le rêve pour toute accro du shopping qui se respecte !
Aux anges, Becky s’envole avec lui vers ce paradis de la consommation où elle se grise à l’envi de soldes, de marques et de boutiques. L’ivresse tourne à la gueule de bois quand Luke découvre, un beau matin, dans un tabloïd anglais, un cliché de Becky en pleine frénésie d’achats sur la Cinquième Avenue. Autant dire adieu à leur crédibilité et à tous leurs grands projets. Mais la coïncidence est fâcheuse et Becky est sceptique face au hasard…

Cette semaine, j'ai fais un rangement énorme dans ma bibliothèque et fais un grand grand vide dans celle-ci (deux gros sacs remplis de livres que je souhaite vendre ou donner car manque de place) et du coup, je suis tombée sur la collection compléte (moins le tout dernier que je n'avais pas acheté) de L'accro du shopping de Sophie Kinsella. Il y a deux ans, pour mon mémoire de master, j'avais relu le premier tome en anglais et j'avais envie de me refaire la série complète en VO. Or en voyant cette saga dans ma bibliothèque, j'ai été prise d'une envie irrépressible de lire le deuxième tome : L'accro du shopping. Mais je ne l'avais pas en VO. J'ai donc regardé un peu le prix des ebooks pour l'acheter et le lire sur Becky (ma liseuse que j'ai nommé justement d'après le personnage de cette saga) mais celui-ci était beaucoup trop cher pour moi (8 euros, le même prix que le format papier), j'ai décidé d'attendre de pouvoir acheter le livre en VO. Oui, mais bon, ma lecture en cours ne me tentait absolument pas (ça fait 15 jours que je suis dessus et je peine!), j'ai quand même craqué et me suis installée sous ma couette avec le second tome des aventures de Becky Bloomwood, et je l'ai dévoré en une soirée.

 

Becky Bloomwood a tout pour être heureuse. Elle a un travail de conseillère financier pour une émission de télévision, file le parfait amour avec Luke Brandon et s'est sortie de sa situation financière difficile. Pourtant, elle ne semble pas avoir appris de ses erreurs et continue de dépenser sans compter. Attention Becky, cela pourrait bien t'exploser à la figure !

 

Je me souvenais que ce tome-ci était mon préféré de la saga, pourtant, maintenant, même si je l'ai dévoré et ait pris énormément de plaisir à le lire, je n'en suis plus vraiment sûre. L'intrigue de ce roman est assez simple mais fonctionne bien et on suit toujours avec plaisir les aventures fantasques de Becky, qui me fait beaucoup beaucoup rire. Contrairement au premier tome, on sent vraiment une réelle évolution du personnage et c'est un point très appréciable. Pour autant, et maintenant que je le relis avec un esprit un peu plus critique, j'ai trouvé certains passages assez longs et répétitifs (notamment vers le milieu du roman). Néanmoins, Sophie Kinsella nous offre un tome plus mature et plus dynamique. J'ai apprécié le fait que le personnage principal décide de changer complètement de vie, de pays, cela apporte vraiment un côté vivant au récit.

 

Les personnages sont tous égaux à eux même dans cette suite, sauf peut-être pour Becky. Certes, elle est toujours aussi naïve, candide et dépensière mais on sent qu'elle commence vraiment à changer et qu'elle prend enfin ses responsabilités. Les personnages secondaires deviennent de plus en plus importants et j'ai apprécié l'arrivée du collègue de Luke, qui est un personnage récurrent des livres suivants et que j'aime beaucoup (bien sûr, l'aspect découverte n'est pas vraiment de mise pour ce roman qui est une relecture).

 

Le style de Sophie Kinsella est toujours aussi sympathique. Drôle, léger, enjoué, on tourne les pages plus vite qu'il ne faut de temps pour le dire et le lecteur rit beaucoup en compagnie de Beckie et Cie.

 

L'accro du shopping à Manhattan est une très bonne suite au premier volet des aventures de Becky. L'histoire est toujours aussi simple mais bien menée et on suit l'évolution de Beckie et son entrée dans une vie plus « responsable ». Un régal !

 

 

L'accro du shopping à Manhattan de Sophie Kinsella
Titre VO : The Shopaholic Abroad / The Shopaholic Takes Manhattan
Chick-lit - Editions Pocket - 424 pages
Où l'acheter : L'accro du shopping à Manhattan

D'autres romans de cette auteure chroniqués sur le blog :
La madonne des enterrements
Confessions d'une accro du Shopping
Samantha, bonne à rien faire
Remember me

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 5 Novembre 2013

Paillettes-et-gros-dossiers.jpg

 

Paillettes et gros dossiers

 

Cléo Buchheim

 

(Site Web)

 

cleo_buchheim.jpg

 

S’afficher en robe du soir et talons vertigineux au bras d’un acteur à la mode, dans les soirées les plus chics et branchées où le champagne coule à flots ? Jackie sait que toutes les filles de la terre se damneraient pour prendre sa place. Sauf que, en réalité, elle n’est pas vraiment la petite amie de cet acteur qui déchaîne les foules. Non, ça, c’est le rôle que l’horrible patron de l’agence de presse où elle travaille l’a obligée à jouer, mais, elle, dans la vraie vie, c’est du sublime Arnaud, alias Mister sexy, qu’elle est amoureuse. Si amoureuse qu’elle n’a plus qu’un but : lui prouver qu’elle est la femme de sa vie ! Oui mais voilà : primo, Mister sexy est persuadé qu’elle est la petite amie de ce fameux acteur et, deuxio, il est l’ennemi juré de son propre patron…

 

 

LigneFleur

 

 

Généralement, j'aime beaucoup les romans de la collection Red Dress Ink, car j'apprécie énormement les romans de Chick-Lit, les univers un peu girly et les héroïnes drôles et sympathiques. Ausssi, j'étais ravie d'avoir été sélectionnée pour découvrir ce roman d'une auteure suisse lors de la dernière Masse Critique de Babélio. Mais finalement, force me fut de constater que ce roman n'était pas à la hauteur de mes espérances. Et c'est bien dommage, car si le fond ne m'a pas vraiment plu, j'ai vraiment apprécié le ton et le style de Cléo Buchheim

 

Jackie est une jeune fille pleine de vie et d'enthousiasme. Entourée de ses amis, elle tente, tant bien que mal, de trouver l'homme idéal et de survivre à son boulot de stagiaire dans une grande boite d'agents de stars. Son patron est horrible et la force à prétendre être la petite amie d'un acteur très célèbre. Si la célébrité a son petit effet sur elle pendant un moment, elle se rend vite compte que cela pourrait lui rendre la vie impossible, d'autant qu'elle a rencontré quelqu'un qui pourrait bien s'avérer être l'homme de sa vie.

 

Ce qui m'aura le plus gêné dans le roman, ce fut le récit, que je n'ai pas trouvé ni captivant ni vraiment intéressant. Je me suis ennuyée pendant tout le long du roman et malheureusement l'histoire, un peu trop abracadabratesque à mon goût, n'a vraiment pas su me passionner. Les rebondissements sont trop peu crédibles et pas très bien emmenés dans le récit, ce qui fait que plus d'une fois, j'ai levé les yeux au ciel devant l'absurdité de certaines situations (la palme en revient certainement à cette scène où le patron de Jackie lui demande de seduire son rival, pour qu'il la ramène chez lui et qu'elle puisse fouiller son appartement).

 

Les personnages ne sont malheureusement guère mieux. Très caricaturaux (notamment les amis de Jackie, qui ne me sont pas apparus naturels du tout), pas assez travaillés, je ne les ai pas trouvé attachants ni vraiment plaisants à découvrir. Par ailleurs, l'héroïne m'a vite énervé, de part son comportement un peu trop puéril. Dommage, car elle avait vraiment du potentiel. Je pense que cela est dû au fait que le récit en lui-même est assez court.

 

Très honnêtement, je pense qu'une centaine de pages de plus aurait vraiment apporter un peu plus de profondeur à l'histoire et aux personnages (et comme j'ai adoré le style de l'auteure, cela ne m'aurait pas du tout déranger de les lire ces pages supplémentaires, au contraire !).

 

Parlons justement du style de Cléo Buchheim, qui est sûrement l'aspect le plus plaisant du roman. Une plume drôle, dynamique, fraîche et vivante, bref, un ton girly et enjoué qui m'a séduite du début à la fin. C'est d'ailleurs pour cette raison, que je retenterai l'aventure avec un autre de ses romans, car je pense vraiment que son style vaut le détour à lui-tout seul.

 

Paillettes et gros dossiers fut une déception tant au niveau du récit que des personnages. Néanmoins, je retiendrais de cette lecture le style de l'auteure qui est très sympathique et donne envie d'y revenir.

 

Star2

 

Chick-Lit, Romance - Editions Harlequin - 306 pages

Où l'acheter : Paillettes et gros dossiers

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2013

irresistible intégrale

Adieu paillettes, robes ultra-moulantes et talons aiguilles ! Heather Wells, ex-Lolita de la pop reconvertie en directrice adjointe de l’université de New York, est toujours aussi à l’aise dans ses baskets. Et plus que jamais folle amoureuse du beau, du sublime, du magnifique Cooper, détective ET colocataire. Cooper, justement, est furieux qu’Heather mène seule l’enquête sur le meurtre de Lindsay Combs, la pom-pom girl sauvagement assassinée dans la résidence. Mais, fidèle à elle-même, Heather n’en fait qu’à sa guise. Imprudente et sexy, amoureuse et tête à claques, elle risque cette fois d’y laisser un peu plus que son ancienne garde-robe…

Petit coup de coeur pour le deuxième tome de cette saga girly qui met en scène Heather, cette jeune fille complétement déjantée et terriblement attachante. Un roman de Meg Cabot, que je ne peux que vous recommander chaudement !

Attention spoilers sur le tome 1.

Heather a élucidé les meurtres commis dans son dortoir universitaire et espère bien débuté l'année plus tranquillement que la précédente. C'était sans compter la découverte de la tête d'une pom-pom girl dans une des casseroles de la cafétéria. Bien que Cooper, son très sexy colocataire, également détective privé, lui demande de ne pas se mêler de cette histoire, Heather se retrouve malgré elle embarquée dans l'enquête.

J'ai dévoré ce roman en quelques heures. Si le récit est en soi assez fidèle au premier tome, c'est-à-dire une enquête relativement simple et sans véritable complexité, j'ai particulièrement aimé le développement des personnages (mais j'y reviendrai un peu plus loin dans cette chronique) ainsi que leurs relations les uns avec les autres. Mon couple chouchou, enfin pas vraiment couple hein, parce que malgré le titre, je trouve que leur romance a du mal à passer la seconde, Heather et Cooper sont très mignons et j'ai particulièrement aimé leurs interactions (et autant vous dire que je n'attends qu'une chose, c'est de lire la suite !). Ainsi, contrairement au premier tome où l'enquête policière était au coeur de l'intrigue, dans ce roman-ci, on va plutôt se consacrer sur les personnages et leur évolution ou découverte (pour les petits nouveaux), ce qui ne fut pas pour me déplaire (même si j'ai trouvé l'enquête agréable à suivre, bien qu'un peu prévisible).

Ainsi, l'accent est mis sur les personnages. Et quels personnages ! Heather, fidèle à elle-même m'a fait mourir de rire et je maintiens que j'aurais adoré avoir une soeur ou une amie comme elle. Elle est si naturel, sarcastique et en même-temps si fleur bleue ! Cooper, lui, reste stoïque et très très craquant, mais j'ai quand même bien envie de dire qu'on lui mettrait bien un coup de pied au derrière pour qu'il se dépêche d'avouer ses sentiments à Heather. J'ai adoré découvrir le père d'Heather dans ce tome. Un personnage très sympathique, très humain et qui m'a parfois bien fait rire (il faut dire aussi que certaines situations entre lui et sa fille sont particulièrement cocasses). Les personnages secondaires prennent de l'importance dans ce tome-ci et ce ne fut pas pour me déplaire, au contraire. J'espère la suite continuera dans cette voix car ils valent tous le détour.

La plume de Meg Cabot est toujours aussi savoureuse. Pleine de surprises, d'éclats de rire, de fraîcheur, on ne peut s'empêcher de tourner les pages avec un sourire aux lèvres. Contrairement au tome précedent, je n'ai pas noté du tout de longueurs, les chapitres sont bien équilibrés, les dialogues savoureux, bref, que du bonheur !

Une irrésistible envie d'aimer est une suite absolument parfaite de la saga d'Heather Wells. Une intrigue un peu légère mais compensée par une évolution des personnages très bien développée. Personnages qui sont véritablement l'atout coeur de ce livre. Il me tarde de lire la suite et si vous n'avez pas encore débuté cette saga, mais qu'attendez-vous donc ?!

 

Star5

coup de coeur 11

 

Une (irrésistible) envie d'aimer de Meg Cabot
Titre VO : Size 14 is not fat either
Chick-lit, romance - Editions Albin Michel Wiz - 1120 pages
Où l'acheter : Irrésistible ! L'intégrale

 

D'autres romans de cette auteure chroniqués sur le blog :
Journal d'une princesse. Tome 1
Journal d'une princesse. Tome 2. Premiers pas
Une irrésistible envie de sucré

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 20 Juillet 2013

Enquete-s--coup-s--de-coeur-et-chocolt---Aela-Liper.jpg

 

Enquête(s), coup(s) de coeur & chocolat

 

Aëla Liper

 

(Facebook - Twitter)

 

portraitAelaLiper.jpg

 

Un matin, Solenn débarque en trombe chez Steredenn pour lui annoncer qu’elle a rencontré LE prince charmant, l’unique, le vrai lors d’une soirée. Mais il s’est éclipsé avant qu’elle ait pu noter son numéro de téléphone.Un seul indice : son prénom…Solenn et Steredenn vont donc mener l’enquête afin de le retrouver. Une odyssée où les deux copines vont rencontrer des personnages hauts en couleurs. Entraînée par sa meilleure amie dans cette enquête riche en émotions, notre héroïne va cesser de vivre par procuration pour enfin découvrir l’Amour.Mais avant, elle va devoir vaincre sa timidité et faire des choix qui vont profondément modifier le cours de sa vie.Une enquête forte en chocolat, sur fond de Bretagne, avec à la clef, peut-être, un prince charmant…

LigneFleur

 

 

C'est avec ce titre que je découvre, avec plaisir, les éditions Rebelle. Et autant le dire tout de suite, vu leur catalogue plus qu'alléchant, je risque d'y revenir très rapidement. Ceci étant dit, je dois avouer que je ressors de cette lecture vraiment déçue et frustrée...

 

Steredenn est une jeune femme à qui la vit semble sourire. Elle a un bon travail, des superbes amies et adore les soirées canapé/comédies romantiques et le chocolat (qui pourrait l'en blamer d'ailleurs ?). Mais il lui manque l'essentiel, l'amour. Aussi, quand sa meilleure amie Solenn débarque chez elle et lui demande de l'aider à retrouver un homme sur lequel elle a flashé, elle n'hésite pas. Qui sait où cette enquête pourrait bien la mener ?

 

Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas vraiment comment parler de ma lecture...car moi qui suis pourtant une fan inconditionnelle de chick-lit, de romans légers et girly, j'ai peiné à terminer cette lecture. Le gros point négatif de l'ensemble et qui se ressent sur tous les aspects du roman est la superficialité. Le récit n'est pas très bien équilibré dans le sens où certains passages (et beaucoup de passages d'ailleurs) ne servent à rien et auraient largement pû être tronqués pour laisser place à d'autres qui eux auraient mérités d'être plus développés. L'intrigue ne m'a pas vraiment tenu en haleine, tout est un peu trop facile, prévisible (voire même cliché parfois) et trop peu crédible.

 

Les personnages ne m'ont malheureusement pas plus convaincu. Là encore un approfondissement de leur caractère aurait été le bienvenue. On ne connait presque rien d'eux et je n'ai pas réussi à m'attacher à eux, ni à éprouver une quelconque émotion envers eux...Ah si Solenn avait tendance à m'énerver parfois, je trouvais ses réactions très puérils. Je vais sûrement être dure, et cela ne me plait guère car je n'ignore pas qu'il y a tout un travail de titan derrière d'effectué par l'auteure concernant l'écriture de ce roman, mais j'ai trouvé que les personnages, et tous les personnages d'ailleurs, n'avaient aucune profondeur. On reste dans le survolage et là encore dans le cliché (les filles qui répètent trop souvent que leur petit-ami beau, intelligent et riche est parfait, c'est du vu et revu). C'est dommage.

 

Je ressors d'autant plus frustrée par cette lecture que l'auteure avait un vrai potentiel pour faire de ce roman un bon livre de divertissement (une histoire de chassé-croisé amoureux, des touches d'humour, un épilogue surprenant, etc) mais le tout est véritablement gâché par cette rapidité et superficialité de développement.

 

Le style d'Aëla Liper est néanmoins sympathique. Ponctué de touches d'humour, on sourit à plusieurs reprises lors de la lecture du récit. L'ensemble est léger et enjoué mais malheureusement un peu plombé par le style trop “oral” de l'écriture et les trop nombreuses répétitions.

 

Enquête(s), coup(s) de coeur & chocolat fut une grosse déception. Ni le récit, ni les personnages n'ont su me plaire mais l'ensemble reste quand même agréable à lire.

 

Star2

 

Romance, Chick-lit - Editions Rebelles - 229 pages

Où l'acheter :  Enquêtes, coups de coeur et chocolat

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 29 Juin 2013

irresistible-integrale.jpg

Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d’avant, les paillettes et les larmes, non merci. Elle décroche un job dans une résidence d’étudiants où l’on ne s’ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu’il s’agit de meurtres. Ça tombe bien, le sublime garçon qui l’héberge dans sa sublime maison – Cooper – est détective. En plus, il se fiche qu’elle fasse du 46 ! Une nouvelle vie commence pour Heather ! Pour un peu, elle porterait même une robe... Une nouvelle héroïne drôle et sexy, créée par Meg Cabot.

Depuis ma plus tendre enfance, j'apprécie énormément lire les romans de Meg Cabot, girly et acidulé comme un bonbon Harlequin, c'est pourquoi j'étais ravie de recevoir cet intégral d'une saga que j'avais débuté plus jeune mais que je n'avais jamais pu terminé ! Cependant, vu l'épaisseur du livre (1120 pages quand même), je n'ai pas lu les trois tomes à la suite, mais j'ai relu avec plaisir le premier roman : Une irrésistible envie de sucré !

Heather est une ancienne star de la pop. Malheureusement après avoir quitté son boyfriend, lui aussi chanteur, et avoir pris 20 kilos, elle n'est plus vraiment au top de sa carrière et s'est fait lâchement plaqué par sa maison de disque. Qu'à cela ne tienne, la jeune femme décide de reprendre sa vie en main, accepte un boulot de surveillante dans une résidence universitaire et se retrouve, bien malgré elle, à devoir élucider une mort bien mystérieuse.

Je me souviens, quand j'ai commencé ce roman, plus jeune, j'avais déjà été conquise par la personnalité décapante du personnage principale et plusieurs années après, j'ai pris encore plus de plaisir à relire les aventures d'Heather. En soi, le récit est bien ficelé mais pour une pseudo enquête policière, l'histoire est relativement simplette. Néanmoins, l'ensemble est porté par des personnages plus que sympathiques, un rythme effrené et un humour grinçant qui ne laisse pas de répit au lecteur. Le roman, de fait, se lit très vite.

Mais les véritables atouts de ce roman (et de tous les romans de cette auteure quand on y regarde de plus près) sont sans conteste ses personnages hauts en couleur et terriblement attachants. Heather vaut vraiment le détour, car même si parfois, elle peut parfois agacer, elle reste très drôle, vive et fort sympathique. J'ai aimé qu'elle prenne son poids à la dérision et qu'elle ne soit pas une de ces filles obséder par l'idée de maigrir. Cooper est un peu le mec parfait, terriblement craquant, sur lequel on adore fantasmer ! Les personnages secondaires sont également très bien caractérisés et drôles à leur façon (l'ancien petit-ami d'Heather est hilarant à sa façon). J'ai d'ailleurs hâte de me plonger dans la suite de leurs aventures pour savoir ce qu'il advient d'eux.

Quelques notes enfin sur la plume de l'auteure. Meg Cabot est une auteure que j'apprécie tout particulièrement. J'aime son côté humour, girly, lecture sans prise de tête et ces traits sont très visibles dans cette lecture. Le roman est ponctué de scènes très amusantes et les dialogues, très abondants, rendent celui-ci très vivant.

Une irrésistible envie de sucré fut une très bonne relecture. J'ai aimé retrouvé le personnage si sympathique d'Heather et son côté loufoque ! L'histoire tient en haleine le lecteur et le divertit le temps de quelques centaines de pages. Une parfaite lecture estivale !

 

Star4
 

Une (irrésistible) envie de sucré de Meg Cabot
Titre VO : Size 12 is not fat
Chick-lit, romance - Editions Albin Michel Wiz - 1120 pages
Où l'acheter : Irrésistible ! L'intégrale

 

D'autres romans de cette auteure chroniqués sur le blog :
Journal d'une princesse. Tome 1
Journal d'une princesse. Tome 2. Premiers pas

Une (irrésistible) envie d'aimer

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 9 Mars 2013

Les filles pensent que

 

Les filles pensent que..la vie n'est pas un conte de fées

 

Lucie de Paola

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

Normalement, la princesse attend sagement dans sa tour que le prince vienne la délivrer du dragon, de la sorcière ou de la méchante belle-mère, voire des trois à la fois, qui la gardent prisonnière. Tout le monde connaît la suite : ils se pacsèrent et eurent beaucoup d’enfants. Fin.
Sauf que, voilà, les filles pensent, et elles aimeraient bien savoir ce qui se passe vraiment après le baiser du prince. Trouver chaussure à son pied, fût-elle en vair, c’est bien, mais faudrait voir à ce que, minuit venu, elle ne se transforme pas en charentaise de pantouflard !
Lucie de Paola se pose les vraies questions sur le couple : le prince restera-t-il charmant ? Qui s’occupe de ranger le palais ? Faut-il siffler en lavant des chaussettes sales ? Et au final, la méchante belle-mère est-elle vraiment un mythe ?

 

LigneFleur

 

La couverture me donnait vraiment envie et le titre accrocheur m'avait attiré l'oeil. J'attendais donc avec impatience de pouvoir lire et profiter pleinement de cet ouvrage.

 

J'avoue avoir été tout d'abord très surprise car ne connaissant pas le blog de l'auteure, je pensais, à tort, que ce livre était une sorte de roman or il n'en n'est rien. Il s'agit ici d'un sorte de recueil de chroniques que Lucia de Paola a rédigé sur son blog, que vous pouvez découvrir ici, reécrites sous forme de mode d'emploi humoristique pour vie de couple.

 

De fait, passé le premier moment de découverte du livre, j'ai été agréablement surprise par le contenu. Ces chroniques réunies en chapitre sous différents thèmes (la vie avant l'installation en couple, le mariage, les proches, les enfants, etc.) sauront vous divertir et vous faire passer un très très bon moment de lecture. Toutes les personnes en couple se reconnaîtront forcement dans ces petits chapitres drôles et spirituels et je n'ai pas pu m'empêcher de penser à mon propre couple en les lisant.

 

Des chroniques très drôles donc et très souvent justes qui font souvent mouches et que j'ai dévorées ! J'ai presque lu Les filles pensent que...La vie de couple n'est pas un conte de fées d'une seule traite et je dois avouer que je le regrette presque car j'aurais aimé le faire durer un peu plus longtemps. La seule petite chose qui m'a manqué, c'est peut-être la petite touche un peu plus personnelle de l'auteure que je n'ai pas retrouvé dans ses écrits. Le livre présente la vie de couple de façon générale mais j'aurais aimé que Lucia de Paola se livre un peu plus (comme elle le fait sur son blog). En revanche, quelle bonne idée que de donner la parole à d'autres femmes et hommes à la fin de certains chapitres ! Certains témoignages sont drôles, d'autres plus touchants, bref une bonne initiative !

 

Enfin, j'ai énormement apprécié découvrir la plume si légère et enjouée de cette blogueuse et je dois dire que je m'en vais de ce pas lire son blog  pour profiter de son ton très drôle. D'ailleurs, si j'en ai l'occasion, je lirais le premier livre de Lucia de Paola avec plaisir puisqu'il est dans la même veine que celui-ci : Les filles pensent que...Il faut embrasser beaucoup de crapauds avant de trouver le prince charmant (affirmation avec laquelle je ne suis pas tellement d'accord mais je suis curieuse de voir ce que l'auteure nous réserve sur ce thème !). 

 

Star4

 

Chronique, Chick-lit - Editions Michel Lafon - 201 pages

Où l'acheter : Les filles pensent que... La vie de couple n'est pas un conte de fées

 

(Pour plus d'avis)

Logo Livraddict

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit

Repost 0

Publié le 31 Octobre 2012

Jane Austen ruined my life de Beth Pattillo

Après la mort de Jane Austen, près de trois cent de ses lettres furent présument détruites, emportant avec elle les secrets de la vie de l’auteur. Mais que cachaient-elles ?
Emma Grant, spécialiste de Jane Austen, a toujours vécu sa vie selon les règles de l’art. Elle est mariée, a un bon travail de professeur et prévoit d’avoir deux enfants. Sa vie parfaite éclate en morceaux le jour où elle découvre son mari au lit avec une autre femme. Ses idées romantiques, véhiculées par Austen, se transforme en rêves stupides, laissant Emma seule et blessée.
Accusée de plagiat, elle perd son travail ainsi que son mariage et quitte l’Angleterre pour s’embarquer dans la recherche désespérée des lettres disparues de Jane Austen, espérant ainsi rétablir sa réputation brisée. Une veuve solitaire promet à Emma de lui montrer les lettres si elle accepte de ne pas dévoiler les secrets de Jane et d’accomplir une série de tâches. Emma se lance donc dans un voyage à travers l’Angleterre de Jane Austen, dévoilant de nouveaux aspects de la vie de Jane – et rencontrant un de ses anciens amis sur le chemin…
Tandis qu’Emma découvre les plus intimes pensées et luttes de cet auteur légendaire, elle commence également à comprendre les raisons du secret de son idole et la vraie valeur de la loyauté.

Quand j'ai participé au swap Jane Austen, organisé par Caro du blog Bleue & Violette, j'avais eu la chance d'avoir pour binomette Filipa du blog Sweet-Madness et j'avais été gâtée (la preuve en images) et dans ce swap, se trouvait justement ce roman. Mais, depuis quelques mois il traînait dans ma PAL sans que j'ai le temps de l'en sortir. Il aura fallu le challenge LAPD de Livraddict et le défi de Sofynet pour me décider à l'en sortir et pour être honnête, je me maudis intérieurement de ne pas avoir écouter tous les bons avis que je lisais dessus et de ne pas l'avoir ouvert plus tôt.
 
Après une déception sentimentale et professionnelle, Emma, ex professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine, décide de prendre le peu d'économies qui lui reste et de partir s'envoler pour l'Angleterre, pour Londres plus précisément, où elle se lance à la poursuite d'un mythe, diront certains, d'une chimère, soutiennent d'autre : les lettres perdues de Jane Austen à sa soeur Cassandra. Mais pour Emma, retrouver ces lettres signifie plus qu'un bref moment de gloire, cela signifie un renouveau dans sa vie pour le moins chaotique.
 
Ce petit roman (il fait à peine 300 pages) m'a littéralement conquise. Moi qui partais avec des à-priori, je dois avouer que j'ai vraiment apprécié la démarche de l'auteure et sa façon de construire son intrigue. Le récit est assez captivant même si on peut regretter parfois un petit manque de crédibilité, néanmoins l'histoire est bien ficelée et surtout écrite de telle manière que l'on ressent vraiment tout le respect qu'éprouve Beth Patillo pour Jane Austen. De plus, le petit voyage initiatique qu'expérimente Emma à travers les lieux qui ont marqués l'histoire de cette célèbre romancière anglaise est vraiment bien écrit et donne envie de découvrir ces endroits par nous-même (d'ailleurs pour ceux que ça intéresse, j'en ai visité quelques uns, le détail ici !). C'est peut-être mon âme romantique qui fut le plus ravie avec cette lecture car j'ai été très touchée, non pas spécialement par la romance entre Emma et Adam (même si il faut bien dire que celle-ci est vraiment choupinette), mais plutôt par celle entre Jane Austen et Jack. J'ignore pourquoi mais l'idée que Jane ait pu vivre une telle histoire d'amour et en souffrir terriblement m'a énormément touché. Enfin, concernant l'intrigue, petit coup de coeur pour la fin, que j'ai trouvé parfaite. L'auteure ne se contente pas de la solution de facilité et j'ai trouvé que c'était plus qu'appréciable.
 
Quelques notes sur les personnages, qui sont, somme toute, peu nombreux mais bien caractérisés et bien dépeints. J'ai aimé Emma, avec son caractère franc et volontaire mais aussi avec ses faiblesses et sa fragilité. Adam m'est apparu comme le parfait héros Austenien et je m'y suis beaucoup attaché. Les personnages secondaires sont également très plaisants, bien que manquant un peu de profondeur (le récit étant assez court, je pense que c'est pour cette raison qu'ils sont finalement assez peu développés - par exemple, j'aurais aimé en apprendre plus sur les Formidables).
 
Pour terminer, j'aimerais vous parler de la plume de Beth Patillo, qui est peut-être l'aspect du roman que j'ai le plus aimé. En effet, elle nous livre un récit écrit de façon très imagée mais aussi très ironique (cela n'est pas sans nous rappeler l'ironie un peu satirique de Jane Austen elle-même), qui m'a fait rire plus d'une fois. L'ensemble du roman est bien rythmé et on ne s'ennuie pas une seconde en le lisant. Pour tout vous avouer, j'ai bien envie de me jeter sur une des autres Austenneries qu'elle a écrites.
 
Jane Austen ruined my life est une vraie réussite. J'ai aimé le sujet du roman et la façon délicate et respectueuse de Jane Austen avec laquelle Beth Patillo l'a traitée. L'histoire est plaisante et captivante, les personnages attachants et la plume très agréable ! Un must-read assurément !
Jane Austen ruined my life de Beth Pattillo

Contemporain, Chick-lit - Editions Monarch Books - 275 pages
Où l'acheter : Jane Austen ruined my Life

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Chick-Lit, #Beth Pattillo

Repost 0