Articles avec #l'etagere des bd-mangas-albums tag

Publié le 7 Mars 2017

Confessions d'un canard sex-toy. Tome 1 & 2 de  Milly Chantilly et Arnaud Poitevin

Dans ses rêves les plus fous, Sigmund est un majestueux canard sauvage.
Hélas, le Tout-Puissant en a décidé autrement... et fait de lui un délicieux objet de plaisir. On imagine trop vite une existence palpitante, faite de jouissance et de volupté... Erreur !
Les confidences de Sigmund, le canard pas toujours ravi de sa condition, vous feront vibrer de plaisir rire !

Aujourd'hui, c'est le premier mardi du mois de mars et qui dit "premier mardi" dit le rendez-vous de lectures "inavouables" de Stéphie. J'y ai toujours participé avec plaisir et cette fois-ci ne fit pas exception.

En faisant du rangement dans mon immense bibliothèque, je suis tombée sur ce coffret de BD, offert par ma meilleure amie il y a quelques années. Je l'avais déjà lu mais après avoir jeté un coup d'oeil aux dessins, je me suis souvenu que j'avais beaucoup apprécié les dessins et je me suis dis que le thème serait parfait pour le prochain rendez-vous du "Mardi, c'est permis".

Le premier volet de ce duo de BD nous conte l'histoire de Sigmund, canard sex-toy qui s'épuise à la tâche afin de satisfaire sa maîtresse. Dans le second tome, un nouveau personnage fait son apparition en la personne du petit-ami de la demoiselle adepte du canard sex-toy.

Chaque page est découpée en deux partie : deux petits strips humoristiques illustrent la vie bien agitée du canard. En tout, une cinquantaine de pages par tome composent ces recueils de brèves coquines. 

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé le thème des BD. Pour moi, raconter une histoire en prenant pour "héros" le sex-toy est follement excentrique et très très drôle. C'est osé également et rien que pour cela, je tire mon chapeau à la dessinatrice et à l'auteur.

Pour tout dire, j'avais un peu peur que l'humour ne soit graveleux mais en fait pas du tout; certains planches sont à mourir de rire. Le ton est léger, spirituel, très soft finalement (je m'attendais à un peu plus de nudité pour tout dire) et les BD se dévorent comme des petits pains. Certes, tous les strips ne se valent pas mais dans l'ensemble, ce fut une lecture coquine très sympathique et divertissante. On regrette même que Milly Chantilly n'ait pas continué de raconter les péripéties de Sigmund en dessins !

Petit point sur la qualité des dessins. Je dois dire que c'était tout d'abord ce qui m'avait le plus interpellé et je dois dire que c'est pour ma part, avec l'humour, l'atout majeur de ces BD. Très girly, très jolis, très bien dessinés, les deux tomes de Confessions d'un canard sex-toy m'ont beaucoup plu en terme de graphismes.

En résumé, une lecture plaisante, divertissante, coquine sans être vulgaire ! Bref, n'hésitez pas à mettre ces BD dans votre panier lecture !

Confessions d'un canard sex-toy. Tome 1 & 2 de  Milly Chantilly et Arnaud Poitevin
Confessions d'un canard sex-toy. Tome 1 & 2 de  Milly Chantilly et Arnaud Poitevin

Confessions d'un canard sex-toy. Tome 1 & 2 de  Milly Chantilly et Arnaud Poitevin
BD - Editions Ankama - 48 pages
Où les acheter : Tome 1 & Tome 2 ou Coffret en 2 volumes

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 25 Février 2017

Le jour du coup de crayon #3

J'ai lancé cette nouvelle rubrique, qui j'espère vous plaira. Le principe est tout simple, comme j'ai beaucoup de mal à écrire des chroniques sur les mangas et les BDs, je me disais, qu'il serait plus sympa de regrouper toutes mes lectures "bullesques" en un article hebdomadaire qui mettrait en scène ces livres et mon avis dessus en quelques lignes.

Walking dead de Robert Kirkman et Charlie Adlard. Tome 1 – 11.

Il y a quelques mois, j’ai découvert la série Walking Dead. Pour être tout à fait honnête, je n’avais pas du tout envie de la regarder car j’ai une grosse grosse phobie des zombies. Bref, je me suis quand même prise au jeu et j’ai dévoré les saisons en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Cependant, j’avais vraiment envie de découvrir les comics à l’origine de la série et j’ai commencé à les dévorer comme des petits pains (il faut dire aussi que c’est quand même ultra rapide à lire).

Mais je dois avouer que je suis plutôt mitigée dans l’ensemble. J’ai beaucoup aimé le premier tome car j’appréciais le graphisme des dessins et la vivacité des personnages. L’histoire était en tout point semblable aux premiers épisodes de la série, ce qui était plutôt bien pour moi, car j’avais peur de m’y perdre.

Et puis, à partir du deuxième tome, le dessinateur a changé et le dessin est devenu plus grossier, plus masculin, si je puis dire et je ne suis pas fan fan. Déjà parce que je trouve que beaucoup de personnages, que ce soit féminin ou masculin, se ressemblent et c’est vraiment difficile de ne pas les confondre. Ensuite, ça donne un effet brouillon à l’ensemble du comics que je suis loin d’apprécier.

Pour ce qui est de l’histoire, là plutôt une bonne surprise. La série a pris de nombreuses libertés (et finalement je pense que je préfère la psychologie des personnages développés dans la série plutôt que dans les comics) mais ce n'est pas plus mal car du coup, je vois la série et les comics comme deux choses tout à fait différentes et de fait la lecture de la série littéraire reste agréable et divertissante. L’univers est néanmoins beaucoup plus noir et plus gore que la série (franchement certaines planches m'ont carrément filé de vrais cauchemars !) et assez addictif.

Pour le moment, j’en suis à peu près au moment des saisons 4/5, j’attends de voir la suite des comics pour me prononcer sur le restant de la saga.

Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3
Le jour du coup de crayon #3

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 22 Mai 2014

Au secours ! Tarzan a perdu son slip ! Perdu ? Ou volé... Les animaux de la savane rêvent de posséder un slip de chef, de devenir le roi de la forêt, d’être adulés.Mais l’apparence n’a jamais donné les compétences. A travers un récit burlesque, Christophe Loupy s’amuse à brosser le portrait de ceux qui croient devenir célèbres avec pour seul talent le fait d’être... culotté.

C'est lors de la dernière Masse critique de Babélio que j'ai été sélectionnée pour découvrir cet album. Le résumé me tentait beaucoup et le coup de crayon que la couverture nous laissait entrevoir présageait d'un très joli ouvrage.

Finalement, je ne me trompais pas car je suis conquise par ce livre qui plaira tout autant aux petits qu'aux plus grands. L'histoire en elle-même est très bien pensée, écrite avec beaucoup de finesse et j'ai beaucoup aimé la morale sous-jacente. Le ton est léger et drôle, ce qui est un gros plus pour moi. L'ensemble est un peu court mais c'est le format qui veut ça, donc cela ne m'a pas formalisé plus que cela.

Mais ce qui m'a le plus enchanté, je dois l'avouer, ce sont les illustrations. Le coup de crayon de la dessinatrice est absolument superbe et j'ai adoré ce petit ton un peu fouilli, un peu brouillon, qui donne un rendu très authentique et reste dans le ton de l'album. De même, j'ai apprécié le choix des couleurs, très douces.

L'objet livre en lui-même est vraiment très agréable à manipuler. Les pages sont glacées et soyeuses, la couverture rigide mais très jolie néanmoins. Bref, un sans faute pour cette maison d'édition que je ne connaissais pas mais que je vais suivre avec énormement d'attention !


 

Au secours ! J'ai perdu mon slip ! ou la véritable histoire de Tarzan de Christophe Loupy & Bérangère Delaporte
Album, Jeunesse - Editions Marmaille & Compagnie - 32 pages
Où l'acheter : Au secours ! J'ai perdu mon slip ! Ou la véritable histoire de Tarzan

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2013

Le jour du coup de crayon. #2

Je lance aujourd'hui, cette nouvelle rubrique, qui j'espère vous plaira. Le principe est tout simple, comme j'ai beaucoup de mal à écrire des chroniques sur les mangas et les BDs, je me disais, qu'il serait plus sympa de regrouper toutes mes lectures "bullesques" en un article hebdomadaire/mensuel qui mettrait en scène ces livres et mon avis dessus en quelques lignes.

 

Petit tour d'horizon de mes lectures BDs et/ou mangas de la semaine !

 

Twilight.jpg

 

# 1. Twilight. Fascination. Volume 1. de Stephenie Meyer & Young Kim 

 

Pour être honnête, je n'attendais pas grand chose de ce graphic novel et pourtant je suis absolument conquise (Pour tout avouer, je trouve que c'est limite mieux réussi que les adaptations ciné, c'est pour dire !). J'aime beaucoup les dessins, tout en finesse, et le texte, qui colle vraiment au roman d'origine. Finalement, je ressors conquise par ce manga !

 

Editions Pika - 225 pages

Graphic Novel

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2012

Le jour du coup de crayon. #1

Je lance aujourd'hui, cette nouvelle rubrique, qui j'espère vous plaira. Le principe est tout simple, comme j'ai beaucoup de mal à écrire des chroniques sur les mangas et les BDs, je me disais, qu'il serait plus sympa de regrouper toutes mes lectures "bullesques" en un article hebdomadaire qui mettrait en scène ces livres et mon avis dessus en quelques lignes.

 

Petit tour d'horizon de mes lectures BDs de la semaine !

 

9782203036116

 

 

#1. Amours fragiles. Tome 1. Le dernier printemps de Beuriot et Richelle

J'étais ravie de pouvoir lire une nouvelle saga BD qui s'intéresse au point de vue des allemands au cours de la montée du nazi et de la seconde guerre mondiale. Et ce premier tome est vraiment prometteur. L'histoire est touchante et très bien ficelée, on prend plaisir à suivre les personnages. Petite déception en revanche concernant le graphisme. La couverture me montrait des dessins travaillés et bien définis et j'ai finalement trouvé que l'ensemble était un peu brouillon.

Editions Casterman - 84 pages

BD Historique

 

9782203389342.jpg

 

 

#2. Amours fragiles. Tome 2. Le dernier printemps de Beuriot et Richelle

Un deuxième tome dans la lignée du premier, mais que j'ai trouvé un poil meilleur. Les dessins sont toujours un peu décevants mais le reste tient bien la route. J'ai aimé la délocalisation de l'action mais regretté que finalement les dessinateurs et scénaristes aient choisi de ne montrer presque rien de Paris. En ce qui concerne l'histoire, elle devient de plus en plus intéressante bien qu'on passe trop vite sur les passages qui auraient pû être très émouvants. 

Editions Casterman - 54 pages

BD Historique

 

9782203391765.jpg

 

 

#3. Amours fragiles. Tome 3. Maria de Beuriot et Richelle

Un tome un peu particulier puisqu'on suit un personnage secondaire et que ce troisième volet de la saga lui est entièrement consacré. Le récit était particulièrement intéressant, la résistance allemande n'étant que peu abordée en littérature. Finalement, un tome très émouvant (notamment les dernières pages), mais qui m'a vraiment marqué par les dessins que je trouve de plus en plus brouillons (franchement la petite Alice est juste dessinée très étrangement - au début, je n'avais même pas compris qu'il s'agissait d'une enfant et encore moins d'une petite fille). En tout cas, j'aime beaucoup ce principe d'ellipses géographiques et temporels que les auteurs ont mis en place : un intermède captivant et très touchant.

Editions Casterman - 54 pages

BD Historique

 

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 14 Mai 2012

9782756022123.jpg

 

Un prince à croquer

 

Tome 1. Entrée

 

Patricia Lyfoung

 

(Site web)

 

220px-Patricia_Lyfoung_20070511_Fnac.jpg

 

Cloîtré dans son château, un prince héritier rêve d’évasions mais sa mère lui réserve un autre avenir : épouser la richissime Glawdys. C’en est trop. Il fugue. Destination Paris pour une nouvelle vie. Fraîchement débarqué, il rencontre la farouche Margot, une cuisinière de talent qui lui ouvre les portes d’un restaurant très prisé de la capitale… Une occasion qui risque fort de pimenter son existence !

 

LigneFleur

 

C’est grâce à l’opération Masse Critique de Babélio que je vous parle aujourd’hui d’une BD qui m’a fait découvrir une dessinatrice de talent et je tiens vraiment à les remercier. Ce fut véritablement une lecture charmante mais qui m’a laissé un petit arrière-gout de trop peu. Explications.

 

Le prince Nicolas du royaume de Dulime se sent étouffé par ses parents qui cherchent à tout prix à lui faire épouser une riche héritière. Il décide alors de s’enfuir et de tenter sa chance à Paris et se fait vite héberger par Margot, une chef au caractère bien trempée qui va lui en faire voir de toutes les couleurs, surtout quand Nicolas détruit par inattention sa cuisine.

 

Une histoire de prince couplé d’un contexte culinaire ne pouvait que me ravir et effectivement j’ai été charmée par le récit et j’ai dévoré cette BD en moins de 20 min. L’histoire est simple mais efficace, les événements s’enchainent bien et finalement on arrive bien vite à la fin de la BD, trop vite peut-être car quand j’ai tourné la dernière page, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que l’histoire venait à peine de démarrer et que le tout était finalement trop court pour véritablement bien mettre le récit en place (même si on se doute de ce qui va se tramer dans les prochains tomes). Je pense qu’une petite vingtaine de page en plus m’aurait tout simplement ravie encore plus (d’autant que le BD se termine un peu comme un cheveu sur la soupe, comme si pour on terminait un roman avec un milieu de chapitre).

 

Les personnages sont absolument charmants. J’ai adoré le prince, un peu fantasque, un peu naïf et finalement terriblement attachant. Quant à Margot, elle m’a fait penser à moi et je me suis beaucoup retrouvée dans son caractère. De fait, j’ai hâte de voir comment ils vont évoluer et surtout comment leur relation va évoluer. Les personnages secondaires sont assez peu présents mais ce n’est pas gênant dans la mesure où ce duo se suffit à lui-même.

 

Enfin, petit coup de cœur pour le coup de crayon de Patricia Lyfoung. Le trait, les couleurs utilisées, tout m’a conquis. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un conte de Disney. De plus, j'ai beaucoup apprécié le mélange Manga/BD qui était parfaitement bien dosé avec des dessins type mangas et une forme plus BDtesque. Bref, si je ne devais retenir qu'un seul point de cette BD, ça serait indubitablement le talent de la dessinatrice.

 

Un prince à croquer est une BD savoureuse qui se dévore en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Une première mise en bouche très appétissante mais qui nous laisse un peu sur notre faim ! A lire et à découvrir !

 

Star4

 

BD - Editions Delcourt - 48 pages

Où l'acheter : Un prince à croquer, Tome 1 : Entrée

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2011

 grims-manga-pika.jpg     9782811603779.jpg

 

Grimms Manga

 

Vol 1 & 2

 

Kei Ishiyama

 

author_cover_kei_ishiyama_114725_250_350.jpg

 

Les contes des frères Grimm en manga ! C'est avec humour que Kei Ishiyama métamorphose leurs personnages les plus connus. Ici le petit chaperon rouge et le loup ont de grandes chances de finir ensemble, Raiponce devient un beau jeune homme et Hansel un petit narcisse avec les pieds sur terre, idolâtré par sa sœur. découvrez sans attendre les nouvelles versions des Douze Chasseurs, des Deux Frères, Blanche-Neige, le Roi-Grenouille, Le Chat Botté, Fauvette-qui-chante-qui-sautille.


Amour, humour et charme garantis - un recueil de contes éternels, modernisés avec talent.

 

LigneFleur

 

C'est lors du dernier Read-a-thon que je me suis décidée à sortir ces deux volumes de ma PAL monumentale. J'avais en effet, commencé à lire quelques pages du premier tome après l'avoir acheté au dernier salon du livre de Paris, mais n'ayant pas accroché, j'avais laissé cette saga de côté. Je suis finalement ravie d'avoir pris le temps de découvrir ces deux mangas qui ont vraiment sû m'enchanter !

 

A travers ces deux volumes, Kei Ishiyama revisite et fait redécouvrir à ses lecteurs quelques contes de Grimm tels que Blanche-Neige, Le Roi-Grenouille ou encore le Le chat Botté.

 

Comme je l'ai indiqué, j'ai d'abord eu du mal avec le format de ces mangas. En effet, je trouvais les premières pages assez brouillons et pour tout dire cela, m'a un peu découragé à lire la suite. Cependant, une fois que j'étais lancée dedans, j'ai dévoré ces deux petits volumes, ces petits contes se croquant comme des petites pommes (pas empoisonnées attention !).

 

Ce que j'ai véritablement apprécié, c'est que la dessinatrice ne s'est pas du tout contentée de mettre en image les contes de Grimm, elle les a retravaillé pour leur apporter une petite part d'originalité et de modernité, ce qui a tout à fait su me convaincre et me plaire (par exemple, le fait que Raiponce soit un homme ou que le chat dans Le Chat Botté soit en fait un loup-garou). Dans l'ensemble, j'ai donc trouvé que ces contes avaient été merveilleusement bien adaptés. J'ai retrouvé le côté féerique originel aux contes de Grimm et les tons d'origines (le langage surtout) sont bien respectés dans l'ensemble. Ces Grimms mangas ont aussi eu le mérite de me faire découvrir des contes que je ne connaissais absolument pas et qui m'ont beaucoup ému (je pense notamment à celle des douze chasseurs par exemple). Je pense d'ailleurs m'offrir toutes les éditions complètes de contes de Grimm pour remédier à mes lacunes !

 

Un petit mot sur les dessins maintenant. Assez brouillon au début, j'ai fini par m'habituer au style de la dessinatrice. Je pense surtout que j'ai été destabilisée par le fait que les premières pages des mangas sont en couleurs (et ces planches sont d'ailleurs magnifiques) alors que le reste du manga est en noir et blanc, ce que j'ai regretté pour la bonne et simple raison que j'ai toujours associé les contes de fées à plein de couleurs. Mais finalement j'ai trouvé l'idée intéressante et surtout ludique de présenter ces contes sous forme de manga (c''était la première fois que je lisais un ouvrage de la sorte, j'avais déjà lu beaucoup d'albums pour enfants issus de contes mais jamais de manga).

 

Les Grimms Mangas sont des livres fort bien réussis. La dessinatrice a su rendre ces contes originaux et pourtant fidèles à leur créateur. De quoi ravir les fans de contes de fées et faire découvrir aux plus jeunes (et pourquoi pas aussi au plus récalcitrant à la lecture) ces histoires féeriques. 

 

Star4

 

 

Manga - Editions Pika - 250 & 212 pages

Où les acheter : Grimms Manga Vol 1 & Grimms Manga 2

 

Le week-end des contes de fées

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 21 Août 2011

9782756013800   9782756013817.jpg

 

Les Hauts de Hurlevent

 

Volume 1 & 2

 

Yann & Edith

 

 

 

Sur les terres balayées par les vents du nord, le malheur s’abat lorsque Mr Earnshaw recueille un jeune va-nu-pieds qu’il adopte et élève comme ses propres enfants. Dès lors se déchaînera sur la lande isolée une violente tempête d’amours et de haines… Dès lors chacun ne gagnera le repos de son âme qu’au terme d’une douloureuse errance… Dès lors la paix reviendra peut-être sur les Hauts de Hurlevent ?

 

LigneFleur

 

Quand j'ai trouvé ces deux BDs à ma médiathèque, j'étais ravie ! D'une part car j'ai adoré le roman d'Emily Brontë et ensuite car j'avais déjà reperé cette adaptation sur plusieurs blogs et qu'elle m'avait l'air très sympathique. Finalement, j'ai passé un agréable moment avec ces BDs même si je n'ai pas été conquise plus que cela.

 

Par une nuit noire et orageuse, Heathcliff, petit garçon abondonné est recueilli et ramené dans sa demeure par Mr Earnshaw. Les deux enfants de ce gentilhomme : Catherine et Hindley, ne sont guère enthousiastes à l'idée d'avoir un nouveau membre dans leur famille. Alors qu'Hindley développe une haine mortelle pour le jeune garçon, Catherine, bien que rebuté par l'aspect peu engageant et la sauvagerie de Heathcliff, se rapproche de lui...

 

Un chose qu'il faut porter au crédit des dessinateurs c'est qu'ils ont bien respecté l'oeuvre d'origine. En effet, on suit parfaitement le déroulement du récit d'Emily Brontë. En soi, on peut donc dire que l'adaptation a été vraiment bien travaillée. De plus, les couleurs utilisées sont parfaitement en adéquation avec le ton et l'atmosphère assez sombre du roman. Les tons sont gris, bleus pour les scènes nocturnes et jaunâtre et marron pour les scènes diurnes. Bref des couleurs en harmonie avec le récit ce que j'ai grandement apprécié ! Au niveau des dessins, là encore, je suis conquise. J'ai adoré le trait de crayon des dessinateurs et j'ai beaucoup aimé la répresentation des différents personnages (d'ailleurs vous pouvez voir quelques planches sur le site de l'éditeur : ici).

 

Petit mot sur ce qui m'a moins plus dans ces BDs : tout d'abord les dialogues. J'avais eu un coup de coeur pour la plume d'Emily Brontë et évidemment ici, on ne ressent pas du tout la magnifique écriture de l'auteure, ce qui est normal d'un sens, mais ça m'a quand même gêné dans la mesure où les descriptions de Brontë sont absolument sublime et que ce qui fait que ce roman soit un vrai chef d'oeuvre c'est en grande partie grâce à la plume de l'auteure. Autre point qui m'a dérangé, le côté mystico-fantastique du roman a été complétement mis de côté. Certes, c'est un parti pris de la part des dessinateurs mais moi j'avais grandement aimé ces passages où les fantômes de Catherine et Heathcliff hantent les landes main dans la main. D'ailleurs ces passages dans les paysages un peu morbides et déserts sont également peu développés malheureusement.

 

Pour conclure, j'ai passé un très bon moment de lecture avec ces deux BDs qui respectent bien l'esprit et l'histoire d'Emily Brontë. Des jolis dessins et des couleurs qui rendent bien l'atmosphère un peu glauque du roman sont la grande force de ces livres. Petit bémol néanmoins, le côté fantastique est complétement laissé de côté et on n'a malheureusement accès à la superbe plume d'Emily Brontë.

 

Star4

 

 

Adapté de Les hauts du hurlevent d'Emily Brontë

Bande-dessinée, Historique - Editions Delcourt - 45 & 48 pages

Où l'acheter : Les Hauts de Hurlevent, Tome 1Les Hauts de Hurlevent, Tome 2

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 16 Juin 2011

9782756025964

 

Les petites histoires viriles

 

Jeromeuh

 

(Le blog du dessinateur - Facebook)

 

 

Discussions avec ses copines, galères avec les garçons et réflexions sur l'existence, Jeromeuh raconte les instants comiques, crus ou touchants de sa vie de trentenaire gay ultra-branché.

 

 

LigneFleur

 

Lorsque j'ai vu que Babélio organisait une nouvelle opération Masse critique et que celle-ci était consacrée au BDs/Mangas (genre que je lis de plus en plus et qui me plait de plus en plus), j'ai tout de suite été voir la sélection de titres qui étaient proposés. Je me souviens n'avoir coché que deux titres dont celui-ci. Pourquoi ? Je ne saurais pas trop le dire, le titre déjà présageait un bd humoristique dont je suis très friande mais surtout ce n'était pas le genre de lecture que je lirais spontanément (je m'explique, je suis une girly girl, j'adore la chick-lit et dans ma tête, je m'imaginais que nous aurions là affaire aux tribulations d'un jeune homme terriblement macho, oui je sais, je me fais de drôles de films dans ma tête ! Néanmoins, j'ai décidé de cocher ce titre car je me disais "tiens, ça me changera un peu de mes habitudes !)

 

Je ne pouvais pas me tromper plus ! Les petites histoires viriles est une BD humoristique certes, mais c'est une BD qui ne met pas du tout en scène un personnage macho bien au contraire. Nous avons là affaire à des petites bulles de vies mettant en scène un jeune homme, d'une trentaine d'années, gay, vivant à Paris et à la recherche de l'amour (et quand il l'a trouvé de comment le garder !).

Eh bien moi j'ai craqué pour ce Bridget Jones au masculin, pour ce personnage très attachant, réaliste et drôle. J'ai littéralement dévoré cette Bd en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire et je l'ai fais tourner un peu parmi mes amis qui l'ont également beaucoup aimé (et pourtant ce n'était pas gagné, un de mes amis très très macho, et qui n'apprécie que de très loin les ouvrages gay et qui ne lit quasiment pas, a trouvé la Bd très drôle !).

Comme je le disais, j'ai beaucoup aimé le personnage principal, que l'on suit dans ses péripéties. D'ailleurs, je pense qu'il plairait à beaucoup de lecteurs, pas parce qu'il est gay, ce n'est qu'une petite partie de son personnage finalement, mais parce qu'il nous ressemble beaucoup. Les bulles de Jeromeuh mettent en scène des situations de la vie quotidienne qui pourraient arriver à tout le monde, à tous les couples. De fait, je pense que beaucoup de lecteurs s'y reconnaîtront !

Autre bon point pour moi, l'humour. Le dessinateur mêle plusieurs sortes d'humour, parfois léger, parfois ironique ou un peu cru, mais toujours très très drôle et je dois avouer que j'ai beaucoup souri et souvent ri en lisant Les petites histoires viriles.

Enfin, le coup de crayon m'a beaucoup plu. Beaucoup de couleurs (que j'aime beaucoup d'ailleurs, les tons bleus dominent et c'est un de mes couleurs favorites), des personnages bien dessinés (je suis toujours admirative du travail fourni par ces dessinateurs, moi qui ne suis même pas capable de dessiner un bonhomme ou un arbre tout simple) et finalement on ne peut qu'admirer le travail de Jeromeuh. J'ai été étonnée d'ailleurs au début de ma lecture car je trouvais que l'ensemble ressemblait beaucoup aux BDs de Pénélope Bagieu mais comme le dessinateur la remercie au début du livre, je pense qu'elle a du l'aider dans la création de son travail.

Cependant, on pourrait regretter deux choses dans cette BD, le fait que la plupart des planches ne soient pas inédites (en effet, beaucoup sont tirées du blog de l'auteur, que je vous recommande d'ailleurs) mais moi ce ne m'a pas gêné outre mesure étant donné que j'ai lu la BD avant mais aussi le fait qu'il n'y ait pas vraiment de continuité dans le récit. Les petites bulles peuvent se lire indépendamment mais c'est vrai qu'à part le personnage principal, on ne retrouve pas de personnages ou de fil conducteur dans la Bd, ce que j'ai un peu regretté (mais d'un autre côté le titre annonçait déjà le contenu donc je n'ai pas été surprise).

Les petites histoires viriles de Jeremeuh est finalement une très très bonne découverte. C'est une BD très drôle, très colorée et bien dessinée, qui plaira aux lecteurs comme aux lectrice ! A lire !

 

Un grand merci à Babélio et aux éditions Delcourt

 

Star4

 

Bande-dessinée - Humour - Editions Delcourt - 95 pages

Où l'acheter : Les petites histoires viriles


 

masse critique1

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0

Publié le 6 Mai 2011

9782811603854.jpg

 

Sakuran


 Moyoco Anno

 

AVT Moyoco-Anno 9362

 

 
Vendue à une maison close dès son plus jeune âge, Tomeki, une petite fille rebelle cherche par tous les moyens à échapper à la condition de courtisane - ou, plus crûment, de prostituée, à laquelle on la destine. Mais difficile d'échapper à un destin tout tracé. Les années passant, Tomeki sous le nom de Kiyoha, devient une courtisane en vue, et développe un véritable don pour les choses de l'amour. Un talent précieux dans un monde gouverné par l'argent, la violence... et le sexe.

 

LigneFleur

 

J'ai craqué sur la couverture au stand des éditions Pika au salon du livre de Paris et la charmante vendeuse de cette maison d'édition a su me donner envie en me présentant l'histoire. De fait, je ne voulais pas m'embarquer dans une nouvelle saga manga comprenant encore x tomes, du coup je me suis dis pourquoi pas.

 

Tomeki est vendue très jeune à une maison close de la ville d'Edo. La petite fille qui refuse de se laisser faire devient vite un problème pour la maisonnée. Elle est têtue, imprévisible et impertinente. Cependant au fil des années, elle finit par s'assagir et sera renommée Kiyoha. Les dirigeants de la maison close sont désormais très confiant concernant son avenir. Elle deviendra une oiran, une prostituée de haut rang, ils en sont certain.

 
A première vue, l'histoire ressemble étrangement à celle de Geisha d'Arthur Golden et c'est vrai que durant toute ma lecture de ce manga, je n'ai pas pu m'empêcher de faire l'analogie (d'autant que les ressemblances sont vraiment frappantes : une enfant vendue et dont le destin sera de devenir une des femmes les plus puissantes de sa maison, une histoire d'amour interdite, etc). Cependant il faut bien noter une des plus grandes différences entre ces deux livres : Kiyoha est une prostituée, pas une geisha.
 
Cela est bien marqué par le fait que là où Arthur Golden nous parlait des geisha avec poésie et douceur, Sakuran nous présente un monde violent et cru, ce qui ne fut pas pour me déplaire. Le manga se différencie donc un peu de son voisin le roman grâce à cette caractéristique. En ce qui concerne l'histoire en elle-même, elle reste relativement simple mais captivante. Les pages se tournent rapidement et on a envie de savoir ce qu'il va advenir de la petite fille si rebelle puis à la jeune femme si ambitieuse. Là où je suis un peu déçue, c'est que l'on m'a présenté ce manga comme un manga à tome unique or ce n'est pas du tout le cas puisqu'il prend fin presque en plein milieu d'une intrigue. J'ai trouvé cela dommage car l'histoire me plaisait beaucoup et j'avais envie de connaître toute l'histoire de la jeune femme. Le récit est également touchant. Suivre les périples de cette enfant puis de cette femme qui ne peuvent compter que sur elle-même pour survivre est assez émouvant. La romance m'a plu aussi bien qu'un peu trop rapide à mon goût.
 
Là où j'ai eu plus de mal, c'est avec le graphisme. Comme je l'ai indiqué, ce manga est relativement cru et ne prend pas de gants si je puis dire, ce qui ne m'a pas choqué en soi. Non le problème que j'ai eu avec le graphisme c'est que je trouvais les personnages beaucoup trop similaires les uns aux autres. De fait, j'ai eu énormément de mal à les différencier et cela m'a fortement décontenancée (il est possible aussi que je n'étais pas assez concentrée à ce moment là...C'est vrai que j'arrivais à plus de la moitié du Read-a-thon et que je commençais à fatiguer un peu !). Néanmoins, c'est le point pour moi vraiment négatif de ce manga car à part le personnage principal, je serais bien incapable de nommer ou encore moins de me souvenir d'un personnage secondaire.
 
En revanche, toujours concernant le graphisme, j'ai été conquise par les quelques planches de couleurs qui se trouvaient dans le manga. Les dessins colorés étaient absolument magnifiques et j'en suis venue à regretter que les autres pages ne le soient pas aussi.
Sakuran reste un manga que j'ai beaucoup apprécié. J'ai aimé l'histoire, malgré quelques similitudes avec le roman Geisha, et le sujet du manga et le ton sérieux et non-édulcoré du récit. Je ressors moins convaincue par le graphisme mais je lirai avec plaisir la suite si j'en ai l'occasion.

Star3

Manga - Editions Pika - 308 pages
Où l'acheter:
Sakuran

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des Bd-Mangas-Albums

Repost 0