Articles avec #l'etagere de la bit-lit tag

Publié le 21 Mars 2017

 Le protocole de la crème anglaise. Tome 1. Prudence de Gail Carriger

Au nom de la reine, de l’Angleterre et de la parfaite théière.
Quand Prudence Alessandra Maccon Akeldama – surnommée Rue dans l’intimité – hérite d’un dirigeable, elle fait ce que ferait n’importe quelle jeune femme dans des circonstances similaires, elle le baptise : La Coccinelle à la crème. Et elle s’envole pour l’Inde. Là-bas, elle tombe au beau milieu d’un complot mené par des dissidents locaux, du kidnapping d’une femme de brigadier et d’une famille de loups-garous écossais qu’elle ne connaît, hélas, que trop bien. Devant tous ces dangers, Rue devra s’en remettre à sa bonne éducation et, bien sûr, à ses aptitudes surnaturelles pour s’en sortir...

Pour ceux qui suivent un peu ce blog, vous savez que je vous un véritable culte à Gail Carriger depuis que j'ai découvert sa série du Protectorat de l'ombrelle, il y a quelques années. J'adore son style, son humour, ses personnages hauts en couleur et ses romans bourrés d'aventures toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Aussi, quand j'ai su qu'une suite aux aventures d'Alexia Tarrabotti était sortie et qu'elle m'était en scène sa fille Prudence, je me suis jetée dessus.

Prudence est une jeune fille très en vues de la bonne société londonienne du 19ème siècle. De part sa naissance particulière et ses parents - biologiques ou adoptifs - elle est connue et invitée partout. Mais elle peine à trouver sa place dans tout cet univers guindée et lorsque son père adoptif Lord Akeldama l'envoie en Inde en mission top secrète, elle se lance à corps perdu dans cette nouvelle aventure, accompagnée de ses fidèles compagnons : sa meilleure amie Prim, son frère jumeau, le professeur Percy Tunstall ainsi que du fils adoptif de Mme Lefoux.

Pour tout avouer, je ne sais pas trop comment parler de cette lecture. Je pense que trop de temps s'était passé entre la fin de la saga du Protectorat de l'ombrelle et cette lecture-ci et de fait, j'ai eu beaucoup de mal à me souvenir de ce qui se passait et de qui était qui. Cela m'a particulièrement gênée durant la première moitié du roman car malheureusement on est vite lancé dans le sujet et il n'y a que peu d'allusions ou de retours en arrière sur ce qui s'est passé dans la saga précédente.

J'ai également été gênée durant tout le premier tiers du roman car l'action peine un peu à se mettre en place. Quelques lenteurs sont présentes et avec les difficultés que j'avais à resituer le récit dans la chronologie de la saga précédente, cela ne m'a pas aidé à vraiment m'immerger complètement dans ma lecture. C'est pour moi le gros bémol de cette lecture et ce qui m'a fait passer à côté du coup de coeur.

Pour le reste du récit, j'ai retrouvé avec plaisir la patte de Gail Carriger. L'ensemble est complètement loufoque, très très drôle, plutôt palpitant (la deuxième partie du roman se dévore comme une bonne baguette chaude) et so british ! Du très bon Carriger !

Pour ce qui est des personnages, là encore une très bonne surprise. Je m'étais beaucoup attachée aux personnages de la saga originelle et j'avais un peu peur de ne pas réussir à accrocher autant à cette nouvelle génération et en fait je les ai trouvé très attachants. Petit bémol, le seul personnage pour qui j'ai des réserves, c'est l'héroïne : Prudence. Pour moi, elle n'a pas le charisme de sa mère et même si c'est un personnage plaisant, je suis loin de l'apprécier autant qu'Alexia. 

En revanche, gros coup de coeur pour les personnages secondaires qui ont su conquérir mon coeur tel un pot de glace Häagen-Dazs au caramel beurre salé (oui, j'écris cette chronique avec l'estomac creux, je crois que ça commence à se voir !). Un peu burlesques, complètement décalés, très bien caractérisés, ils sont terriblement attachants et j'avoue que j'attends avec impatience de les voir évoluer.

Quelques notes enfin sur le style d'une de mes auteures favorites. Encore une fois, j'ai été conquise même si j'avoue que j'ai regretté un certain manque de rythme parfois. Mais l'ensemble se lit très bien. Le style est fluide mais néanmoins travaillé. L'ironie et le sarcasme sont encore une fois bien présents dans ce roman, ce que j'ai apprécié. Autre aspect de la plume que j'aime beaucoup, c'est le fait que Gail Carriger arrive à transporter ses lecteurs là où elle le souhaite et quand elle le souhaite. Personnellement, je me voyais au côté des personnages dans les Indes de l'époque du règne de la reine Victoria. C'est une vraie réussite de ce côté-là.

Prudence fut une lecture très sympathique. Je n'ai pas autant aimé que la série précédente mais ce fut néanmoins avec plaisir que j'ai découvert cette nouvelle génération de personnages et je suivrai la suite de leurs aventures avec autant de délectation. 

 Le protocole de la crème anglaise. Tome 1. Prudence de Gail Carriger

Le protocole de la crème anglaise. Tome 1. Prudence de Gail Carriger
Titre VO : The custard protocol, book 1: Prudence
Steampunk - Editions Le livre de poche - 544 pages
Où l'acheter : Prudence

D'autre(s) roman(s) de cette auteure chroniqués sur le blog :
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 1. Sans âme
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 2. Sans forme
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 3. Sans honte
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 4. Sans coeur
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 5. Sans âge
The finishing school. Book 1. Etiquette & Espionage

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit, #Gail Carriger

Repost 0

Publié le 26 Juin 2016

Jaz Parks, tome 1 : Jaz Parks s'en mord les doigts de Jennifer Rardin

Je m'appelle Jaz Parks. Mon patron, Vayl, est né en 1744 en Roumanie, où il est... mort. Entre les mains de son épouse, qui plus est. Une vampire. Mais c'est de l'histoire ancienne. Pour l'heure, Vayl travaille à la CIA, où il exerce son plus grand talent... celui d'assassin. Moi? Je l'aide. Evitez de me traiter d'assistante, ou je vous en colle une. Vayl et moi devons éliminer un chirurgien esthétique de Miami lié au terrorisme. Mais notre mission se complique lorsqu'on découvre qu'il est de mèche avec un salopard aux pouvoirs surnaturels capables de mettre l'Amérique à genoux...

Cela va faire plus d’un an et demi que je n’avais pas pris ma plus belle plume, enfin clavier, pour écrire une chronique littéraire. J’avoue que l’exercice est plus difficile que je ne le croyais et j’espère que vous ne m’en tiendrai pas rigueur si cette chronique vous semble un peu décousue.

Ceci étant dit, je n’ai pas non plus choisi le roman le plus simple pour redémarrer. Non pas que ce roman de Bit-lit soit d’une grande complexité mais je suis ressortie de ma lecture assez perplexe.

En ce qui concerne l’histoire, la trame narrative, tout d’abord, je suis plus que mitigée. J’ai trouvé que l’ensemble manquait de clarté et d’explications pour que le lecteur puisse vraiment comprendre l’univers crée par Jennifer Rardin. Entendons-nous bien, on ne parle pas là d’un univers complexe et varié comme peuvent l’être des sagas comme Le seigneur des Anneaux ou Harry Potter mais néanmoins l’auteure a mis en place une certaine mythologie – vampirique notamment – qui est assez peu voire presque pas développée, ce qui m’a souvent emmené à me demander ce qui se passait dans le récit. Après, je peux comprendre que l’auteure ait voulu laisser planer un peu de mystères pour la suite de sa saga mais si dès le départ le lecteur est perdu, n’accroche pas plus que ça à l’univers dépeint, il n’aura pas forcément envie de lire la suite (ce qui est mon cas).

De plus, j’ai trouvé que l’ensemble du récit manquait cruellement de rythme. Cela vient probablement du style de l’auteure, dont je parlerai plus tard, mais j’ai eu beaucoup de mal à accrocher au début du récit et tout au long de ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de regretter le trop grand nombre de longueurs. Par exemple, pour un laps de temps très restreint (une soirée par exemple), l’action va s’étaler sur une dizaine de chapitres (chapitre longs au demeurant). C’est long, long, long et franchement, j’ai été tenté de lire en transversale tant je m’ennuyais.

Et c’est dommage car un des points les plus positifs de ce roman réside en ses personnages hauts en couleur. L’héroïne n’est pas le personnage le plus attachant (trop de zone d’ombres autour d’elle) mais son franc-parler et son dynamisme apporte une vraie bouffée d’oxygène au récit plombé par les longueurs. En revanche, Vlad est mon personnage favori, un brin dandy, old-school, et bad-boy en même temps. J’adore ! Les personnages secondaires sont assez peu développés, l’ensemble du roman s’articulant essentiellement sur le tandem ?/Vlad.

Enfin, pour ce qui est du style, je n’en ai pas retenu grand-chose à part des longueurs, un langage un peu trop familier (enfin…pas vraiment familier dans le sens propre du terme mais on avait l’impression que l’auteure écrivait comme elle parlait et cela me dérangeait) et beaucoup d’ellipses temporelles pas très bien introduites dans le récit. De fait, cette plume est sûrement ce qui m’a le plus déranger dans ma lecture et qui ne me fera pas lire la suite.

En bref, une lecture décevante. Une histoire un peu poussive, un style peu agréable à lire mais heureusement le duo de héros sauve un peu l’ensemble.

Jaz Parks, tome 1 : Jaz Parks s'en mord les doigts de Jennifer Rardin
Bit-Lit – Editions Milady – 448 pages 
Où l’acheter :  Jaz Parks, T1 : Jaz Parks s'en mord les doigts

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0

Publié le 9 Mars 2014

Parmi les membres de la Confrérie, Rhage est le vampire qui a le plus gros appétit. C’est aussi le meilleur combattant, le plus rapide à réagir et l’amant le plus avide. Tout cela parce qu’en lui se consume un sort terrible lancé par la Scribe Virgin.

Dominé par ce côté très sombre de lui-même, Rhage craint à chaque fois que son dragon intérieur est libéré de devenir un danger pour ceux qui l’entourent. Quand Mary Luce tombe dans le milieu des vampires de façon totalement involontaire, elle doit compter sur la protection de Rhage. Bientôt il sait que Mary éprouve la même attraction que lui et il a bien l’intention de la faire sienne...

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de l'amant éternel de J.R Ward. Souvenez, c'était il y a quelques années (mon dieu que je fais vieille avec cette tournure de phrase !), j'avais lu et bien apprécié le premier tome de La confrérie de la dague noire. Et puis, j'ai laissé de côté cette série pendant très longtemps. Cependant, après que plusieurs copines bloguesques en aient longuement parlé en des termes élogieux, j'ai décidé de me lancer à nouveau dans cette série et que dire si ce n'est que j'ai à nouveau passé un excellent moment de lecture.
 

Dès les premières pages, j'ai été complétement imprégnée par l'histoire et je dois avouer que Rhage et Mary Luce forment un couple des plus attachants et surtout un couple beaucoup plus captivant que celui de Kohler et de sa femme (que l'on revoit brièvement au cours du roman pour mon plus grand plaisir). Le récit est bien mené, très rythmé et j'avoue que même si les grandes lignes sont assez prévisibles, j'ai suivi avec plaisir les aventures du duo de la première à la dernière page du roman.

Mais la force de cette série ne se situe pas en son récit, qui est somme toute assez classique des schémas de romances paranormales, non l'atout de cette saga, réside surtout en ses personnages très charismatiques. J'apprécie le fait que même si deux héros soient mis en avant (ici Rhage et Mary Luce), les personnages secondaires fassent partis intégrante du récit. Le côté "brotherhood/confrérie" fonctionne du tonnerre et on se prend vraiment d'amitié pour eux (j'aime beaucoup Butch le policier et j'ai hâte de lire le tome qui lui ai consacré). Concernant Rhage et Mary Luce, là encore la romance marche bien. Leur relation est intense, passionnelle, je dirais presque fusionnelle et on se prend à tourner les pages de plus en plus vite pour connaitre la fin de leur idylle.
 
L'un dans l'autre, l'univers crée par Ward est bien maitrisé, bien ficelé et surtout assez simple pour que les lecteurs ne se perdent pas dans la mythologie vampirique mise en place. On a envie d'en savoir toujours un peu plus et pour moi c'est le signe d'une création réussie !
 

Mais cette lecture ce fut aussi :

- des scènes de sexe parfois....étranges (entre la bête qui veut faire l'amour à Mary à travers Rhage et l'engin du-dit vampire qui lui remonte au niveau du nombril (come on ! Really ?!) ben, j'avoue que parfois, je me demandais où J.R Ward allait chercher tout ça !)

- des dialogues pour le moins cocasses et très profonds, exemple :
"- Tu mets tout cela pour dormir, normalement? demanda t-elle?
- Absolument, oui
- Pourquoi est-ce que l'étiquette est toujours sur le peignoir alors?
- Pour en retrouver un autre exactement pareil, pour avoir les références"

- des méchants toujours aussi peu intéressants (non et puis franchement, un méchant qui sent le talc pour bébé, c'est tout sauf glamour ! Je dois avouer que les chapitres de leurs points de vue m'ennuyaient profondément !))
 
- Une traduction encore très hasardeuse (certains noms propres sont remplacés par d'autres, certaines phrases ne sont pas très correctes ni très agréables à lire (je pense même de plus en plus me tourner vers la VO pour la suite)
 
- et enfin et surtout un cliffhanger plutôt sympathique à la fin du roman, qui donne envie de se jeter sur la suite !
 
Vous l'aurez compris, j'ai ri, couiné et souffert avec les personnages à travers cette lecture. Certes, cela ne m'en a pas fait oublié certains défauts (scènes de sexe parfois un peu trop "exagérées"; récit un peu prévisible et style assez pauvre), mais je sens que cette série est en passe de devenir une de mes favorites de romances paranormales.
 

L'amant éternel fut une lecture des plus plaisantes ! Rythmé, captivant, ce roman vous fera passer un excellent moment de lecture et vous le terminerez en voulant absolument lire la suite !
 


La Confrérie de la dague noire. Tome 2. L'Amant éternel de J.R. Ward
Titre VO : Lover Eternal
Bit-Lit, Romance Paranormale - Editions Milady - 549 pages
Où l'acheter : La Confrérie de la dague noire. Tome 2 : L'Amant éternel

D'autre(s) roman(s) de cette auteure :
La confrérie de la dague noire. Tome 1. L'amant ténébreux

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2014

The parasol protectorate. Book 5. Timeless de Gail Carriger

Lady Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préféré d'un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel...

Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu'elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d'un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l'Egypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l'indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d'Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s'abat-il de nouveau sur le pays? Et comment diable Ivy est-elle devenue du jour au lendemain l'actrice la plus populaire de tout l'Empire britannique?

J'ai mis plus d'un an avant d'ouvrir ce livre. Pourquoi ? Car la série du Protectorat de l'ombrelle est probablement une de mes sagas livresques favorites et que, d'une part, j'avais peur d'être déçue par ce dernier opus des aventures d'Alexia Tarrabotti, et d'autre part, car je n'avais pas envie de terminer la saga et de quitter ses personnages, chers à mon coeur. Pourtant, la semaine dernière, alors que je rangeais ma bibliothèque de fond en comble, je suis tombée sur Timeless et je l'ai aussitôt commencé et … dévoré en quelques jours à peine.
 

Il faut dire aussi qu'entre Gail Carriger et moi, c'est une histoire d'amour qui dure. J'ai tout de suite eu un coup de coeur pour le premier tome de la saga et j'ai décidé d'enchaîner les tomes. Tous ne sont pas aussi bon que le premier mais ils m'ont tous fait passer un excellent moment de lecture. Et ce dernier opus ne fait pas exception à la règle, au contraire. Je crois que ce tome-ci est probablement mon préféré de la série. Mon coeur a palpité tout le long de ma lecture, j'ai poussé des soupirs, des couinements et autres petits cris à chaque passage un peu croustillants et surtout j'ai eu le sourire aux lèvres pendant tout le long de ma lecture. Donc merci Gail Carriger pour cette fantastique série et ce dernier tome absolument savoureux !
 

J'ai souvent noté, chez Gail Carriger, que les personnages prenaient le pas sur l'intrigue (il faut dire aussi qu'ils sont tellement bien dépeints et fantasques !) et que cela s'en ressentait parfois à la lecture. Or, dans Timeless, l'auteure a vraiment su trouver un parfait équilibre entre un récit bien ficelé (et qui apporte enfin la réponse aux questions que les lecteurs pouvaient se poser), rythmé et captivant et des personnages qui évoluent d'une manière parfois innatendue (SPOILERS : quand Alexia explose en sanglots après sa dispute avec Connall ou qu'elle est complétement déprimée quand elle pense qu'il est mort, toutes ces réactions inhabituelles pour elle m'ont vraiment agréablement surprise. Elle apparaissait vraiment plus humaine.).
 

Je vais essayer de spoiler le moins possible dans cette chronique mais il est vrai qu'il est difficile de parler de mon ressenti en restant le plus évasive possible. Sachez néanmoins, chères lectrices que vous allez baver et couiner devant les romances mises en avant dans ce tome. Que ce soit avec des romances que l'on connait (Lord Maccon et Alexia sont absolument adorables dans ce tome) ou des romances que l'on va découvrir (personnellement, je ne m'attendais pas du tout à ça, mais qu'est-ce que c'était bien !), vous allez vous régaler !
 

Les personnages sont tout aussi savoureux que dans les tomes précédents et comme je l'ai déjà indiqué, j'ai vraiment aimé les voir évoluer. De plus, comme toujours, Gail Carriger fait la part belle aux personnages secondaires (Lyall, Biffy, Ivy, Madame Lefoux, un peu moins Lord Adelkama par contre), pour la plus grande joie des lecteurs. Je vous avoue que c'est avec un gros pincement au coeur que j'ai tourné la dernière page du roman, car je n'avais pas du tout envie de les quitter. Alors certes, nous allons les retrouver dans un spin-off mettant en scène Prudence, mais la sortie de ce livre n'est pas prévu avant mi 2015, l'attente sera longue !
 

Quelques mots, enfin, sur la plume de Gail Carriger. Que dire, si ce n'est qu'encore une fois, elle a su me ravir, m'emporter complétement dans son histoire et me faire rire et soupirer et passer par tout un panel d'émotion des dizaines de fois. Certaines scènes m'ont fait hurler de frustration et de rire (la fameuse scène dans le train avec Madame Lefoux et Alexia, mon Dieu, que j'ai adoré), d'autres m'ont presque fait verser quelques larmes. Bref, un style détonnant, alliant humour british et dialogues truculents, que demander de plus ?
 

Je crois que vous l'aurez compris, Timeless est mon plus beau coup de coeur de l'année 2013 ! Un tome qui clôt parfaitement une saga délicieuse, qui m'aurait fait rire, grogner de frustration, couiner, bref, il FAUT lire cette série ! Allez, qu'attendez-vous ?!

 

The parasol protectorate. Book 5. Timeless de Gail Carriger
The parasol protectorate. Book 5. Timeless de Gail Carriger

The Parasol Protectorate. Book 5. Timeless de Gail Carriger
Titre VF : Le protectorat de l'ombrelle. Tome 5. Sans âge
Steampunk - Editions Orbit Books - 384 pages
Où l'acheter : Sans âge

D'autres romans de cette auteure chroniqués sur le blog :
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 1. Sans âme
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 2. Sans forme
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 3. Sans honte
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 4. Sans coeur
The finishing school. Book 1. Etiquette & Espionage

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit, #Gail Carriger

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2014

Londres, fin du XIXe siècle. Elisabeth Rosebury, dite Lily, tente d’échapper à un mariage forcé. Elle est sauvée de justesse d’une agression par Guillaume, un vampire mélancolique vivant dans un étrange château. Lily porte en elle un lourd héritage, elle fait partie de ceux que l’on nomme les descendants de la malédiction. Eux seuls peuvent devenir vampires, et Guillaume, forcé par les lois obscures de la Guilde, n’a d’autre choix que de faire d’elle sa première éveillée. Mais cette transformation leur réservera des surprises, elle les entraînera dans une aventure passionnante, à la recherche d’un mystérieux Maître mage…

Elizabeth a un caractère bien trempé et refuse le mariage de raison que son père veut la forcer à accepter. Le soir de sa première rencontre avec son prétendant et pour échapper à ses avances pressantes, elle s'enfuit au coeur de Londres et se retrouve bientôt piégée par deux hommes de mauvaise fréquentation. Elle est sauvée in extrémis par Guillaume, un lord torturé qui lui fera bientôt découvrir un tout nouveau monde rempli de magie et de dangers.

 

Cela faisait très longtemps que j'avais envie de découvrir la plume et l'univers de Cécilia Correia dont je n'entendais et ne lisais que du bien. C'est chose faite maintenant et même si je dois avouer que je suis beaucoup moins enthousiaste que certains lecteurs concernant ce roman, j'ai néanmoins adoré découvrir le style de l'auteure et son monde, qui à eux seuls, valent largement le détour.

 

L'histoire d'Elizabeth et de ses deux compagnons m'a tenu en haleine pendant un peu plus de 300 pages même si par moment, j'ai regretté un soucis de rythme (la fin est haletante et particulièrement prenante, le début également mais le milieu du roman peine un peu à trouver son cap et certains éléments sont malheureusement un peu prévisibles).

 

Cependant, dans l'ensemble le récit est très bien écrit et surtout la trame de fond et la mythologie mises en place par Cécilia Corréia sont parfaitement travaillées et maîtrisées. J'avoue que j'ai été totalement séduite par la mythologie vampirique mais également et surtout par l'atmosphère un peu gothique et steampunk qui se dégage du roman. L'auteure réussi d'une main de maître son défi dans ce domaine. Le lecteur est accroché, captivé par l'intrigue et ne demande qu'à se jeter sur la suite à la fin de la toute dernière page.

 

Concernant les personnages maintenant, et c'est ce point qui m'a vraiment le plus déçu, j'ai eu énormement de mal avec le trio de héros. Elizabeth, pour commencer, est celle qui m'a le plus agacé. Je n'ai pas compris pourquoi, dans les premiers chapitres du roman on nous la présente comme une héroïne forte et indépendante et pourquoi dans toute la suite du roman, elle ne fait que pleurer, s'évanouir ou se cacher derrière ses camarades...Malheureusement les deux héros : Guillaume et Marcus n'ont pas su me toucher davantage (faut dire aussi que les triangles amoureux, ce n'est pas franchement mon truc, du coup, j'avoue que j'ai eu du mal avec ces trois héros). Et c'est bien dommage car les personnages secondaires sont eux, très très bien caractérisés et m'ont énormement plu. J'ai adoré Lamek et sa drolerie, Lilith et sa perfidie, bref, j'espère que le deuxième tome fera la part belle à ces personnages secondaires que j'ai beaucoup plus apprécié que les personnages principaux.

 

Enfin, quelques notes sur la plume de Cécilia Corréia, qui fut une savoureuse découverte. Sa plume noire, travaillée, intense m'a fait voyager à travers le monde et les différentes époques mises en scène dans son roman. J'en ai aimé la poésie et la finesse et nul doute que je lirai avec grand plaisir ses autres romans (d'ailleurs ils ont tous attéris dans ma wish-list ! Hop!).

 

La guilde de Nod. Tome 1. Génèse est un premier tome particulièrement prometteur. La mythologie et le récit développés sont addictifs, bien pensés et portés par une plume très agréable. Seul petit bémol, les personnages principaux, trop peu attachants à mon goût. Néanmoins, une lecture que je recommande chaudement !

 

La guilde de Nod. Tome 1. La genèse de Cécilia Corréia
Bit-lit - Editions Rebelle - 368 pages
Où l'acheter : La guilde de Nod, tome 1 : Génèse

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0

Publié le 10 Décembre 2013

Les-anges-mordent-aussi-copie-1.jpg

« J’ai vraiment pas de bol, il aura suffit d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir. » Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Felicity est dans de beaux draps. Pour rendre service à son amie Daphnée, elle se rend à une soirée en sa compagnie à Londres et se réveille le lendemain matin dans une chambre d'hôtel. De nombreux indices laissent à penser qu'elle n'a pourtant pas passé la nuit seule. Qu'est-ce donc que ces petites traces de morsures à l'intérieur de sa cuisse ? Et pourquoi donc des tas de vampires attérissent sur son jardin ?

Je n'avais lu que de très très bons retours concernant cette jeune auteure française et j'attendais avec impatience de pouvoir lire un de ses écrits, espérant de tout coeur ne pas être déçue (j'ai tendance à avoir de trop grandes espérances en ce qui concerne les romans ayant de très bonnes critiques). C'est pour cette raison que j'ai sauté de joie en recevant le premier tome de cette série mi-chick-lit, mi bit-lit dans ma boite aux lettres.

Ne faisons pas durée l'attente plus longtemps, j'ai dévoré ce livre, adoré la plume de Sophie Jomain et je ne suis franchement pas passée loin du gros coup de coeur ! J'ai aimé le récit. Ecrit à la première personne du singulier, il met en scène un personnage haut en couleur : Felicity, qui nous embarque rapidement dans ses folles aventures. Que dire si ce n'est que je ne me suis pas ennuyée une seule minute ! L'intrigue est bien construite ainsi que très rythmée, ce qui permet aux lecteurs d'être toujours captivés par le roman. J'ai également apprécié la mythologie mise en place par l'auteure. Simple mais bien développée et expliquée, elle fonctionne très bien et donne envie de se jeter sur la suite pour en apprendre plus sur cet univers fantastique. Un premier tome donc, qui pose bien les bases de la série et prend le temps de mettre en place une intrigue captivante et des personnages attachants.

Parlons justement de ces personnages, qui sont, pour moi, un des plus grands atouts de ce roman. A leur manière, ils sont tous un peu déjantés et j'ai beaucoup aimé cela. Très drôles, bien caractérisés, on s'attache rapidement à eux mais ma petite préférence va à Daphnée et Felicity, un duo hilarant (étrangemment, je me suis beaucoup retrouvée dans le personnage de Felicity, comme elle, j'ai tendance à être trop gentille et à me faire avoir très facilement). Je suis un peu moins fan des personnages masculins décrits dans le roman (probablement car je trouve que Terrence et Stan se prennent un peu trop au sérieux) mais ils restent néanmoins très plaisants à découvrir. Ce qui est vraiment appréciable dans Les anges mordent aussi, c'est que les personnages secondaires sont tout aussi savoureux que les héros et j'ai vraiment hâte de voir ce que l'auteure leur réserve pour la suite.

Enfin, quelques mots sur la plume de Sophie Jomain, qui fut ma plus grande découverte en lisant ce roman. Deux mots : J'adore ! Que ce livre est drôle ! Je riais à chaque chapitre et j'ai terminé ma lecture avec un sourire aux lèvres ! (cela faisait bien longtemps que cela ne m'était pas arrivé). Je suis absolument conquise par ce style léger, très vivant et amusant (j'ai d'ailleurs bien envie de lire son autre saga : Les étoiles de Noss Head pour comparer un peu les deux). La seule petite chose qui m'a dérangé et m'a empêché d'avoir un vrai beau coup de coeur pour le roman fut pourtant un élément de son style. Je dois avouer que j'ai été un peu lassé par le trop plein de références au sexe. Alors don't get me wrong, d'ordinaire, cela ne me dérange pas et au début du roman, je trouvais cela très drôle mais arrivée vers la fin, j'avais une impression le trait était un peu trop forcé et que chaque situation était propice à ce genre de commentaires, ce qui m'a légèrement ennuyé lors de ma lecture.

Les anges mordent aussi fut une très très belle découverte. Un premier tome pétillant, drôle et captivant, portée par une plume savoureuse, que demander de plus ?

 

Star5

 

Felicity Atcock. Tome 1. Les anges mordent aussi de Sophie Jomain
Chick-lit, bit-lit - Editions Rebelle - 299 pages

Où l'acheter :  Felicity Atcock, Tome 1 : Les anges mordent aussi

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0

Publié le 25 Février 2013

La premiere goutte de sang

 

Le monde de la chasseuse de la nuit

 

Tome 1. La première goutte de sang

 

Jeaniene Frost

 

(Facebook - Site web - Twitter)

 

jeanniene.jpg

 

(Plus de romans de cette auteure)

Chasseuse de la nuit. Tome 1. Au bord de la tombe

Chasseuse de la nuit. Tome 2. Un pied dans la tombe

Chasseuse de la nuit. Tome 3. Froid comme la tombe

Chasseuse de la nuit. Tome 4. Creuser sa tombe

 

La nuit n'est pas sûre pour les mortels. Denise MacGregor ne sait que trop bien ce qui rôde dans l'ombre : sa meilleure amie Cat est une demi-vampire et elle est poursuivie par un démon changeforme. Sa survie dépend désormais d'un immortel que ses charmes ne laissent pas insensible. Il s'agit de Spade, un vampire vieux de plusieurs siècles aussi puissant que mystérieux. Denise éveille son désir, mais Spade sait qu'il doit réfréner ses fantasmes face au cauchemar qu ils affrontent tous les deux... Car à la première goutte de sang versée, ils seront tous deux perdus.
***

LigneFleur

 

Après ma déception concernant le 4ème tome des aventures de la Chasseuse de la nuit, j'avais quand même envie de rester dans cet univers si particulier et plaisant, je me suis donc tournée vers le premier spin-off de la série, qui met en scène deux de mes personnages secondaires chouchous de la série : Spade et Denise.

 

Denise se remettait péniblement de la mort de Randy, son mari, quand une série de morts mystérieuses survint dans sa famille. Alors qu'elle s'était jurée de rester en dehors de affaires surnaturelles, la jeune femme se retrouve malheureusement aux prises avec un démon qui s'est juré de décimer sa famille. Pour les sauver et se sauver elle-même Denise n'aura pas d'autre choix que de se tourner vers Spade pour l'y aider.

 

Autant le dire tout de suite, j'ai adoré ce spin-off, frais, léger, rythmé, romantique à souhait, bref, je l'ai dévoré en moins d'une journée et franchement, j'espère que Jeaniene Frost va, à nouveau, écrire sur ce couple, car j'ai passé un excellent moment de lecture en suivant leurs aventures !

 

J'avais un peu peur, je l'avoue, en commençant ce roman, que la romance ne prenne le pas sur le récit ou l'action mais finalement, j'ai trouvé l'intrigue, si elle est relativement simple, vraiment captivante et bien construite. Alors certes, l'ensemble est assez prévisible mais cela n'empêche pas du tout le lecteur d'être complétement captivé par les aventures rocambolesques de Denise et Spade.

 

Ce que j'ai d'ailleurs particulièrement apprécié dans cette histoire, c'est le fait qu'une nouvelle sorte de créatures surnaturelles (les démons) soit mise en avant (car je trouvais que l'on commençait un peu à tourner en rond avec toutes ces histoires de vampires ou goules dans les tomes précédents de la Chasseuse de la nuit), ce qui est un très bon point et montre à quel point la mythologie paranormale crée par l'auteure est riche (dommage qu'elle ne soit que peu exploitée finalement). Ainsi, même si l'on arrive sans surprises ou presque (j'avoue que ce qui arrive à Denise, je ne l'avais pas vu venir) aux chapitres finaux, c'est avec un plaisir non feint que l'on referme ce roman.

 

Je pense d'ailleurs que la raison pour laquelle j'ai autant aimé ce roman réside vraiment dans ses deux personnages principaux. Sachant que je les aimais déjà beaucoup dans la série originelle de Jeaniene Frost, je ne pouvais que prendre du plaisir à lire ce spin-off leur étant consacré. J'ai apprécié découvrir leur caractère un petit peu plus en profondeur et j'ai suivi leur romance avec plaisir, celle-ci s'était effectuée tout en naturel et en douceur. J'ai découvert une Denise fière et indépendante et un Spade jaloux et trop choupinou (oui bon je sais que cet adjectif ne correspond pas vraiment à un maître vampire mais je trouve qu'il lui va bien au Spadinou). En prime, les personnages que l'on connait déjà et que l'on apprécie (Bones, Cat, Mencheres) font également une apparition mais sans voler la vedette à nos deux héros !

 

Si dans Creuser sa tombe, l'auteure m'avait laissé sur ma faim à cause des trop nombreuses longueurs du roman, ce ne fut absolument pas le cas ici et la plume de Jeaniene Frost, sans être vraiment extraordinaire, il faut bien l'avouer, n'en reste pas moins bien rythmée et fort plaisante à lire.

 

La première goutte de sang est une romance paranormale très réussie : de l'amour, de l'action, des personnages très très attachants, bref une lecture passionnante qui aurait sû me donner envie de me replonger dans l'univers de Jeaniene Frost. A lire même si l'on n'est pas spécialement fan de la série Chasseuse de la nuit !

 

Star4

 

Titre VO : First Drop of Crimson

Romance, Bit-lit - Editions Milady - 426 pages

Où l'acheter : Le Monde de la chasseuse de la nuit, Tome 1 : La première goutte de sang

 

(Pour plus d'avis)

Logo Livraddict

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0

Publié le 13 Février 2013

creuser sa tombe

 

Chasseuse de la nuit

 

Tome 4. Creuser sa tombe

 

Jeaniene Frost

 

(Facebook - Site web - Twitter)

 

jeanniene.jpg

 

(Plus de romans de cette auteure)

Chasseuse de la nuit. Tome 1. Au bord de la tombe

Chasseuse de la nuit. Tome 2. Un pied dans la tombe

Chasseuse de la nuit. Tome 3. Froid comme la tombe

 

Cat Crawfield et Bones ont bien mérité quelques jours de vacances à Paris.
Mais Cat se met à faire d'étranges cauchemars. Elle a des visions d'un vampire du nom de Gregor, un Maître plus puissant que Bones et qui semble avoir un lien avec son propre passé. Même si elle ne garde aucun souvenir de lui. Gregor la revendique comme sa femme et semble prêt a tout pour la récupérer. Seule Cat est capable de briser le lien qui la retient à lui. Elle devra faire appel à toute sa puissance pour terrasser le plus redoutable buveur de sang qu'elle ait jamais croisé...
Même si elle doit pour cela sacrifier ce qui lui est le plus cher et creuser ainsi sa propre tombe.

 

LigneFleur

 

Cette saga, c’est ma série bit-lit chouchoute. J’en ai adoré les deux premiers tomes, j’ai frissonné en suivant les aventures de Cat, j’ai bavé devant le corps de Bones, ri devant ses répliques cocasses, bref, je sais que me plonger dans un de ses romans c’est toujours un plaisir. Un plaisir oui, mais qui semble s’effriter au gré des tomes. Le troisième tome m’avait globalement un peu déçu et de fait j’appréhendais beaucoup la lecture de ce tome-ci…avec raison, il semblerait, car oui, je suis à nouveau déçue par ma lecture et mon intérêt pour cette saga commence sérieusement à s’essouffler.

 

Cat et Bones décident de s’offrir des petites vacances. Et qui dit vacances romantiques dit forcement Paris, la ville des amoureux. Oui, sauf qu’à peine arrivés, la lune de miel tourne au cauchemar quand Cat se met à rêver d’un très puissant vampire avec lequel elle est supposée être mariée. Alors que la jalousie de Bones atteint son paroxysme, Cat commence à se poser des questions sur l'avenir de son couple. 

 

Alors dont’ get me wrong, je prend toujours autant de plaisir à lire les romans de la Chasseuse de la nuit, seulement, je ne sais pas si c’est parce que le couple Cat/Bones est bien ancré dans l’histoire (et il faut reconnaitre que c’est surtout ce petit jeu de chat et de la souris qui me plaisait au départ dans cette saga) mais maintenant, je trouve les intrigues moins prenantes, moins captivantes et parfois même un peu ennuyeuses.

 

Ainsi, dans l'ensemble, j'ai eu du mal à accrocher au récit, dont j'ai trouvé l'histoire un peu bancale et peu travaillée. Et puis, pour tout avouer, je suis déçue de la manière dont l'auteure a traité un des événements principaux de la saga (Spoiler, à surligner : la transformation de Cat en vampire), tout a été bâclé en deux chapitres. C'était quand même un événement important de la vie de ce personnage et j'ai vraiment eu l'impression qu'on passait dessus le plus rapidement possible...Dommage !

 

Je ne pensais pas que je dirais ça un jour, mais j'ai eu beaucoup de mal avec les deux personnages principaux. Cat et Bones m'ont presque agacé dans ce tome-ci (en particulier Cat, qui s'est comportée de manière très puérile quand même !). Heureusement, ce volet de leurs aventures fait la part belle aux personnages secondaires, personnages qui sont absolument géniaux et que j'ai adoré re-découvrir ! Spade, Ian (plus ça va, plus je l'aime lui !) et surtout Vlad, m'ont énormement plu et j'ai hâte de lire les spin-off qui mettent en vedette ces héros ! En tout cas, ce sont vraiment eux qui ont sauvé ma lecture !

 

Quelques mots sur la plume de l'auteure, qui est toujours aussi plaisante à lire. Beaucoup de dialogues, de rythme encore dans ce roman. On tourne les pages avec vitesse et on arrive bien vite au dernier chapitre. Globalement, je trouve la traduction toujours aussi bonne concernant cette saga, ce qui est plus qu'appréciable (j'avais malheureusement eu quelques déconvenues côté traduction chez Milady auparavant).

 

En bref, ce quatrième tome des aventures de Cat & Bones : Creuser sa tombe est une déception. Si on suit avec intérêt les aventures de nos héros, la magie du début n'y est plus et on commence sérieusement à se lasser. Heureusement les personnages secondaires, au top, sont là pour ajouter un peu de passion à notre lecture !

 

Star3

 

Titre VO : Night Huntress. Book 4. Destined for a early grave

Bit-lit, Romance - Editions Milady - 415 pages

Où l'acheter : Chasseuse de la nuit, Tome 4 : Creuser sa tombe

 

(Pour plus d'avis)

Logo Livraddict

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0

Publié le 28 Décembre 2012

The parasol protectorate. Book 4. Heartless de Gail Carriger

Lady Alexia Maccon a de nouveau des problèmes. Sauf que cette fois elle n’y est vraiment pour rien. Un fantôme fou menace la reine ! Alexia est sur l’affaire et suit une piste qui la conduit droit dans le passé de son époux. Mais la coupe est pleine quand sa sœur rejoint le mouvement des suffragettes – choquant !, avec la dernière invention mécanique de Madame Lefoux et une invasion de porcs épics zombies… Avec tout ça, Alexia a à peine le temps de se souvenir qu’elle est enceinte de huit mois ! Alexia découvrira-t-elle qui tente d’assassiner la reine Victoria avant qu’il soit trop tard ? Les vampires sont-ils encore coupables, ou est-ce qu’un traitre se cache parmi eux ? Et qui ou quoi, exactement, a élu résidence dans le deuxième dressing préféré de Lord Akeldama ?

Cette saga, c'est ma série coup de coeur de l'année ! Mais souvenez-vous, j'avouais, il n'y a pas si longtemps que cela, que le troisième tome des aventures d'Alexia Tarrabotti ne m'avais pas autant séduit que les tomes précédents. De fait, j'appréhendais un peu de me lancer dans Heartless. Pourtant, je ressors absolument ravie de ma lecture !

Attention spoilers sur les tomes précédents !

Alexia est enceinte de 8 mois et malheureusement pour elle, les attaques de vampires contre sa personne n'ont toujours pas cessé. Et pour couronner le tout, elle reçoit un message de menace contre la vie de la reine Victoria ! Alexia réussira-t-elle a sauver la reine et à se sauver elle-même ?

Ah la la que j'ai aimé ce quatrième volet du Protectorat de l'ombrelle ! Le récit avance d'un grand bond et j'ai aimé les différents rebondissements parsemés tout le long du roman. Franchement, il y a plusieurs éléments du récit que je n'avais pas vu venir du tout (Spoilers : en particulier toute l'histoire concernant la soeur d'Alexia, qui m'a bluffé). Autre très bon point, j'ai beaucoup aimé le rythme que Gail Carriger a su donner à son histoire. Dans le tome précédent, j'avais été déçue par le fait que l'action prenait le pas sur tout le reste et en particulier sur les personnages, mais là, j'ai retrouvé avec plaisir ce qui m'avait fait aimer le début de la saga : une histoire rythmée, riche en rebondissements, un humour décapant et une atmosphère so british, que j'affectionne tout particulièrement.

A nouveau, j'ai été conquise par les personnages et surtout par le retour des joutes verbales entre Lord Maccon et sa femme. Mon Dieu que je ris à chaque fois qu'il se trouve dans la même pièce ! Mais si ces personnages sont toujours aussi drôles et attachants, j'ai véritablement adoré le fait que dans ce tome, ce sont les personnages secondaires qui sont mis en valeur (je pense notamment à Lord Akeldama, à Biffy et au professeur Lyall). On sent une réelle évolution dans le caractère de tous les personnages de la série. Mais ce tome, c'est aussi celui de la maturité et de l'émotion. En apprenant l'histoire du professeur Lyall, j'ai eu la gorge serrée pendant de nombreuses pages, et j'attends avec impatience de lire la suite de ses aventures !

Quelques mots, enfin, sur la plume de Gail Carriger, toujours aussi savoureuse et délectable ! Chaque chapitre me faisait esquisser un sourire ou éclater de rire ! Si vous êtes déprimé, rien de mieux que de ce plonger dans ce roman pour vous remonter le moral !

Heartless est une suite digne des trois premiers volets de la saga ! Si le tome 3 m'avait un peu déçu, j'avoue avoir été plus qu'enthousiasmée par la lecture de ce quatrième volet ! L'histoire évolue, les personnages également et j'avoue avoir été parfois partagée entre rires et larmes ! Bref, j'ai hâte de lire la suite et je vous recommande vivement ce roman !

 

Star5

 

The parasol protectorate. Book 4. Heartless de Gail Carriger
Titre VF : Le protectorat de l'ombrelle. Tome 4. Sans coeur
Steampunk - Editions Orbit - 400 pages
Où l'acheter : Le Protectorat de l'ombrelle. Tome 4. Sans coeur


D'autres romans de cette auteure chroniqués sur le blog :
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 1. Sans âme
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 2. Sans forme
Le protectorat de l'ombrelle. Tome 3. Sans honte

Le protectorat de l'ombrelle. Tome 5. Sans âge
The finishing school. Book 1. Etiquette & Espionage

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit, #Gail Carriger

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2012

Living Dead in Dallas

 

Living dead in Dallas

 

 Charlaine Harris

Charlaine Harris
(D'autre(s) roman(s) de cette auteure)

La communauté du sud. Tome 1. Quand le danger rôde

Les mystères d'Harper Connelly. Tome 1. Mémoires d'outre-tombe

 

La petite ville de Bon Temps a retrouvé un semblant de calme. La jeune télépathe Sookie Stackhouse partage son temps entre le bar où elle travaille et son bien-aimé vampire, Bill Compton. Mais lorsqu'on s'en prend à elle, elle n'a d'autre choix que de pactiser avec la communauté vampire, et part mener l'enquête à Dallas sur la disparition d'un des leurs, au péril de sa vie !
***
LigneFleur
***
Après la déconfiture que fut ma lecture du premier tome de cette série, ô combien connue chez les amateurs de bit-lit, j'avais laissé de côté les suites qui se trouvent dans ma PAL (et où elles végétaient depuis plus de deux ans...no comment !), et puis un jour, j'ai eu envie de l'en faire sortir et de laisser une seconde chance à cette saga et à Charlaine Harris. 
***
Sookie se remet tout juste des événements tragiques qui se sont passés dans la petite ville de Bon Temps et malheureusement pour elle, un nouveau meurtre a lieu juste dans le parking du bar où elle travaille. Et pour couronner le tout, les vampires de Dallas requièrent sa présence pour aider à élucider une disparition. La pauvre Sookie ne va pas chomer !
***
Que dire de ce roman ? Hum, j'avoue avoir quand même beaucoup de mal à comprendre l'engouement autour de cette série. Le premier tome m'avait fortement déplu et même si ce deuxième volet des aventures de Sookie est quand même un cran au dessus, une lecture plaisante somme toute, je ne ressors pas du tout transcendée ni par le récit, ni par les personnages et encore moins par la plume de l'auteure. Alors je m'interroge ? Est-ce que je suis passée à côté d'une saga génialissime ? Est-ce que je fais un blocage à cause du personnage de Sookie que je ne peux pas piffrer ? Hum c'est fort possible !
***
Bref, je ne vais pas non plus cracher dans la soupe, cette lecture ne fut pas désagréable mais pas non plus excellente. Le récit est bien mené et rythmé, bien que assez prévisible (m'enfin, quand on compare au premier tome, on se dit qu'il y a quand même eu une nette amélioration). Ce qui est vraiment appréciable, c'est que les histoires de fesses, de coeur de Sookie sont moins mises en avant au profit de l'action et de l'histoire. Soyons honnête, celle-ci ne casse pas trop pattes à un canard mais elle reste quand même sympathique à lire.
***
En revanche, là où ça pêche encore dans ce récit, c'est concernant le monde crée par Charlaine Harris. Je le trouve si peu décrit, si peu développé que finalement, j'ai énormément de mal à vraiment l'apprécier et même à l'appréhender tout court. Dommage car vu l'univers que l'auteure voulait mettre en place, il y avait largement de quoi développer un peu certains passages.
***
Enfin, et là j'en viens au point épineux de cette série, j'ai toujours beaucoup de mal avec les personnages, Sookie en tête, que j'ai tout simplement eu envie de baffer du début à la fin du roman. Alors certes, elle fait un peu moins tarte dans ce deuxième tome, mais j'ai toujours énormément de mal à m'identifier à elle ou tout simplement à éprouver autre chose à son égard que de l'agacement. Heureusement, ce qui sauve un peu ce roman, c'est l'importance que prenne les personnages secondaires (en particulier du vampire Eric), ce qui permet de ne pas trop focaliser l'attention sur Sookie et sur son bellâtre de copain (oui, je ne suis guère plus enthousiaste en ce qui concerne Bill que pour Sookie). J'attends vraiment de voir si la suite me réserve de bonnes surprises en ce qui concerne ces nouveaux personnages.
***
Je ne vais pas trop m'attarder sur le style de l'auteure, dont je ne retire pas grand chose pour être tout à fait honnête. Le style est simple, assez rythmé grâce à la profusion de dialogues et de scènes d'actions à répétition (oui, une course poursuite se termine, bam !, dans le chapitre suivant une fusillade prend place !), mais ça s'arrête là.
***
Living dead in Dallas n'aura pas suffit à me reconcilier avec la saga La communauté du Sud. Si j'ai néanmoins pris plus de plaisir à la lecture de ce volet qu'à celle du précédent, je reste quand même beaucoup sur ma faim. Les prochains tomes sont dans ma PAL, à voir si les trois gros points négatifs de cette série (les personnages, l'intrigue et l'univers crée) s'améliorent un peu, mais je n'y crois pas vraiment !
***
Star2

 

Titre VF : La Communauté du sud. Tome 02 : Disparition à Dallas

Bit-lit - Editions Gollancz - 279 pages

Où l'acheter : La communauté du Sud, Tome 2 : Disparition à Dallas

 

(Pour plus d'avis)

Logo Livraddict

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère de la Bit-lit

Repost 0