Articles avec #l'etagere des contemporains tag

Publié le 21 Janvier 2017

Chouette, une ride ! d'Agnès Abécassis

Vous ne mentirez plus jamais sur votre âge !! Anoushka est une jeune auteure de thrillers. Enfin, « jeune », c’est ce qu’elle croyait, avant qu’une succession de micro évènements humiliants se produisent dans sa vie, lui faisant brutalement prendre conscience qu’elle a déjà trente-six ans. C’est à dire techniquement, presque quarante. Donc bientôt cinquante. Elle mène, par ailleurs, une vie totalement ordinaire, entre son métier aux aspects solitaires, ses tâches ménagères barbantes, ses deux filles qui grandissent, son (second) mari toujours ronchon, et sa chienne, une adorable petite boule de poils incontinente. Engluée dans son quotidien, Anoushka étouffe et réalise combien le temps passe vite. Ses années d’insouciance sont déjà si loin… Alors, lorsque sa cousine se marie à l’autre bout du pays, c’est avec sa meilleure amie célibataire qu’elle file célébrer l’événement. Au programme, régression totale : fringues d’ados, propos indignes d’une mère de famille, et surtout envie de respirer un peu… Mais ce mariage va lui réserver bien des surprises. Elle voulait vivre de nouvelles aventures ? Elle va en avoir…

Cela faisait un sacré bout de temps que je voulais découvrir cette auteure française et j’ai profité d’un petit passage à la bibliothèque pour emprunter ce titre qui tombait à point nommée parce que pour la première fois de ma vie, j’ai commencé à ressentir que je vieillissais. Alors certes, je n’ai pas encore trente ans mais il n’empêche que quand tous tes élèves t’appellent « Madame » et que ton esthéticienne te refourgue des échantillons de crèmes anti-rides pour la première fois, eh bien ton capital jeunesse en prend un sacré coup. Du fait, ce titre tombait à pic et je m’y suis plongée avec délectation car je m’attendais à une bonne partie de rigolade.

Mais parlons un peu de l’histoire, dear readers, avant de nous lancer dans mes impressions de lecture. Ce roman se présente sous forme de journal et nous y suivons les épisodes mouvementés de la vie d’une auteure célèbre, Anoushka. Elle a tout de la femme moderne. Maman de deux jeunes filles, remariée avec un homme charmant bien que légèrement absent, elle tente, tant bien que mal de jongler entre sa vie professionnelle, sa vie familiale et la réalisation que -  Ciel ! - elle a bientôt 40 ans. L’âge fatidique. Le début de la fin.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je n’ai pas apprécié cette lecture. Je n’ai pas détesté non plus. Mais je n’ai pas aimé. Il y a beaucoup d’éléments qui m’ont gêné durant ma lecture et pour tout dire, je n’arrivais tellement pas à mettre dedans que j’ai lu deux autres romans en parallèle de cette lecture. Tout d’abord, l’histoire en elle-même est loin de m’avoir passionné. Pour tout dire, c’est même l’aspect du roman qui m’aura le plus gêné. J’ai trouvé l’ensemble sans réelle matière, il n’y a pas vraiment de fil conducteur. Franchement, un mois après ma lecture, je suis bien en veine de vous citer une scène qui m’aura marqué ou bien faire un résumé précis du récit. J’ai trouvé l’ensemble beaucoup trop fouillis et de gros moments de creux et des lenteurs m’ont vraiment empêché de profiter pleinement de ma lecture.

Et c’est bien dommage car le fond du roman : le fait de vieillir et de s’en rendre compte, est bien traité. Ce n’est pas forcément une thématique facile à aborder mais c’est fait avec humour et sensibilité sans tomber dans le cliché ni le pathos et c’est l'excellent point que j’ai pu retenir de ce roman.

Les personnages ne sauvent guère ce roman car ils souffrent du même syndrome que le récit : trop survolés, pas assez développés. Ils manquaient, à mon avis, de substance et de matière. Impossible de m’attacher à l’un dans d’entre eux et encore moins à l’héroïne que j’ai trouvé « too-much ». C’est sûrement le seul personnage (sûrement parce que c’est le personnage principal et que le récit est écrit de son point de vue à elle) qui est très développée mais elle m’est restée totalement étrangère. Je n’ai pas réussi à ressentir de l’empathie envers elle ni à véritablement l’apprécier. Les personnages secondaires sont finalement assez peu nombreux et en revanche on a pléthore de personnages tertiaires qui pullulent tout le long du roman tels des petits papillons qui se posent sur une page et repartent la suivante. C’est assez déconcertant, je dois l’avouer que je suis restée vraiment sur ma faim concernant cet aspect du récit.

Enfin quelques mots sur la plume d’Agnès Abécassis. C’est sûrement ce qui m’aura le plus pu dans ma lecture. Alors certes, j’ai trouvé que parfois l’humour était un peu trop poussé et en devenait trop caricatural mais c’est resté rare et dans l’ensemble j’ai trouvé le style de l’auteure enjoué, pétillant et très drôle. J’ai beaucoup aimé le ton parfois caustique parfois très réaliste d’Agnès Abécassis et rien que pour cette raison et même si cette lecture fut loin d’être concluante pour moi, je lirai un autre roman d’elle.

En bref, une lecture qui n’aura pas su me faire décoller. Trop survolé, tant au niveau du récit, qui manquait de profondeur qu’au niveau des personnages qui manquaient de développement, je n’ai pas su en apprécier ma lecture et j’achève ce roman en demi-teinte. J’ai apprécié le style de l’auteure et c’est le petit plus que je garderai en mémoire concernant « Chouette, une ride ! ».

Chouette, une ride ! d'Agnès Abécassis

Chouette, une ride ! d'Agnès Abécassis
Contemporain/Chick-lit - Editions Calmann-Levy - 255 pages
Où l'acheter : Chouette, une ride !

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2014

Depuis Le Lotus bleu, Tchang Tchong-jen est le meilleur ami de Tintin. Mais ses lecteurs ont longtemps ignoré que le petit Chinois n’était pas seulement un personnage de fiction. Étudiant aux Beaux-Arts à Bruxelles, au début des années 30, il fut le conseiller occulte d’Hergé. Puis les deux amis se perdirent. Longue séparation que le grand maître de la bande dessinée tenta d’exorciser avec sa quête imaginaire de Tintin au Tibet. Leurs émouvantes retrouvailles, en 1981, furent un quasi-événement historique. D’une sérénité inaltérable, ce grand sculpteur se livra au journaliste Gérard Lenne pour raconter sa vie au pays du Lotus bleu. Ses premiers pas de créateur, les soubresauts de la République chinoise, l’agression japonaise, la guerre civile, l’avènement de la République populaire, le tohu-bohu de la Révolution culturelle... Avec lui, nous reparcourons un siècle d’histoire avec le sentiment, partagé par Hergé, de mieux connaître la Chine de cette époque.

J'adore les ouvrages d'Hergé. J'ai grandi avec Tintin et je prends toujours un grand grand plaisir à relire ces albums qui ont accompagné mon enfance. Aussi, j'ai été ravie quand j'ai été selectionnée pour découvrir ce livre lors de la dernière opération Masse Critique de Babélio.

Que dire si ce n'est que ce livre m'a beaucoup touché. Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre en le recevant. Je savais qu'il parlait de Tchang Tchong-Jen, l'ami de Hergé qui avait inspiré le personnage de Tchang au dessinateur mais je ne m'attendais pas à ce que livre soit en fait une retranscription d'en entretien entre l'artiste chinois et le le journaliste Gérard Lenne.

On assiste donc à une sortie de mini-autobiographie de Tchang Tchong-Jen. Autobiographie très survolée, bien sûr, mais néanmoins très émouvante. Même si j'ai parfois eu du mal avec le caractère de l'artiste (parfois un peu trop de paranoia, notamment dans les souvenir d'enfance. Mais enfin, vu la vie qu'il a mené, cela est compréhensible), les passages contant sa rencontre avec Hergé, ses problèmes avec le régime totalitaire chinois et ses retrouvailles avec son ami belge sont particulièrement touchant. De même, son attachement à son pays natal, envers et contre tout inspire vraiment le respect.

J'ai également beaucoup apprécié l'objet livre en lui-même. Je ne connaissais pas les éditions Seguier mais ils offrent à leurs lecteurs un livre très agréable à feuilletter. Le papier glacé est doux au toucher, et les nombreuses illustrations qui ponctuent le texte, permettent vraiment de se faire une idée du travail du sculpteur et peintre Tchang Tchong-Jen. En ce qui me concerne, ce livre m'a vraiment donné envie d'une part, de relire Tintin et le lotus bleu mais aussi, de me pencher un peu plus sur cette personnalité particulière qui est mise en avant dans cet ouvrage.

Une très belle découverte !

Tchang au pays du lotus bleu de Gérard Lenne
(Auto)biographie - Editions Séguier - 118 pages
Où l'acheter : Tchang au pays du lotus bleu

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 28 Février 2014

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides.
Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret.
Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Quand on m'a proposé de découvrir cette histoire en livre audio, j'ai tout de suite accepté car depuis quelques années déjà, j'aime beaucoup écouter les livres audios, en particulier ceux d'Audiolib qui sont de très bonne qualité. Or quelques jours plus tard, je me suis souvenu que ma copine Elsa m'avait également offert ce livre en format papier lors de notre swap de Noël. Qu'à cela ne tienne, je me suis dis que j'allais me faire une petite lecture en duo : papier/livre audio. Et si j'apprécie toujours autant l'expérience du livre audio (je vais y revenir) j'avoue que je n'ai pas du tout mais alors pas du tout aimé le livre. J'ai mis plus de 10 jours à en venir à bout et pour être honnête, je n'en garde pas un très bon souvenir.
 

Quand Julie remarque le nom de son nouveau voisin sur sa boite aux lettres, elle ne peut s'empêcher d'être intriguée. Ric Patatras, en voilà un nom étrange. La jeune femme, à l'imagination très fertile, se met en tête d'apprendre à connaitre ce nouveau voisin. Elle ne s'imagine pas qu'elle va s'embarquer dans de folles aventures.

J'ignore vraiment pourquoi le récit n'a pas fonctionné avec moi. Généralement, je suis friande et plutôt bon public en ce qui concerne les comédies mais là non, rien n'y a fait. Je n'ai pas souri une seule fois pendant le roman, les différentes péripéties des héros m'ont souvent fait lever les yeux au ciel tant je les trouvais trop abracadabrantesques et surréalistes et surtout je me suis terriblement ennuyée. Alors je cherche vraiment ce qui a cloché durant mon écoute. Car l'histoire en soi aurait pu être plaisante mais trop de longueurs, trop de blabla ont fait que je n'ai vraiment pas réussi à vraiment prendre plaisir à cette lecture.

Et puis, là où vraiment ça a coincé, c'est avec Julie. Pas moyen de m'attacher à elle, j'ai eu envie de la baffer tout le long du roman. Trop extravagante, pas assez naturelle, j'ai trouvé ses traits de caractère trop forcés, pas du tout réaliste (je lisais beaucoup de chroniques qui disaient que l'auteur avait réussi à se mettre dans la tête d'une femme...Eh bien, pour ma part, je ne suis pas tellement d'accord) et donc forcement pas attachante. Je n'ai pas vu de réelle alchimie entre elle et Ric, d'où mon peu d'intérêt pour la romance. En revanche, j'ai beaucoup apprécié les personnages secondaires qui gravitaient autour d'eux : touchants, humains, attachants, ils sont une vraie réussite !

Enfin, la note la plus positive de mon billet sera sur le style de l'auteur, qui est, ma foi, fort plaisant. Léger, enjoué, dynamique, tendre et touchant, son style a su me plaire et me donner vraiment envie d'aller au bout du roman (d'ailleurs, j'ai bien envie de lui donner une seconde chance en lisant un autre de ses romans, rien que pour sa plume !). L'ensemble est facile et simple à lire mais le phrasé est travaillé et agréable à lire/entendre.

Parlons maintenant de l'expérience auditive. Là encore mon retour est très positif. J'ai énormément apprécié la lecture de Ingrid Donnadieu qui a su donner vie et rythme au récit. Sa voix douce et mélodieuse m'a vraiment plu (voire même bercé par moment) et j'ai également apprécié les petits intermèdes musicaux en début de chaque chapitre, qui apportent un peu plus de gaité à l'ensemble du roman. C'est en lisant quelques chapitres en format papier que je me suis rendue compte à quel point la lecture était différente selon que l'on écoutait ou que l'on lisait un livre. Quand j'écoutais ce livre audio, j'étais tout de suite dans de meilleures dispositions envers Julie alors que sur papier, elle m'agaçait plus ! De même, je trouvais le récit beaucoup plus fluide en version audio. Un gros plus donc pour la version Audiolib de ce roman qui est très réussie !

Demain, j'arrête ! fut une déception. A part le style et les personnages secondaires que j'ai apprécié, le reste m'a semblé superficiel et trop poussé, trop peu réaliste et surtout pas drôle. En revanche, j'ai énormément apprécié le livre audio en lui-même. Très très très agréable à écouter, il nous fait passer un bon moment de lecture !

Demain, j'arrête ! de Gilles Legardinier
Contemporain - Editions Audiolib - 530 min
Où l'acheter : Demain j'arrête !

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2014

Cath est fan de Simon Snow.
Okay, le monde entier est fan de Simon Snow...

Mais pour Cath, être une fan résume sa vie - et elle est plutôt douée pour ça. Wren, sa soeur jumelle, et elle se complaisaient dans la découverte de la saga Simon Snow quand elles étaient jeunes. Quelque part, c'est ce qui les a aidé à surmonter la fuite de leur mère.
Lire. Relire. Traîner sur les forums sur Simon Snow, écrire des fanfictions dans l'univers de Simon Snow, se déguiser en personnages pour les avant-premières de films.
La soeur de Cath s'est peu à peu éloignée du fandom, mais Cath ne peut pas s'en passer. Elle n'en éprouve pas l'envie.

Maintenant qu'elles sont à l'université, Wren a annoncé à Cath qu'elle ne voulait pas qu'elles partagent une chambre. Cath est seule, complètement en dehors de sa bulle de confort. Elle partage son quotidien entre une colocataire hargneuse qui sort malgré tout avec un mec charmant et toujours collé à ses bottes, son professeur d'écriture inventée qui pense que les fanfictions annoncent la fin du monde civilisé, et un camarade de classe au physique alléchant qui a la passion des mots...
Mais elle ne peut s'empêcher de s'inquiéter à propos de son père, aimant et fragile, qui n'a jamais vraiment été seul.

Pour Cath, la question est : va-t-elle réussir à s'habituer à cette nouvelle vie ?
Peut-elle le faire sans que Wren lui tienne la main ? Est-elle prête à vivre sa propre vie ? Ecrire ses propres histoires ?
Et veut-elle vraiment grandir si c'est synonyme d'abandonner Simon Snow ?

Souvenez-vous, lors du tea-time organisé par les éditions Milady Romance, on nous avait présenté ce roman comme le coup de cœur de cette maison d'éditions, un roman touchant qui saura vous réchauffer le cœur. Ajouter à cela le fait que ce roman ait en toile de fond des références à la fanfiction, univers que j'affectionne tout particulier, car m'étant prêtée à l'exercice il y a quelques années et il ne m'en fallait pas plus pour avoir follement envie de lire.

 

Je me suis finalement lancée cette semaine et malheureusement mon avis est loin d'être aussi enthousiaste que je l'aurais voulu. Certes, il y a de très bons éléments dans ce roman : les réflexions sur la gémellité et sur la fanfiction en particulier, mais malheureusement cela n'a pas suffit à vraiment me séduire.

 

Tout d'abord, j'ai trouvé l'ensemble du récit trop long et surtout trop – beaucoup trop – lent. Le premier tiers du roman m'a paru absolument interminable et j'ai eu énormément de mal à entrer dans l'histoire, qui peine à démarrer. L'auteur a choisi d'intégrer de – faux – extraits de fanfictions entre les chapitres, probablement pour apporter plus de rythme et un peu de légèreté au roman mais cela a eu l'effet contraire sur moi, car je n'y ai pas vu grand intérêt et ils m'ont profondément ennuyé. Le problème étant que pour moi, le fait que le personnage principal Cath écrive des fanfictions sur une histoire dont on ne connaît quasiment rien : la saga Simon Snow, ne m'a pas permis d'apprécier ni même de m'imerger dans les passages la concernant.

 

Autre point du récit qui m'a un peu fait tiquer, l'ensemble est à mon goût un peu trop larmoyant dans le sens où tout est mis en place pour une situation dramatique et on en vient presque à se demander si tout cela n'est pas un peu tout much (le père limite à faire interner, la soeur jumelle qui part à la dérive, la mère qui abandonne ses enfants, etc).

 

Si je devais résumer ce qui m'a le plus déçue dans ce roman, ça serait d'une part l'histoire en elle-même et le rythme trop lent. Car le reste, est, ma foi, fort sympathique.

 

Rainbow Rowell m'a fait découvrir toute une palette de personnages particulièrement bien travaillés et dépeints avec beaucoup de soin et de caractère. Tous m'ont plu ou presque, tous sont touchants à leur façon (j'avoue que Lévi a gagné mes faveurs dès les premières pages et Reagan avec son côté bourru m'a tout de suite ému). Pour moi, ces personnages sont la plus grande réussite du roman. Le seule personnage avec qui j'ai eu du mal, c'est Wren, la jumelle de Cath, que je n'ai tout simplement pas réussi à comprendre tout le long du roman.

 

L'autre point à noter, c'est les réflexions induites par l'auteur à propos, tout d'abord sur la fanfiction. Une réflexion follement intéressante (qui m'a donné des idées d'articles (mais chut, c'est pour plus tard)) sur la place de l’œuvre originale, sur celle qui l'écrit, sur son importance, sa définition, bref, une réflexion qui va forcement intéresser quiconque a déjà lu ou écrit ou même juste entendu parler d'une fanfiction. Ensuite virent les réflexions un peu plus complexes mais tout aussi captivantes sur le fait d'être jumeaux ainsi que sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte. En tout cas, tous ces éléments m'ont fortement plu !

 

Enfin quelques notes sur la plume de l'auteur que je découvrais avec ce roman et j'avoue que je suis un poil déçue car je l'ai trouvé finalement assez banale cette plume. Beaucoup de dialogues, de passages d'introversion concernant Cath, qui plombent un peu le roman, et surtout, comme je l'ai déjà indiqué, un rythme un peu trop lent à mon goût ! Néanmoins, le style reste agréable à lire et je pense que je lirai un autre roman de cet auteur pour vraiment me faire une opinion définitive sur celui-ci.

 

Fangirl est une lecture en demi-teinte. Certains points sont assez décevants : l'intrigue et le rythme mais d'autres, comme les personnages ou la réflexion sur la fanfiction, sont absolument captivants. Néanmoins, une lecture sympathique !

 

 

Fangirl de Rainbow Rowell
Titre VO : Fangirl
New adult - Editions Milady - 416 pages
Où l'acheter : Fangirl

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2013

Le bleu de l'été

 

Le bleu de l'été

 

Emilie Richards

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

emily-richards.png

 

(D'autre(s) roman(s) de cette auteure)

Secrets de Louisiane

Le parfum du thé glacé

 

Aujourd’hui, Maddie est en bleu, un bleu couleur de ciel d’été…
Maddie, c’est la petite-fille que Charlotte Hale n’a jamais pu embrasser, à qui elle n’a même jamais pu parler. Car pour parvenir au sommet de la réussite, — et laisser définitivement derrière elle une enfance pauvre et douloureuse —, elle a dû renoncer, bien des années plus tôt, à l’affection de tous ceux qui comptaient pour
elle. Un choix qu’elle a toujours considéré comme le seul possible, et qu’elle n’a jamais remis en question. Jusqu’au jour où, bouleversée par une terrible nouvelle, elle prend conscience qu’elle ne peut plus continuer ainsi : avant qu’il ne soit trop tard, elle doit renouer les fils rompus de sa vie. Et pour commencer, parvenir à faire enfin la connaissance de Maddie, cette petite fille si attachante, si fragile, afin de lui offrir tout son amour. Cette quête, aussi désespérée que lumineuse, pour trouver le vrai sens de son
existence, Charlotte comprend très vite qu’elle ne pourra l’entreprendre seule. Et qu’elle ne touchera au but que grâce aux femmes extraordinaires dont le chemin vient de croiser le sien…

 

LigneFleur

 

Emilie Richards ne m'a jamais déçu. Des deux romans que j'ai pu lire de cette auteure, aucune mauvaise surprise et toujours des lectures passionnantes et bourrées d'émotions. Ce roman-ci ne fait pas exception et j'ai passé un très bon moment lors de sa lecture, même si je ressors un peu moins conquise que pour mes lectures précédentes.

 

Charlotte apprend une nouvelle dévastrice et décide de reprendre sa vie en main. Elle qui vit seule depuis des années tente petit à petit de reconstruire sa vie et de reprendre contact avec son ex-mari (l'amour de sa vie) et avec sa fille, avec qui elle s'est fachée de nombreuses années auparavant. Mais rien n'est aussi simple qu'il n'y parait, car sa fille n'a pas du tout l'intention de laisser sa mère refaire surface dans sa vie. Heureusement, il y a Maddie, la petite fille de Charlotte, qui pourrait bien les réunir.

 

Ce récit fut poignant. Une jolie histoire où s'entremêle les destins de tous les personnages et qui s'articule doucement autour de Charlotte. Une histoire émouvante qui saura vous toucher et peut-être vous donner envie de vous ouvrir aux autres. Après, on n'échappe pas à quelques longueurs et c'est bien dommage car l'intrigue en soi se suffit à elle-même et j'ai trouvé que beaucoup de passages, notamment les descriptions de lieux, étaient un peu superflus et plombaient le récit. Dommage car l'alternance entre flashbacks dans le passé et les différentes voix de narrations apporte vraiment une belle dimension et atmosphère à l'ensemble du roman.

 

Comme toujours avec Emilie Richards, l'accent est mis sur les personnages et leurs relations et force est de constater qu'à nouveau, elle nous offre une très très belle palette de personnalités différentes. J'ai beaucoup beaucoup aimé Charlotte, sa force de caractère, sa volonté de changer et de se repentir ainsi que son ex-mari, qui m'a beaucoup ému avec sa personnalité tout en finesse et sa douceur. Les autres personnages sont tous aussi charmants et attachants, sauf la fille de Charlotte, justement, qui m'est apparue trop égoïste pour vraiment arriver à me toucher.

 

Quelques mots, pour terminer sur le style de l'auteur, que, si vous ne le connaissez pas, je vous recommande de découvrir très rapidement. Emilie Richards écrit avec beaucoup de justesse, de sensibilité et de légèreté. Les pages défilent toutes seules et je ne me lasse pas de cette plume si fluide et agréable à lire.

 

Le bleu de l'été fut une belle lecture mais j'ai regretté le trop plein de descriptions qui plombent un peu le récit. A lire néanmoins, rien que pour le style de l'auteure qui vaut le détour !

 

Star3

  

Titre VO : One mountain away

Romance - Editions Harlequin, Collection Mosaïc- 507 pages

Où l'acheter : Le bleu de l'été

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 23 Août 2013

Le-souffle-suspendu.jpg

 

Le souffle suspendu

 

Heather Gudenkauf

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

heather-gudenkauf.jpg

 

 

(D'autre(s) roman(s) de cette auteure)

L'écho du silence

 

Pour les enfants de Broken Branch, dans l’Iowa, c’est le dernier jour de cours avant les vacances. Une journée ordinaire, si ce n’est le froid glacial et la neige, inattendus en ce début de printemps. Une journée comme les autres qui tourne pourtant au cauchemar quand un homme armé s’introduit dans l’école, prenant les élèves et leurs professeurs en otage. A l’intérieur comme à l’extérieur de l’école débute alors une attente terrible et angoissante. Face à la peur, face au danger, Holly, Augie, Will, Meg et les autres habitants de Broken Branch vont devoir abandonner toutes leurs certitudes, donner un autre sens à leur vie et poser un regard différent sur ceux qu’ils aiment, parfois si mal. Tandis qu’une tempête de neige isole peu à peu la petite ville du reste du monde, tous le savent : plus rien ne sera jamais comme avant à Broken Branch…

 

LigneFleur

 

 

Après avoir découvert cette auteure avec le très poignant roman : L'écho du silence, j'étais ravie de pouvoir poursuivre cette découverte avec la lecture d'un autre de ses romans, qui s'annonçait tout aussi captivant et riche en émotions. Bon, pour être honnête, riche en émotions, ce roman le fut incontestablement; j'ai même versé ma petite larme à la fin, mais captivant beaucoup moins, la faute à de trop nombreuses longueurs.

 

Dans la petite ville compagnarde de l'Iowa, Broken Branch, la routine s'est installée depuis de nombreuses années. Aussi quand un homme surgit dans l'école de la ville et prend en otage une classe de primaire, l'ensemble de la communauté est choqué, d'autant que tout le monde a au moins un proche qui se trouvait dans l'école à cet instant.

 

Le récit est construit de telle manière que chaque chapitre, relativement court, donne voix à un membre de la communauté de Broken Branch : une femme qui fait partie de la police, une mère, expatriée depuis longtemps de la ville mais qui se voit obligée de confier ses enfants à ses parents, l'enseignante dont la classe a été prise en otage, etc. Et en soi, j'ai beaucoup apprécié cette multitude de points de vue différents sur cet événement plus que traumatisant. Les chapitres ne faisant que quelques pages chacun, l'ensemble du récit est assez vivant et rapide à lire. Pour autant, j'ai noté un trop grand nombre de longueurs. Certes, il est important de connaitre un minimun l'histoire de chacun des protagonistes du roman, mais trop de détails et surtout de descriptions m'ont parfois lassés, et j'avais même envie de zapper certains passages, qui me semblaient trop longs et peu captivants. Et en soi, c'est vraiment dommage, car plus on avance dans le roman, plus on gagne en intensité pour terminer sur un beau final, fort en émotions .

 

L'accent est donc mis sur les personnages et leurs relations les uns avec les autres. Ce que j'ai apprécié, c'est que l'aspect psychologique des protagonistes et leurs histoires respectives soient vraiment bien développés. On sent que c'est véritablement le côté humain qui est mis en avant dans chacun des romans d'Heather Gudenkauf. Aucun personnage ne prend vraiment le pas sur les autres et j'ai apprécié le côté un peu “melting pot” de ce mélange de différentes personnalités.

 

La plume de l'auteure est toujours aussi agréable à lire. Heather Gudenkauf offre à ses lecteurs un roman à l'atmosphère étouffante qui vous tiendra en haleine de la première à la dernière page. Elle sait jouer avec les émotions des lecteurs mais également celles de ses personnages. Un roman écrit avec beaucoup de finesse et de douceur.

 

Le souffle suspendu fut une excellente lecture. Un thème percutant, une fin émouvante et des personnages bien travaillés, le lecteur ne peut que passer un bon moment de plaisir en compagnie de ce roman. Néanmoins, je reste un peu sur ma faim car les trop nombreuses longueurs m'ont véritablement empêché d'être complétement happée par le récit.

 

Star4

 

 

Titre VO : One breath away

Contemporain - Editions Harlequin, collection Mosaïc - 409 pages

Où l'acheter : Le souffle suspendu

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 5 Juillet 2013

dis moi d'où tu viens

 

Dis-moi d'où je viens

 

Emily Giffin

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

Emily-Giffin

 

Cette adolescente qui vient de sonner à sa porte, Marian Caldwell la reconnaît d’emblée. Ces traits, ce visage fin, ces oreilles légèrement décollées… Ce sont les mêmes que les siens ! Seul diffère le gris-bleu de ses yeux, gardiens d’un douloureux secret que la séduisante New-Yorkaise pensait enfoui à jamais. Celui d’un amour perdu dix-huit ans plus tôt.
Comment se découvrir et s’apprivoiser quand les liens du sang vous rattrapent ? Est-il possible de voir renaître la passion pour un homme qu’on a aimé trop jeune ? À l’heure de vérité, chacun devra trouver sa place et le chemin qui est le sien.

 

LigneFleur

 

 

Je ne lis que peu de romans contemporains, tout simplement par peur d'être déçue et car ce n'est guère un genre que j'apprécie d'ordinaire. Néanmoins, quand j'ai lu la quatrième de couverture de ce roman-ci, j'ai tout de suite eu envie de me plonger dedans, et je ne le regrette pas, car ce fut une lecture très poignante.

 

Kirby est une jeune fille qui vient tout juste d'avoir 18 ans. Jeune adolescente un peu paumée, ses parents ne la comprennent plus et elle décide de partir pour New York, rechercher sa mère biologique, qui l'a donné à l'adoption à sa naissance. Elle va y faire la connaissance de Marian, jeune femme à qui tout semble réussir et qui va devoir apprendre à vivre avec sa fille retrouvée.

 

C'était la première fois que je lisais un roman d'Emily Giffin et je dois dire que j'ai été assez surprise par le schéma narratif que l'auteure a choisi de développer dans son livre. L'histoire est en soi, assez contemplative, il ne se passe pas grandes aventures pour Kirby et sa mère, si ce n'est leurs retrouvailles et la rencontre avec le père de la jeune fille et c'est déjà largement suffisant, car l'auteure a également choisi de faire revivre, sous forme de flash-back, la romance entre Marian et son amour de jeunesse ainsi que tout le chemin que cette dernière a dû accomplir avant de pouvoir arriver là où elle se trouve au moment de sa rencontre avec sa fille : découvrir qu'elle est enceinte, le choix de faire adopter le bébé, reprendre ses études, devenir scénariste, rencontrer son compagnon actuel, etc.

 

Le roman repose sur ce duo mère/fille qui se découvre et fait la part belle aux relations et aux sentiments qui se développent entre elles à travers des rencontres, des coups de téléphones, le tout écrit avec beaucoup de pudeur et de finesse. Je ne pense pas que l'on puisse vraiment s'attacher aux personnages, à moins d'avoir le même vécu, car l'auteure instaure une sorte de distance entre ces deux femmes et les lecteurs, comme si elles vivaient dans une sorte de cocon, une bulle fermée où elles ne laissent entrer personne, sauf un autre personnage à la toute fin du roman. Bref, une belle histoire à lire !

 

Avec ce roman, j'ai découvert la très jolie plume d'Emily Giffin, et je pense que c'est avec plaisir que je vais me procurer ses autres romans. Comme je l'ai déjà dis, elle écrit avec beaucoup de finesse, de sensibilité et d'amour. Un très beau mélange qui vous ravira autant que moi, je pense ! Je me permets juste, finalement, de faire une petite parenthèse sur le petit encart en bas de la couverture de ce roman, qui indique cette auteure serait la nouvelle Jane Austen contemporaine. Pour tout dire, je ne suis pas du tout d'accord avec cette phrase, pour la bonne et simple raison que pour ma part, Jane Austen, c'est la critique des mœurs de l'époque, l'ironie cachée à tous les coins de pages, ce que je n'ai pas du tout retrouvé dans le roman d'Emily Giffin. Certes, cette auteure, tout comme Jane Austen, s’intéresse tout particulièrement aux relations humaines, mais la comparaison s'arrête là.

 

Dis-moi d'où je viens est une très belle histoire portée par une plume très agréable à lire. Un roman qui saura vous toucher et vous émouvoir !

 

Star3

 

Titre VO : Where we belong

Romance, Contemporain - Editions Michel Lafon - 424 pages

Où l'acheter : Dis-moi d'où je viens

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2012

9782266217132

 

Petit dictionnaire chinois-anglais pour amants

 

Xiaolu Guo

 

(Site web - Facebook)

 

Chinese-author-and-direct-002.jpg

 

Quand la jeune héroïne chinoise de ce roman arrive à Londres afin d'y apprendre l'anglais, envoyée de Wenzhou par ses parents ambitieux, elle commence par perdre les roues de sa valise Made in China, puis son nom ! Zhuang Xiao Qiao se transforme en Z car, ainsi qu'elle l'explique dans un anglais impossible, moi pas prononçable ! ". Armée de son anglais fastidieux, souvent exécrable mais toujours craquant - et de son dictionnaire bilingue - Z arpente les rues de Londres et fréquente ses cinémas. C'est d'ailleurs là qu'elle rencontre l'homme qui deviendra son amant, un quadra désabusé du quartier de Hackney et à sa grande horreur (surtout pour une fille de paysans chinois amateurs de viande de porc), végétarien ! Leur amour triomphera-t-il des nombreuses oppositions entre un Anglais et une jeune Chinoise ? Saura-t-il dépasser les malentendus infinis mais cocasses nés des innombrables fautes d'anglais de la jeune femme ?.. Roman d'initiation attachant et drôle écrit dans un anglais de débutante, ce Petit Dictionnaire chinois-anglais pour amants est le journal intime et sentimental d'une Orientale candide et ironique, à la fois épatée et déboussolée par les travers de l'Occident. Mais c'est également un lexique romanesque, impétueux, grave et aigre-doux, à l'image de Z, qui éclaire d'une lumière nouvelle les paradoxes de la globalisation.

 

LigneFleur

 

C’est le roman que ma moitié m’a offert pour mon anniversaire, car « la couverture était rose et que ça avait l’air bien culcul, comme les romances que tu lis » (Merci Mamour !) et au mois août dernier (non, non je n’écris pas mes chronique avec trois mois de retard !) j’ai eu envie de le sortir de ma PAL, profitant de quelques jours de formation loin de chez moi pour le commencer. Finalement, ce livre n’avait rien d’une romance « traditionnelle » et fut une lecture assez déroutante.

 

Zhuang Xiao s’envole de sa Chine natale vers Londres, pour y apprendre l’anglais et permettre ensuite à l’entreprise familiale de prospérer grâce aux études de la jeune femme. Elle débarque sans connaître véritablement la langue et s’installe tout d’abord dans une auberge de jeunesse. Très vite, elle va devoir batailler avec une culture qu’elle ne connaît pas et ses origines plutôt conservatrices.

 

Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas vraiment quoi dire sur ce roman. Je ne sais même pas si j’ai aimé ou non. J’ai été très déconcertée par ma lecture, par l’univers mis à en place par l’auteure, par les personnages…J’ai tout d’abord apprécié la manière dont Xialu Guo démarrait son récit. Le fait que le personnage principal aie des difficultés avec la langue et que celles-ci soient retranscrites sur papier est vraiment original et aide le roman à se démarquer des autres. J’ai également apprécié la découverte de la culture anglaise vu à travers les yeux d’une chinoise, plus conservatrice, si je puis dire.

 

Malheureusement, tout se gâte un peu quand arrive l’histoire d’amour, à laquelle je n’ai pas du tout accroché. Trop compliquée, trop rapide, trop superficielle, j’avoue qu’elle ne m’a fait ni chaud ni froid et qu’elle ne m’a pas passionnée plus que cela. La raison en est dû, j’en suis sûre, au fait que je n’ai pas du tout réussi à m’identifier aux personnages principaux. On ne connait rien du tout sur le personnage masculin (pas même son nom) et son comportement à certains moments m’a vraiment paru déplacé. Le personnage féminin devient de plus en plus agaçant à se plaindre de son homme ou de sa relation toutes les pages et de fait, non seulement la romance ne m’a pas plu, mais je n’ai pas non plus trouvé les personnages attachants ou sympathiques. Je suis véritablement restée étrangère à l’ensemble du récit et aux personnages pendant tout le long de ma lecture et je pense que c’est véritablement, ce qui m’a le plus gêné dans ce roman.

 

En ce qui concerne la plume de l’auteure, là encore pas grand-chose à ajouter. J’ai apprécié les petites entrées de dictionnaire à chaque début de chapitre, j’ai ri et compatis aux fautes de la narratrice, mais au delà de ça et du fait que le roman se lit très rapidement (heureusement d’ailleurs), l’écriture de l’auteure n’a rien de transcendante ni de marquant.

 

Petit dictionnaire chinois-anglais pour amants fut donc une découverte, mais une découverte qui m’a laissé de marbre. Je n’ai pas accroché à l’univers de Xialu Guo et je n’ai pas éprouvé grand plaisir de lecture. Dommage car le sujet était engageant.

 

Star2

 

Titre VO : A concise chinese-english dictionary for lovers

Contemporain, Romance - Editions Pocket - 374 pages

Où l'acheter : Petit dictionnaire chinois-anglais pour amants

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 17 Octobre 2012

Troubles

 

Troubles

 

Claudine Desmarteau

 

(Site web)

 

Claudine Desmarteau

 

Camille partage tout avec son meilleur ami Fred : les soirées, les cours, les joints, les films, des parents incompréhensibles et un vague rêve pour l’avenir... Depuis que Fred a perdu sa mère, Camille le sent sur le fil. Au cours d’un week-end à la campagne entre copains du lycée, Fukushima, le garçon dont tout le monde rit, se joint à eux. Sa présence fait monter la tension, les heures passent, les moqueries fusent et l’alcool coule à flot, jusqu’au moment où…

 

LigneFleur

 

Quand j’ai reçu ce livre dans ma boite aux lettres, je dois avouer que je ne savais pas trop quoi en penser, ni s'il allait me plaire. Le sujet me semblait dur et relativement percutant. De fait, c’est avec une certaine appréhension que je l’ai commencé.

 

Troubles, c’est l’histoire de jeunes lycées parisiens en prise avec des doutes, des questionnements sur leur identité, leur futur, les relations amicales et plus qu’amicales entre lycéens de leur âge, leurs relations avec leurs parents, etc. Nous rencontrons Camille et Fred, deux meilleurs amis qui vont essayer de trouver leur place dans cette société.

 

Pour tout avouer, je ne sais pas comment parler de ce livre. Je ne sais pas si j’ai aimé ou pas. Tout ce dont je suis certaine, c’est qu’il s’agit d’un ouvrage poignant et dont vous ne ressortirez pas indemne.

 

Concernant le récit, je pense que c’est le point le plus déstabilisant et peut-être problématique duroman. L’histoire en elle-même est simple. On suit le quotidien d’un petit groupe de lycéens, en particulier lors de leurs soirées. On ressent vraiment le mal-être des jeunes à travers cette lecture, leurs interrogations, leur quête d’identité. Cette descente aux enfers est parfaitement bien retranscrite, elle est fidèle, je pense à une certaine réalité de notre société. Malgré tout, et je ne sais pas si je vais vraiment réussir à exprimer ce que j’ai ressenti lors de ma lecture, mais j’ai quand même trouvé que l’on parlait ici d’une catégorie bien spéciale de jeunes. En fait, j’ai eu l’impression de lire une version plus trash du film LOL, qui parle de ces lycées un peu bobo. Là j’ai eu le même ressenti concernant les personnages, que j’ai trouvé peut-être peu représentatif de la majorité des lycéens.

 

Toutefois, il n’en reste pas moins que le récit est très percutant et personnellement, je suis ressortie assez choquée par cette lecture (en particulier par cette fin, qui m’a surprise et vraiment, j’ai refermé ce roman en ne sachant pas vraiment ce qui venait de se passer).

 

Un petit point sur les personnages, qui si ils sont peu nombreux (on va essentiellement se consacrer sur le duo principal) sont très bien travaillés. On sent que l’auteure a pris le temps de réaliser une bonne caractérisation de ses personnages. Après, j’avoue avoir parfois eu du mal à les comprendre (peut-être parce que je ne suis pas de la même génération (et encore, j’ose croire que je ne suis pas si vieille)) et donc vraiment à ressentir de l’apathie pour eux.

 

Concernant la plume de Claudine Desmarteau, ce fut une découverte, mais une très bonne surprise, car j’ai vraiment beaucoup apprécié cette plume qui va droit au but, un peu brute de décoffrage mais très agréable à lire. Le roman se lit très vite et les chapitres défilent rapidement. Une plume donc efficace et originale.

 

Troubles fut une lecture déconcertante. Le sujet est dur mais bien traité, et même si parfois, je n’étais pas toujours d’accord avec les idées sous-jacentes soulevées par le récit, j’ai apprécié cette lecture percutante, qui interpelle forcement le lecteur.

 

Star3

 

Jeunesse, contemporain - Editions Albin Michel Wiz - 192 pages

Où l'acheter : Troubles

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0

Publié le 4 Septembre 2012

9782280263719

 

L'écho des silences

 

Heather Gudenkauf

 

(Site web - Facebook - Twitter)

 

heather-gudenkauf.jpg

 

Allison. Brynn. Charm. Claire. Quatre femmes prisonnières d’un secret qui pourrait les détruire… et dont un petit garçon est la clé. Allison garde depuis cinq ans le silence sur le triste drame qu’elle a vécu adolescente et qui l’a conduite en prison pour infanticide. Brynn sait tout ce qui s’est passé cette nuit-là. Mais elle s’est murée dans l’oubli pour ne pas sombrer dans la folie. Charm a fait ce qu’elle a pu, bien sûr, pourtant elle a dû renoncer à son rêve et se taire. Alors elle veille en secret sur son petit ange. Claire vit loin du passé pour tenter de bâtir son avenir avec ceux qui comptent pour elle. Et elle gardera tous les secrets pour protéger le petit être qu’elle aime plus que tout au monde. Quatre femmes réfugiées dans le silence, détenant chacune la pièce d’un sombre puzzle.

 

LigneFleur

 

Quand on m’a proposé de découvrir une des nouveautés de la collection Mosaïc du mois de juillet, j’ai tout de suite été attirée par ce titre. La couverture me plaisait, je trouvais la quatrième de couverture très mystérieuse et étant une adepte des secrets de famille, je me suis dis que je ne pouvais qu’apprécier ce roman. Et apprécier est encore en dessous de la vérité car la lecture de ce roman m’a profondément marqué et j’en suis ressortie vraiment toute chamboulée.

 

Alysson est condamnée à des années de prisons à 16 ans pour un crime horrible. Elle en ressort 5 ans plus tard, bien décidée à reprendre sa vie en main et à renouer avec sa famille et en particulier avec sa petite sœur : Brynn, qui l’idolâtrait avant la nuit du drame.  Mais rien ne se passe vraiment comme elle l’espérait. Sa sœur a coupé les ponts avec sa famille et refuse le moindre contact avec Alysson, et celle-ci a bien dû mal à trouver sa place dans la société.

 

Ce roman, c’est avant tout l’histoire de quatre femmes dont le destin fut lié par une nuit dramatique. Quatre femmes a la psychologie différente et toutes touchantes. J’ai pris énormément de plaisir à suivre le récit simple mais très bien travaillé d’Heather Gudenkauf. Les histoires s’intriquent les unes dans les autres et je dois dire que j’ai été vite passionnée par ce drame. Je l’ai dis, je suis ressortie de ma lecture complètement bouleversée. L’écho des silences est vraiment un roman qui vous prend aux tripes, qui vous retourne émotionnellement. Je n’ai pas envie de rentrer dans les détails concernant le récit, car je pense que moins le lecteur en sait sur celui-ci, plus il serait complètement plongé dans sa lecture. Je dirais néanmoins, que j’ai vraiment beaucoup apprécié le changement de voix, opéré au début de chaque chapitre. Cet alternance de points de vue nous permet, d’une part, de mieux connaitre les personnages, et d’autre part d’offrir aux lecteurs une sorte de montée en puissance du suspence vers la fin du roman.

 

Mais le point fort de ce roman réside dans les personnages, à la personnalité forte et travaillée. On ne peut s'empêcher de s'attacher à eux, à ces quatre femmes très différentes les unes des autres, avec leurs qualités et leurs défauts, mais aussi à ce petit garçon, affreusement criant de réalisme et d'attendrissement. Bref, rien que pour ces personnages, ce roman vaut largement le détour.

 

Petit point enfin sur la plume de l'auteure. Comme je l'ai déjà souligné, L'écho des silences se dévore. Le style d'Heather Gudenkauf est simple, sans fioriture, mais efficace. Elle va droit au but mais il n'en reste pas moins que beaucoup d'émotion se dégage de ses lignes. Personnellement, j'ai terminé cette lecture avec une petite boule dans la gorge.

 

L'écho des silences est un roman émouvant, captivant et poignant. Il saura toucher votre sensibilité et faire passer votre petit coeur par toute une palette d'émotions. Un roman que je vous recommande chaudement. En tout cas, en ce qui me concerne, je vais me faire un plaisir d'aller lire les autres romans de cette auteure.

 

 

Star5

 

Titre VO : These hidden things

Contemporain - Editions Harlequin, collection Mosaïc - 328 pages

Où l'acheter : L'écho des silences

Voir les commentaires

Rédigé par Evy

Publié dans #L'étagère des contemporains

Repost 0